AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur
the lying game !

votez pour le forum
sur les top sites

Et si vous postiez un petit mot pour le forum ?
Aussi bien sur PRD que sur Bazzart

Venez participer à
l'intrigue où rôde un tueur

Envie de papoter ?
Rejoignez la ChatBox ou le flood !!

Partagez | 
 

 I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« Menteur Expert »


Love hurts.
ϟ CREDIT : cranberry+Tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Gigi Hadid.
ϟ JOB : Etudiante et interne en chirurgie/Barmaid au Icehouse&Serveuse au Ghost en extra
ϟ MESSAGE : 1211
@PSEUDO : Mehza


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-11, 22:46




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
Le boulot, les fêtes, les conneries et les cuites. Les éléments qui constituaient à présent la routine de la belle blonde. Ce n’était pas un train de vie dont elle était particulièrement fière mais ça lui convenait bien pour l’instant. Willow avait essayé à multiple reprise de suivre le droit chemin, de suivre un code de conduite ridicule qu’elle s’était elle-même fixé mais force était de se rendre compte que de toute manière, ça n’avait pas empêché les ennuis de venir à elle. Les poumons en feu, elle avait couru comme si sa vie en dépendait. Comme si tous les maux du monde avait été à ses trousses. Mais ça aussi, ça avait été totalement inutile. Là, assise sur ce banc, dans cette cellule miteuse, la belle blonde ne comprenait toujours pas comment est-ce qu’elle avait fait pour tomber aussi bas. L’ivresse embrouillait sa conscience et elle se souvenait vaguement de ce qu’elle avait fait pour en arriver là. C’était parti d’un pari stupide, d’une fierté piquée et des conneries qui avaient inévitablement suivie. Elle se prit le visage entre les mains, secouant la tête, désespérée alors qu’elle réalisait qu’elle s’était fait prendre en train de voler dans une épicerie qui se situait à deux mètre à peine d’un commissariat. C’était l’enjeu du défi, ça avait été à ses risques et périls et maintenant qu’elle était dans la merde jusqu’au cou, ses compagnons de jeu n’étaient bien sûr plus dans le paysage depuis longtemps. Willow ne savait pas comment est-ce qu’elle avait fait pour se laisser prendre au jeu mais elle savait qu’elle devait ses bêtises à sa stupidité et à sa consommation excessive d’alcool. Donc, autrement dit, que si elle était dans la merde, c’était sa faute à elle et celle de personne d’autre. « Mademoiselle Miller, c’est votre tour. », elle n’avait pas besoin que le  policier lui fasse un dessin, ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans ce genre de position. Il parlait de son droit à un coup de fil et quand elle se retrouva en face du combiné, c’est son numéro qu’elle composa. En temps normal, elle aurait appelé son foyer ou sa meilleure amie. Mais aujourd’hui, elle n’était plus en foyer d’accueil et n’avait plus de meilleure amie. Alors, elle appela le seul numéro que son esprit embrumé jugea utile dans ce genre de situation. « Allo ? Benji ? C’est Willow. Je sais qu’il est tard, que je tu veux entendre parler de moi mais j’ai besoin de toi… Je veux dire, j’ai besoin d’un avocat. Je suis au commissariat, j’ai fait une connerie. C’est même pas si grave en vrai… Aide-moi, s’il te plait.. », elle ne lui  avait même pas laissé en placer, elle avait tout déballer d’un trait. Et au moment où elle était enfin décidée à se taire et entendre sa réponse, le policier lui arracha lui téléphone de ses petites mains et raccrocha pour elle. Et comme elle n’avait pas sa langue dans sa poche. « J’avais pas fini, espèce de connard ! », l’homme de loi l’attrapa fermement par le bras, la cogna durement au mur et l’attira à sa suite. C’est le souffle légèrement coupé par le choc et quelques chutes manqués à cause de ses talons où et un bleu au bras qu’elle se retrouva de nouveau dans sa cellule. « Voilà, l’ouvres pas si c’est pas pour prendre ma bite dans ta bouche. », sur ses mots fleurit, il quitta simplement la pièce après avoir menotté ses poignets derrière son dos. La laissant là, le regard noirs et les poignets en feu. Pourtant, les larmes ne tardèrent pas lui monter aux en songeant que peut être… Peut-être que personne ne viendrait à son aide. Peut-être qu’elle avait gâché son seul coup de fil, qu’elle aurait dû appeler son meilleur ami et pas un avocat qui ne voulait plus la voir. Elle était seule, totalement seule face à cette grosse merde puante.

Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •



   
   
Why do I make you want to stay. Hate sleeping on my own, missing the way you taste. Now I'm fucked up and I'm missing you...— Flume&Kai- Never be like you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ Life is a game



ϟ CREDIT : SD (avatar) + tumblr (profil)
ϟ CÉLÉBRITÉ : Marlon Teixeira.
ϟ JOB : Avocat.
ϟ HUMEUR : Correcte.
ϟ CITATION : Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde
ϟ MESSAGE : 3474
@PSEUDO : Boucle d'or.


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-15, 11:39




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
Cette soirée, je ne faisais pas grand chose. Jelena avait pris son soir pour sortir avec des amis tandis que moi, je m’occupais de la maison et des jumeaux. Je n’avais rien de prévu donc autant qu’elle en profite de son côté. Jelena faisait un travail remarquable et je ne la remercierai jamais assez pour le soulagement qu’elle me procurait avec Mathéo et Hugo. Elle était tombée au bout moment et elle m’avait sorti d’une grosse galère. J’avais des nouvelles de la mère de mes enfants que de temps en temps. On essayait de faire un Skype de temps à autre quand elle avait le temps. C’était important pour les enfants de garder contact avec leur maman. Pourtant, je la maudissais intérieurement d’être partie et de nous avoir abandonné du jour au lendemain pour partir en Europe et poursuivre son rêve. Il n’avait pas fallu faire des gosses si c’était pour faire sa vie comme ça. Bref, le sujet « maman » était un sujet sensible avec moi et je ne préférais pas en discuter. Jelena était vraiment importante dans la vie des garçons et j’espérais qu’elle ne me lâcherait pas. Il n’y avait pas de doute sur sa sincérité et son amour pour les jumeaux. Il faudrait vraiment une raison importante pour qu’elle ne vienne plus à la villa. Je touchais du bois, il n’y avait rien pour le moment qui la faisait partir. Bref, en ce soir là, je ne faisais pas grand chose. Après avoir couché les petits, je m’étais installé sur mon canapé et je happais de chaine en chaine pour trouver quoi voir à la télévision. Il n’y avait pas grand chose de palpitant. Je m’étais arrêté sur une chaine qui diffusait du catch. Ca pourrait me passer un peu de temps en attendant que le sommeil arrive. Quelques minutes plus tard, mon portable se mit à vibrer. Je ne reconnaissais pas le numéro qui s’affichait mais je décrochais quand même.. Après tout, ça pouvait être quelque chose d’urgent ou de grave. Et là, au téléphone, j’entendis la voix désespérée de Willow qui me suppliait de l’aider malgré notre relation. Elle avait besoin d’un avocat parce qu’elle était au poste de police. Je n’eus même pas le temps de lui dire que j’arrivais que le téléphone raccrocha. Je m’empressais de me lever du canapé tout en éteignant la télévision. J’appelais Jelena pour savoir si elle pouvait entrer car j’avais une affaire urgente. Toujours aussi gentille, elle accourut immédiatement pour surveiller Mathéo et Hugo qui dormaient à poings fermés. Je ne pouvais pas les réveiller et les emmener au commissariat avec moi. J’avais pris le soin de me changer en mettant une chemise et un pantalon noir. Je jouais la carte de l’avocat après tout. Je me rendis rapidement au poste de police quand Jelena fut rentrée. Je me présentais à l’accueil comme l’avocat de Willow Miller. Je payais sa caution pour qu’elle puisse sortir de sa cellule et je l’attendis à l’entrée après avoir rempli les multiples papiers qu’il fallait.

Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •


   
   
Hugo & Mathéo ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t488-quel-beau-goss-eh-oui-c-est-moi-benjamin-m-gauthier
avatar

« Menteur Expert »


Love hurts.
ϟ CREDIT : cranberry+Tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Gigi Hadid.
ϟ JOB : Etudiante et interne en chirurgie/Barmaid au Icehouse&Serveuse au Ghost en extra
ϟ MESSAGE : 1211
@PSEUDO : Mehza


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-15, 13:04




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
La belle blonde commençait à désespérer. Recroqueviller sur elle-même, les genoux contre sa poitrine, les bras toujours menotté dans son dos, sur le banc de sa cellule. Elle gardait ses yeux brillant de larmes qu’elle se refusait de verser sur le sol dégueulasse. Croiser les regards de tous les pervers qui passaient devant les barreaux de ce qui semblait être sa chambre de fortune pour la nuit lui retournait l’estomac. Et elle se maudissait de porter ces fringues qui dévoilaient autant de sa peau de velours moucheté de grains de beautés ci et là. Parce qu’elle ressemblait à une prostituée des bas quartiers de Phoenix, que toute personne qui la voyait la prenait pour tel et qu’elle commