AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur
the lying game !

votez pour le forum
sur les top sites

Et si vous postiez un petit mot pour le forum ?
Aussi bien sur PRD que sur Bazzart

l'évènement du moment vous attend pour le temps d'un festival brésilien tout en couleurs !

Envie de papoter ?
Rejoignez la ChatBox ou le flood !!

Remporter un max de points grâce au
concours, que le meilleur gagne !

Partagez | 
 

 666 > Courage fuyons ! | Tetine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2079
@PSEUDO : TAG



666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-06-06, 23:02




❝666 > Courage fuyons !❞
Satine & Ted
Je rouvrais les yeux d'un coup puis poussait un soupire de soulagement en réalisant que j'étais dans mon lit. Juste un cauchemar. Un de plus. J'étais pourtant habituée à revivre en dormant les sévices de mon père quand j'étais gamin mais ça ne rendait pas ça moins désagréable avec le temps. Heureusement que je dormais seul dans un sens ça évitait de me voir me réveiller en sueur. J'attrapais mon portable pour regarder l'heure. J'étais encore fatigué mais j'étais pas certain de vouloir me rendormir. De toute façon j'avais trop chaud. Tant pis je dégageais la couette puis me levais pour aller dans la salle de bain prendre une douche rafraîchissante. Ça me permettait aussi de bien me réveiller et de me changer les idées. Je sortais de la douche et me séchais avant d'enfiler rapidement quelque chose (pour le plaisir des yeux). En allant dans le salon j'entendais du bruit venir de la cuisine et mon sourire s'étendis. Satine était réveillée, cool !

Je passais la tête dans la cuisine "Hey !" puis j'entrais et allais jusqu'au placard pour prendre le paquet de pain de mie et le nutella. Je passais derrière elle et les posais sur la table avant de me pencher sur elle pour lui faire un bisou sur la joue. Je m'asseyais ensuite à côté d'elle et tournais la tête vers elle en souriant. Ses cheveux tombant cachant son visage je les calais d'un geste simple derrière son oreille. C'était quand même mieux quand je pouvais la voir après tout "Bien dormis ?" Je sortais une tranche de pain de mie et ouvrait le pot de nutella pour commencer à la tartiner. J'allais me mettre à parler comme tous les matins quand je n'étais pas seul, et encore, ne laissant plus de place au silence. Mais alors que j'avais la bouche ouverte prêt à parler elle se leva et je la suivais du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans le salon. "Mais..." D'un point de vue extérieur on se dirait simplement qu'elle n'est pas du matin, qu'elle a envie de boire son café tranquille au calme et pas avec quelqu'un qui jacasse dans ses oreilles. Sauf que ça elle y était habituée depuis plusieurs années maintenant. Ça ne pouvait pas être ça. Pourtant ça n'était pas la première fois qu'elle avait un comportement bizarre. Je dirais même que depuis quelques temps elle les enchaînait. Elle s'éloignait dès qu'elle pouvait, elle m'évitait je le voyais bien. En vivant sous le même toit ça serait difficile de ne pas le remarquer. Il lui arrivait même de ne pas rentrer dormir alors que j'attendais chaque soir de la revoir. Je ne comprenais pas. Non je ne comprenais vraiment pas pourquoi ce comportement maintenant. Et j'en avais marre. Je me levais et allait également dans le salon, m'arrêtant devant elle en croisant les bras "Pourquoi t'es distante ?" Et j'espérais qu'elle n'allait pas nié parce que je n'étais pas idiot. J'avais peut-être un comportement un peu gamin ou simplet parfois mais je n'étais pas con "Qu'est ce que j'ai fais ? Dis moi parce que moi je vois pas" et c'était pas exclu que j'ai fais quelque chose de travers après tout ça ne serait pas la première fois que je ferais une bourde sans m'en rendre compte. Combien de fois est ce que j'avais dis ou fait des trucs qu'on m'avait ensuite fait remarquer comme étant déplacé. Comme quoi ça ne se faisait/disait pas.
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : WILD HEART.
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3778
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-06-07, 04:35





maybe you should run away
SATINE & TED

Il est tôt. L'heure exacte m'échappe. Entre le réveil et la douche, le temps s'est distendu. M'a perdue dans sa course.
Les gestes sont mécaniques. Automatiques.
Se lever. Se doucher. S'habiller.
Descendre dans la cuisine.
Se nourrir et puis sortir.

Assise à la table. Je mange un œuf, du bacon et quelques fruits coupés en morceaux.
Mes pensées prennent le dessus.
Quand est-ce que j'avais mangé le matin à cette table pour la dernière fois ?
Le souvenir est trop flou.
Quelques jours ou quelques semaines.
Tout est possible.

Mes yeux fixent l'assiette. Ne perdent pas leur focus lorsque la fourchette bouge pour terminer dans cette bouche fanée.
Il doit dormir.
C'est la raison qui me permet d'être là. Habillée d'une robe simple, les cheveux lâchés encore un peu humide dans la cuisine. Notre cuisine.
Les risques de le croiser sont minces. Je n'ai donc pas besoin de m'en soucier.

Pourtant sa présence est partout autour de moi. Où que je sois. Il semble s'être faire une petite place bien au chaud dans mon esprit. Mes pensées. J'ai beau tenté de ne pas y penser, de m'occuper. Il reste là. Les bras croisés. A m'observer et me rappeler ce que je cherche à fuir à tout prix.
Je pourrais lever les yeux et il se matérialiserait devant moi. Me dirait tout ce que je ne veux pas entendre. Mon esprit était une ordure et je le maudissais. Plus je cherchais à le faire disparaitre, plus mon esprit trouvait des moyens de me ramener au point de départ. Au pied du putain de mur.
Je ferme les yeux en entendant des pas s'approcher. Soupire en l'entendant me saluer, en le voyant entrer dans la cuisine.
Mon esprit me joue des tours dès le matin.
Puis sa chaleur frôle la mienne lorsqu'il passe derrière moi et je sais qu'il ne s'agit pas d'une manigance de mon esprit.
Il est là.
Debout.
Près de moi.
Sa présence s'impose. Dans le silence et la tranquillité du petit matin, il prend toute la place.
Il se penche sur moi. Envahi mon espace. Sa chaleur venant aguicher mon corps dépouillé de ce qu'il s'est si souvent nourri.
La distance que j'ai pris soin d'installer entre nous depuis quelques semaines éclate lorsque ses lèvres s'abattent sur ma joue.
Mes yeux se ferment à nouveau.
Essaient de gérer la situation du mieux qu'ils peuvent.
L'esprit est pourtant prêt à vaciller. A céder.
Le corps est aussi faible. Se délecte de son parfum, de sa chaleur, de son contact. Hurlerait presque pour en avoir encore.

Faible.
Tu es faible.


Il s'assied. Je reste immobile.

La fourchette.
Mange idiote.


Le mécanisme reprend.
Interrompu par sa délicate main qui se faufile entre ma chevelure pour dégager mon visage. M'exposant à lui. Ses doigts glissent sur ma peau, derrière mon oreille.
Ma main tremble. Hésite. Veut faire prisonnière la sienne. La garder là, contre moi pour le reste de l'éternité.
N'en fait rien.
Sa voix résonne dans le silence. Il est si près.

Quand était-ce la dernière fois que tu l'as laissé t'approcher de la sorte ?

Il me demande si j'ai bien dormi.
Un petit sourire se dessine sur mon visage.
» Oui.

Et toi ?
Non, ça tu ne le demandes pas.


A quoi bon essayer de discuter quand tout ce que je souhaite c'est me retrouver seule. Manger seule. Regarder des films seule. Dormir seule.
Je me lève, me glisse jusqu'au salon. Prends place sur un fauteuil. Mange en regardant dehors.
Est-ce que j'ai vraiment faim?
Quelques secondes suffisent et ma vue disparaît. A la place, mes yeux se retrouvent bousculer par la présence enivrante de Ted. Planté devant moi. Les bras croisés. Me fixant. M'interrogeant.

Tu peux mentir.
Lui dire que tu as envie d'être seule.
Parce que c'est ce qui te colle à la peau.
Une solitude inévitable.


» Je ne suis pas distante. Je n'ai simplement pas envie de parler.

Menteuse.

Il demande ce qu'il a bien pu faire pour être la cause de mon éloignement.
Mon cœur à un raté.
Ce traitre.

Oh regarde-le.
T'es déjà en train de lui causer du tort.
Déjà en train de l’abîmer.


Je lève la tête. Mes yeux se perdant dans les siens.
Quelques battement de cils et c'est son visage sur lequel se posent mes yeux. Le regardent sans se laisser prendre d'assaut par ces traits qui savent si bien faire rayonner quelque chose en moi.
Non. Pas de rayonnement ce matin. Que du monotone et de la grisaille.
» Ted, c'est pas que t'aies fait quelque chose en particulier. Je n'ai pas besoin de compagnie. C'est tout. Alors oui, on vit ensemble. Mais bon, on a pas besoin de passer tout notre temps ensemble non plus. Un sourire sincère se dessine sur mes lèvres. Il est mieux sans moi. Il devrait s'en rendre compte. Je suis pas toujours de bonne compagnie, tu le sais bien.
Je tente la légèreté. Qui sait, peut-être que cela fonctionnera malgré la façon dont il me regarde, malgré son ton sérieux.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.


Dernière édition par Satine Hannigan Hudson le 2018-08-23, 21:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2079
@PSEUDO : TAG



Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-06-07, 05:17




❝666 > Courage fuyons !❞
Satine & Ted
Cette dernière année on avait échangé plus d'un baiser avec Satine, en particulier l'été dernier quand on était partit en vacances. Mais ça n'avais jamais été plus loin. On avait encore jamais franchis le cap de la relation sexuelle bien qu'une fois ça n'était pas passé loin, mais du tout ! Ceci dit je m'en contentais. On se rapprochait, tout ça se passait bien. Et voilà que d'un coup sans raison elle avait décidé d'être distante. Alors non je ne comprenais pas, j'étais perdu. Encore aujourd'hui, ce matin, alors qu'on avait eu très peu l'occasion de petit déjeuner ensemble ces dernières semaines je voulais en profiter mais elle me fuyais à nouveau. Elle m'avait répondu!; M'avait dis avoir passé une bonne nuit mais après ça elle avait préféré partir pour continuer à manger dans le salon. Avec une autre personne je me serais sans doute interrogé aussi mais ça ne m'aurait pas vraiment atteint. Mais avec Satine c'était particulier. Ça me touchait. Tout ce qu'elle faisait ça me touchait. Je faisais avec, je ne disais rien quand elle rapportait un mec, quand elle sortait pour ne pas rentrer même si ça me faisait quelque chose. Du moment où elle continuait à me parler et où je me sentais encore exister je supportais. En revanche qu'elle me fuie ça me blessait. Et l'incompréhension y était pour quelque chose.

Alors je m'étais levé; La rejoignant pour directement lui poser la question. Après tout si je savais ce que j'avais pu faire comme connerie pour provoquer son éloignement au moins je saurais que ça serait mérité et que ça passerait. Je m'en voudrais peut-être un peu d'ailleurs. Mais au moins je me demanderais plus si elle ne me supporte plus. Je ne suis pas distante. Je n'ai simplement pas envie de parler C'était rare que je me lance moi même dans des conversations sérieuses. J'étais rarement sérieux de toute façon. Mais si je le faisais la c'était parce que j'avais vraiment besoin de réponses et celle la était loin de me satisfaire. "T'as pas envie de parler, depuis plusieurs semaines, et que avec moi.. ?" Y'avait qu'à moi que ça ne paraissait pas vraiment logique ? Il devait forcément y avoir quelque chose en rapport avec moi dans cette histoire. Mais j'avais beau creuser, me repasser nos moments dans ma tête, je ne trouvais pas. Est ce que j'avais fait quelque chose en étant bourré ? Tellement bourré que je ne me souvenais de rien ? C'était pas impossible après tout. Quand elle relève ses yeux sur moi je soutiens son regard. Un air plus inquiet qu'énervé accroché au visage. Ted, c'est pas que t'aies fait quelque chose en particulier. Je n'ai pas besoin de compagnie. C'est tout. Alors oui, on vit ensemble. Mais bon, on a pas besoin de passer tout notre temps ensemble non plus Elle souriait mais cette fois ci ça ne me donnait pas envie de sourire. Je baissais plutôt la tête en soupirant doucement "Ça semblait pas te gêner avant" je relevais les yeux sur elle puis finalement la tête Je suis pas toujours de bonne compagnie, tu le sais bien je secouais la tête "Et ça ça ne m'a jamais gêné moi. Parce qu'en général j'arrivais quand même à te faire sourire. Je peux plus maintenant que tu préfères m'éviter" et ça me manquait. Cette situation m'attristait. Je décroisais les bras et prenais un pouf pour l'amener devant le fauteuil sur lequel elle était assise et m'asseoir dessus. Face à elle. Je levais la tête pour la regarder "J'ai l'impression que tu m'aimes plus" et pas aimer dans le sens amoureux hein mais dans le sens apprécier. Si c'était le cas j'aurais de vraie raison d'être triste.
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : WILD HEART.
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3778
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-08-23, 21:59





maybe you should run away
SATINE & TED

J'étais la raison, la cause de cette distance. Je l'avais provoquée. Organisée chaque jour depuis des semaines. Prendre soin de ne pas trop le croiser, de le fuir les soirs où je savais que je n'étais pas en mesure de l'ignorer ou d'ignorer ce besoin de lui qui s'imposait bien trop souvent. Alors je ne rentrais pas. Dormais ailleurs, mon esprit incapable de penser à autre chose qu'à ce dont je tentais de le priver.
Il me dominait sans peine, sans effort inconsidérable. J'étais trop faible pour parvenir à maintenir cette comédie. Ce mensonge absurde. Loin de lui, de sa chaleur, de l'odeur délicate et captivante de sa peau, j'étais en mesure de lutter davantage. J'étais apte à me distraire. Même si cela ne durait qu'un moment.
Là, face à lui. Face à ce que je lui faisais. Ce que je nous faisais à tous les deux, je ne tiendrais pas longtemps.
Faiblir est inévitable.

Les questions se précisent. Se ressent et le mensonge semble plus délicat à maintenir.
Pourtant, dire la vérité est inenvisageable.

Quelle vérité?
Quel mot pourrais-tu utilisé?


» Je te parlais de ce matin. Et puis, ça arrive de.. De ne plus avoir la tête à parler. Ça doit te paraître impensable. Mais c'est comme ça. Et puis, ça ne fait pas plusieurs semaines...

Chaque mot qui nourrit ce mensonge, cette comédie est répugnant. Me dégoute.
Quelle idiote je fais.

Tu lui fais du mal. Volontairement.
Bravo. Tu es tristement pathétique.
Achève-le. Dis-lui toutes les horreurs que tu penses justifiables.
La distance finira par vous séparer.
Et il n'y aura plus de retour en arrière.


Plus de retour en arrière.
La phrase tourne en boucle.
Cette perspective fait mal. Trop mal.
Se propage rapidement. S'empare du corps, agite le cœur.

Quel cœur ?
Tu n'en as pas.
N'en a jamais eu.
Ce n'est qu'une mascarade de plus.


Son expression me frappe de plein fouet.
La déception.
La tristesse.
J'en étais responsable. Coupable.
Son visage baissé, blessé et ses yeux si loin des miens.
Les émotions se mélangent, se battent et aucune d'elles ne semblent sur le point de s'emparer de la victoire, du corps. Elles vont et viennent et je me perds dans le tourbillon de ce qu'il fait naitre en moi.
Eviter son regard habituellement et crever d'envie qu'il se plonge à nouveau dans le mien.
Aucun de mes faux sourires ne lui rendra le sien.

Qu'est-ce que tu es en train de faire ?
N'est-ce pas ce que tu souhaitais éviter ?


Le temps que l'on passait ensemble… Il n'y a pas de mot. Rien. Ni dans ma tête, ni dans ma bouche. Que ce sentiment étrange et réconfortant d'être à sa place, de ne vouloir être nulle part d'autre que là, près de lui, entourée de sa présence, de ses bras.

Trouve un mensonge valable si tu en es capable.
Si tu es en mesure de réfuter tout le bien qu'il glisse en toi.


Se creuser la tête et ne trouver aucune excuse valable. Puis ses yeux percutent les miens. Chamboulent l'esprit qui ne sait plus fonctionner face à ces couleurs qui le regarde entièrement. Vulnérablement.
» Avant, c'était différent…
Ca m'échappe. Cette maudite bouche qui a si faim de lui se ligue contre moi. Se met à en dire trop.

La légèreté échoue. Se fait dévorer par l'expression si sérieuse des traits de Ted dont les yeux ne quittent pas les miens. Il secoue la tête. Chasse mes mensonges, les remplace par une douce vérité.
Il n'a jamais été gêné par mes humeurs qu'il sait si bien chasser et remplacer par des sourires amusés et sincères.
Que puis-je lui répondre?
Pas le temps pour un autre mensonge. Il bouge, se déplace et l'idée qu'il s'éloigne un peu trop pèse sur ma poitrine. L'endolorit.
Mes yeux le cherchent machinalement.
Le revoilà, face à moi, assis sur un pouf qu'il place pile devant moi.
La proximité est réconfortante.
Ses jambes se glissant contre les miennes.
Agréable contact qui nourrit le corps affamé de lui.
Soupire qui s'échappe. Soulagement de le retrouver, de le sentir à nouveau.

Son visage à ma hauteur, ses yeux posés sur moi, ses mots flottent jusqu'à moi et me frappent.
Me mettent à terre.
Impossible de se relever.

Il pense que tu ne peux plus le voir.
Que tu ne l'apprécies plus.
Que tu ne l'aimes plus.
Mais es-tu seulement capable d'aimer ?

Tu hésites, tu paniques.
Qu'est ce que tu pourrais lui dire ?
Quelle connerie vas-tu trouver pour tenter de le distraire.

Rien ne te viens.
Tu vois, tu es une bonne à rien.


Mes yeux se baissent, le fuient.
Ils ne sont pas comme les mots manquants, ils détiennent une vérité que je ne saurais verbaliser, que je ne souhaite pas révéler. Que je ne suis pas en mesure de dévoiler.
Mes paupières se ferment.
J'inspire. Tente de ne pas laisser ma respiration s'agiter, de ne pas laisser mon cœur s'emporter.

Les mots se materialisent sous mes yeux une nouvelle fois.
Ma bouche semble vouloir les articuler, n'y parvient pas.
Entre mensonge et vérité, elle ne sait plus à quoi s'adonner.

» Je me suis rendue compte que… ce n'est pas que je ne t'apprécie plus. Je ne te vois simplement plus de la même manière, quand je suis avec toi.. C'est comme être avec un simple ami... comme un frère.

La gorge se resserre douloureusement.
L'air n'entre plus.
Les mensonges sont prisonniers.
Enfin, le silence.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2079
@PSEUDO : TAG



Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-09-14, 14:32




❝666 > Courage fuyons !❞
Satine & Ted
J'en avais marre de ne pas comprendre ce qu'il se passait, de ne pas savoir ce que j'avais fait. Et de me contenter de rien du tout en fait. Aucune explication. Elle m'évitait c'est tout. J'étais pas doué pour patienter, j'étais pas du genre à attendre, même mes propres mots n'attendaient pas l'aval de mon cerveau pour sortir de ma bouche alors attendre que ce comportement passe ou qu'elle me donne une explication je ne pouvais plus. Je ne comprenais pas et voir qu'elle agissait de nouveau pareil ce matin ça me rendait fou. Comme si c'était normal. Enfin la seule explication que j'arrivais à avoir pour l'instant était qu'elle n'était pas d'humeur à parler. Tu parles, pendant tout ce temps ça pouvait pas être que ça Je te parlais de ce matin. Et puis, ça arrive de.. De ne plus avoir la tête à parler. Ça doit te paraître impensable. Mais c'est comme ça. Et puis, ça ne fait pas plusieurs semaines... Ah ben ça elle avait raison oui ça me paraissait impensable ! Est ce que c'était réellement parce que j'étais un grand bavard que ça me faisait aussi bizarre ? J'avais quand même de gros doutes. Être aussi distante d'un coup et pendant des semaines ça paraîtrait suspect à tout le monde non ? Je secouais la tête "A partir de deux c'est plusieurs, et encore j'ai même l'impression que ça fait des mois moi" c'était tellement pesant que ça en devenait super long. J'en pouvais plus d'attendre, de ne pas savoir.

Avant, c'était différent… Ça oui j'avais bien remarqué que c'était différent d'avant, c'était même ça le problème, mais c'était pas le question "Pourquoi ça l'est ? Pourquoi ça a changé ? Pourquoi c'est différent ?" Qu'est ce que j'avais fait bon sang ! On ne changeait pas de comportement sans raison après tout. j'étais somnambule et j'avais pissé dans la poubelle ? Ou bien je parlais en dormant ? Je pouvais pas m'excuser tant que je savais pas quelle connerie j'avais fait en tout cas. Pourquoi ne pas me dire directement ce qui n'allait pas plutôt que de bouder pendant des jours ? Elle voulait me faire mariner ? J'avais beau réfléchir je ne voyais pas ce que j'avais bien pu faire pour mériter un tel comportement. J'aurais peut-être pu supporter un éloignement si on ne vivait pas ensemble mais on vivait bel et bien sous le même toit. Du coup c'était beaucoup moins simple de faire comme si de rien n'était, faire comme si c'était normal de ne plus se calculer, d'être évité et de ne pas échanger plus que le strict minimum quand on se croisait. Parce que ça n'était plus que ça: se croiser. Est ce qu'il n'y avait que moi que ce manque de partage soudain mettait mal ? En tout cas ça ne semblait pas la gêner elle vu que c'était elle qui le provoquait. Je m'asseyais en face d'elle, lui disant ce que cette situation me renvoyait, l'impression que ça me donnait, autrement dit celle ne plus être aimé. En tout cas c'était comme ça que je le percevais. Plus de marque d'affection, plus de tendresse, rien. Je plantais mes yeux dans les siens, y cherchant une piste, un indice, une réponse. La réponse arriva, assommante. Je me suis rendue compte que… ce n'est pas que je ne t'apprécie plus. Je ne te vois simplement plus de la même manière, quand je suis avec toi.. C'est comme être avec un simple ami... comme un frère. Si l'entendre parler de simple ami était déjà douloureux c'étai le dernier mot qui m'achevait. Un frère. Je déglutissais et laissais ma tête tomber en avant. Elle aurait pas pu faire pire. En passant sur le fait que je ne comprenais pas pourquoi on repousserait quelqu'un qu'on voit comme un frère je n'avais pas envie d'accepter ce genre de place dans son cœur. Comment pouvait-elle ? On avait faillit coucher ensemble, on avait échangé des baisers encore et encore et maintenant elle me disait ça ? Je soupirais et passais mes mains sur mon visage avant de le relever devant elle "Non, je veux pas, je veux pas être ton frère Sat, jamais de la vie j'aurais envie d'être un frère pour toi !" J'étais contre l'inceste et y'avait pas pire dans la friendzone que le frérot. Je crois que même le meilleur ami gay avait plus de chance. "Tu me plais et tu dois bien le savoir non ? Et tu me plais pas comme une sœur" elle était pas conne, ça se voyait parfaitement bien qu'elle me plaisait. J'avais envie de coucher avec elle, je l'avais pas caché, elle devait bien se douter que me parler de frère allait me faire un choc. Ma mâchoire se crispait et je soupirais longuement. "Ça me fait de la peine" beaucoup de peine "Si c'est vraiment comme ça que tu me vois je crois que je vais pas pouvoir rester ici" ça faisait trop longtemps que j'espérais et mes espoirs se brisaient de la pire des façons. Si j'avais pas d'autre choix que de passer à autre chose je ne pouvais pas rester auprès d'elle et continuer à la voir tous les jours.
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : WILD HEART.
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3778
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-10-12, 17:40





maybe you should run away
SATINE & TED

Il a l'impression que cela fait des mois.
Des mois que je l'évite discrètement.
Il a raison. Cette impression pèse sur moi. Me torture doucement.
J'aimerais lui répondre qu'il exagère. Que m'avoir à ses côtés n'est pas si important. Qui suis-je pour mentir de la sorte. Pour me cacher derrière une montagne d'idioties qui n'ont de sens pour aucun de nous deux.
Chaque minute sans lui avait pesé lourd, ralentissant le temps, faisant durer le manque, la douleur.
Ma bouche s'ouvre et les mots se forment.
» Ce n'est qu'une impression.

Tu voudrais le lui dire, n'est-ce pas ?
Quelle torture c'est d'être sans lui.
Tu choisis de te taire.
Pire, de mentir.


Il m'interroge. Cherche à comprendre ce qui a changé, ce qui a rendu tout cela si différent.

Il veut savoir pourquoi tu lui fais ça.
Pourquoi tu l'embrasses passionnément pendant des mois pour ensuite l'éviter. Le fuir. Le priver de ce qui te hante chaque instant loin de lui.
Regarde-le tenir à toi. Regarde ce que tu lui fais.
Lis la souffrance sur ses traits, la tristesse de ses yeux.


Je reste de marbre. Aucune réaction.
Je suis désolée. C'est tout ce qui se manifeste. Le reste est enfoncé loin de la surface. Prisonnier.
Les mots s'alignent, s'organisent dans ma bouche. Ce qu'ils disent, signifient, fait mal. A moi. A lui.
Ça le percute. Je le vois. A sa manière de déglutir. A ses yeux qui me quittent brusquement, sa tête qui tombe en avant. Abattu.
Mon cœur se resserre douloureusement. Il frappe contre ma poitrine. Agite ma cage thoracique. Mes mains se contractent. Veulent l'attraper. Le réconforter. Le faire prisonnier à jamais d'étreinte merveilleuse. Il est si près, cela ne demanderait pas d'effort. Le prendre dans mes bras, le serrer, laisser nos corps se retrouver dans un vacarme silencieux.

Il parle. Balaye les pensées absurdes. Me rappelle à l'ordre sans le savoir.
Il refuse ce que je lui dis. Le crois. Mais n'en veut pas.

A sa place comment ne pas te croire.
Tu es terriblement convaincante.


Ses mots s’enchaînent. Il m'interroge.

Sais-tu que tu lui plais ?
Qu'il ne veut rien de fraternel avec toi ?
Tu le sais.
C'est bien cela qui te fait peur.
Qu'il voit en toi quelqu'un qu'on peut aimer.
Personne ne peut réellement t'aimer.


Ses réactions comme ses mots me frappent. Font naître une douleur sans égal.
Il soupire et l'air me manque.
Sa voix reprend chassant le lourd silence entre nous.
Ses mots aiguisé se lancent à ma poursuite et s'enfonce dans mon cœur.
Mes paroles le blessent.
Il ne peut plus continuer à vivre là. Avec moi.

Tu as gagné, Satine.
Tu l'as blessé.
Chassé.
Il va s'en aller.
Te laisser.
Tu seras protégée des délicates possibilités.
Des sentiments que tu fais prisonnier au fond de toi.
Plus de retour en arrière.


A l'intérieur. La peine et la satisfaction se mélange. C'était ce que j'avais essayé de faire. L'éloigner. Empêcher que la situation entre nous ne prenne une tournure trop… sérieuse. Pourtant, mon ventre noué et mon cœur serré ne semblent pas heureux… Endolori, leurs plaintes ne vont pas tarder à me terrasser. Les ignorer ou les mépriser ne changerait rien. Les contenir est encore possible. Le temps est contre moi.

Ma main se pose sur son genou gauche. L'attention est délicate. Timide.
» Ce n'était pas mon intention… De te faire de la peine. Mais… Ma gorge se noue. Les mots bloquent. Mon corps refuse de les laisser percuter l'air libre. Mais tu as raison. C'est ce qu'il y a de mieux à faire. Encore, les paroles peine à se matérialiser. C'est mieux pour toi de déménager, si c'est ce que tu veux.

Tu as envie de le réconforter.
De lui dire que te fuir est la meilleure solution.
Qu'une fois loin de toi, sa peine s'estompera et qu'il trouvera mieux,
Quelqu'un de bien.
Ce que tu n'es pas.


Ma main va se jouer de moi. Je le sens. N'y prête pas attention, je suis focalisée sur lui, ses traits attristés. Elle n'est pas en mesure de déjouer les plans du bout de ses doigts. Il est trop tard.
Pourtant, cette traîtresse se contracte. Serre son genou. Veut l'empêcher de s'en aller. Elle ne veut pas qu'il s'en aille. Elle veut se glisser dans son cou, sous son t-shirt, l'agripper et ne plus lâcher prise.
Reste, supplie-elle.
Mais personne ne l'entend. Ne la comprend.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2079
@PSEUDO : TAG



Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-10-14, 02:28




❝666 > Courage fuyons !❞
Satine & Ted
Ce n'est qu'une impression Oui c'est sûr que s'en était une, n'empêche que ça restait quelque chose de désagréable. Puis en vivant sous le même toit c'était difficile de ne pas trouver le temps plus long. C'était pesant. "Ça va devoir être comme ça encore combien de temps ..?" déjà que je ne comprenais pas ce virement de situation je me demandais bien combien de temps j'allais devoir faire avec. Est ce que c'était un changement définitif ? Si c'était ça ça n'allait pas le faire. Mais avant ça il valait mieux savoir ce qui avait pu provoquer ce changement, c'était le meilleur moyen de résoudre le problème. Parce que oui pour moi il y avait clairement un problème, une situation à rétablir. Celle la ne pourrait jamais me convenir.

Mais le pire était à venir. Elle l'avait fait, elle venait de comparer notre relation à une relation fraternelle. Quelle magnifique façon de me dire je n'avais aucune chance avec elle. Ce qui allait contre tout ce qui c'était passé auparavant. Et surtout, ce qui me brisait le cœur. Comment réduire mes espoirs en une boulette de papier avant de les jeter à la poubelle. J'étais bouleversé oui et maintenant j'envisageais de partir d'ici, d'aller vivre ailleurs. Rester ici ça ne serait qu'une tentation qui ne mènerait jamais à rien, et l'avoir sous le nez constamment ne ferait que me rappeler qu'il ne se passerait jamais rien et qu'elle me voyait comme un frère. Sans parler du fait que ça ne me permettrait clairement pas de passer à l'autre chose. Elle posait sa main sur mon genoux. Je ne comprenais plus la... C'était un geste affectif de sœurette ça ? Elle voulait me réconforter après m'avoir piétiné ? Ce n'était pas mon intention… De te faire de la peine. Mais… je n'osais même plus la regarder. Mon regard était baissé et perdu dans le vide devant moi. Ne regardant réellement rien de précis. Mais tu as raison. C'est ce qu'il y a de mieux à faire je ne disais toujours rien... Je n'avais pas réellement envie de me faire à l'idée qu'ici ça ne soit plus chez moi. Ça allait être un changement brutal, mais bon il y avait des chances pour que je n'ai pas trop le choix C'est mieux pour toi de déménager, si c'est ce que tu veux je crispais la mâchoire. J'aurais dû arrêter le massacre maintenant, me lever, et partir. Mais je sentais son emprise sur mon genoux se resserrer. "Je suis pas sûr que ça soit vraiment ce que je veuille mais c'est probablement mieux oui" mon cerveau retournait la situation dans tous les sens. Après avoir bugué voilà qu'il tournait à toute allure "Pas me faire de peine..." Pourquoi ça me semblait de moins en moins crédible ? Je l'aurais cru si elle m'avait mis un stop dès le départ, dès qu'elle avait compris que je m'intéressais à elle. Je regardais un instant sa main avant d'à nouveau relever les yeux pour la regarder "A quoi tu joues au juste ?" y'avait un truc qu'était pas normal "Si tu me vois comme un frère pourquoi tu m'as embrassé, pourquoi t'as laissé faire tout ce qu'il s'est produit ensemble, pourquoi on a faillit couché ensemble ?" c'était pas logique ! "Si tu me voyais vraiment comme un frère t'aurais pas fait tout ça, t'aurais pas voulu me blesser en me donnant de faux espoirs" pourquoi infliger ça à quelqu'un pour qui on a de l'affection "En fait j'ai juste été un divertissement, un moyen de te sentir supérieure en contrôlant un petit jeu dont t'es la seule à connaitre les règles" voir la seule à y jouer consciemment en fait "Tu t'es juste amusé, tu as flirté avec moi pendant des mois et des mois, me laissant clairement le temps de développer des sentiments et une fois que je me suis vraiment attaché tu me fais poireauter jusqu'à ce que j'en puisse plus et ensuite tu me brises le cœur. Et même ça tu n'es pas capable de le faire correctement en me disant la vérité, tu préfères me parler de frère, faire en sorte que je pense que t'as une forme d'affection pour moi pour pas que je puisse t'en vouloir et comme ça t'as gagné sur tous les terrains. Bravo, félicitation, t'as bien mené ta barque et moi j'ai été un pion bien con et naïf. Peut-être que je le mérite après tout, je devrais moins croire en la bonté des gens." les larmes m'étaient monté aux yeux en perdant si bien qu'ils étaient rougis et qu'elle pouvait probablement y voir son reflet. "Qu'est ce que je t'ai fais... ?" ma gorge se serrait, m'empêchant de parler bien longtemps "Comment une aussi belle femme peut se sentir mieux en étant cruelle ?" je baissais la tête et les yeux, me pinçant les lèvres puis je passais rapidement ma main sous un de mes yeux pour empêcher une larme de couler et secouais la tête de gauche à droite "Échec et Mat" je posais ma main sur la sienne l'espace de quelques seconde puis finalement, sans être brusque, je lui enlevais de mon genoux. Blessé. Humilié. Je me relevais et sans reposer mes yeux sur elle je me dirigeais vers ma chambre.
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : WILD HEART.
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3778
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   
2018-11-20, 19:57





maybe you should run away
SATINE & TED

Tenter de minimiser la situation semble ridicule dans le désordre intérieur qui m'agite. Il pose une question. Combien de temps va encore durer ce petit jeu ? Ses interrogations resteront sans réponse. J'ignore combien de temps je vais tenir à jouer, à le repousser et prétendre de ne rien ressentir.
 
On va te plaindre. Pauvre petite chose.
Dépourvue d'amour tu termines par l'arracher dans la poitrine des autres. Les regarder souffrir.
Tu n'es bonne qu'à ça, n'est-ce pas ?
Les faire souffrir dès qu'ils s'approchent trop de toi.
Regarde-le et essaie de dire le contraire.

 
Un léger rire m'échappe. L'intention de poursuivre cette mascarade est grande, pourtant, y parvenir est coûteux.
» Ted, il ne faut pas le voir comme ça. C’est juste…. Ça ne va sûrement pas durer… L'assurance se dissipe doucement, sans le vouloir admettant mes torts.
 
Tu es mauvaise à ce jeu.
 
Il semble affecté, touché. Je sens la culpabilité se faufiler en moi, s'agripper brutalement à mon ventre, le serrer, le tordre. Mes yeux devraient l'éviter, se préserver. Pourtant, je n'y parviens pas. Je le fixe, observe le moindre de ses gestes, de ses mouvements, m'attardant sur ses traits pour tenter d'en comprendre l'expression.
 
L'admire ton œuvre. Contemple les dégâts dont tu es responsable.
La peine, la douleur que tu infliges.
Et tu voudrais le garder près de toi ?
Ne sais-tu pas que tu es le poison qui embrume ses yeux, ternit ses traits ?

 
Il ne souhaite pas partir, pense que c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Il ne s'en va pas, je le chasse. C'est le sentiment qui s'empare brièvement de moi, avant que je ne le rappelle à l'ordre.
Sa stupeur s'estompe et le voilà qu'il lève les yeux qui percutent les miens.
Ses reproches se multiplient, se mélangent aux questions, plus rhétoriques, elles.
Silencieuse, je le regarde exploser, me balancer tout ce que je mérite à la figure.
Il remet en question tout ce qui s'est passé entre nous, les baisers, les caresses, les étreintes.
 
T'aurais pas voulu me blesser en me donnant de faux espoirs.
La phrase frappe fort. Quelque part en moi, quelque chose se brise. Ou se solidifie. La distinction est compliquée. Il a raison. J'aurais dû arrêter les frais bien avant. Avant qu'il s'attache, avant qu'il pense qu'entre nous, des possibilités existaient. Comment lui épargner ce qui m'avait prise par surprise, noyée dans des marées d'émotions, d'illusions. Il aurait voulu que je lui évite ce que je ressens, comme je le comprends.
 
La vérité. Il aurait préféré la vérité.
Lâche, tu n'oseras jamais la lui avouer,
La dire à qui que ce soit.
T'es bien trop cabossée. Bien trop abîmée.
Tu prétends vouloir le protéger, mais c'est ta peur qui te freine.
Trouillarde.

 
Je suis le plus droite possible malgré cette douleur qui me transperce. Je le regarde, immobile. Silencieuse. Il n'y avait rien que je puisse dire qui l'aiderait à aller mieux. Nous sommes destinés à traverser cette tempête.
Il me remerciera. Trouvera quelqu'un digne de son attention, de son affection.
 
Est-ce qu'il méritait que tu le piétine ?
Que tu le fasses espérer ?
Que tu alimentes cette relation qui ne menait nulle part ?
Tu le savais pourtant.

 
Je me suis laissée prendre à mon propre jeu.
 
Hé oui. Et te voilà éprise d'un autre être humain.
Cabossée, tu t'es cru capable d'aimer.

 
Il mérite mieux. Beaucoup mieux.
Les pensées s'accordent enfin. Elles ne lui veulent que du bien, alors que je vois les larmes remplir ses yeux.
Ma poitrine se resserre. Mon ventre se tord.
La souffrance provoquée est visible sur son visage.
Qu'ai-je fait ?
 
Les pensées se matérialisent dans ses mots.
La vérité. Il ne la comprendrait pas.
Il la refuserait.
Difficile de se l'avouer, mais c'était le bon choix.
Pour lui.
Il s'en remettra.
 
Peut-être pas toi.
C'est un risque à prendre.
 
Cruelle. Il me trouve cruelle et je ne peux pas lui dire qu'il a tort. Il a raison. Je suis un monstre d'avoir espérée sans réaliser qu'un jouer nous terminerions là.
 
Le torrent de ses mots faiblit. Ses yeux me quittent. Il chasse ses larmes du bout des doigts et je sens un poids s'installer sur ma poitrine. Chaque inspiration est pénible, difficile. La peine est lourde. Deviendra ma compagne. Me suivra partout. Empoisonnera chaque seconde. Ce n’est que de bonne guerre.
 
Échec et Mat.
Tu es la gagnante selon lui.
Pourtant, on le sait toi et moi,
C’est là ta plus grande défaite.

 
Sa main se pose sur la mienne. Quelques brèves secondes d’un réconfort que je ne mérite pas et qui pourtant adoucit les torsions douloureuses de mon ventre, de mon.. cœur.
 
Tu n’as pas de cœur.

Non. Rien ne bat plus dans ma poitrine.
Il me repousse doucement. Se lève. S'en va.
Plus il s'éloigne, plus le déchirement est destructeur.

» Ted, attends, je…

Ma voix me prend par surprise.

Qu'est-ce que tu fous, Sat ?
Petite égoïste, tu voudrais l'empêcher de s'en aller ?
Qu'est-ce que tu vas lui dire ?
Que tu ne voulais pas dire toutes ces choses ?
Que tu es désolée ?


Debout, prête à le rattraper, le retenir.
Je demeure malgré tout immobile.
Les yeux fixés sur ce corps qui m'appelle.

Il mérite mieux.
Tu sais que j'ai raison.
Libère-le. Frappe là où ça fait mal.
Achève-le.


Elle a gagne et je le perds.

» Vivre ensemble était bien un temps, il faut passer à autre chose…

Tu serres les poings et t'espères qu'il ne le voit pas. Qu'il ne lise pas en toi. Ton intérieur est pourtant tellement visible, exposé. Tes yeux le cherchant. Ton corps hurlant silencieusement. C'est discret, criant.


• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





Re: 666 > Courage fuyons ! | Tetine   


Revenir en haut Aller en bas
 

666 > Courage fuyons ! | Tetine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT'S EASIER TO LIE :: 
 :: West Phoenix :: Maisons
-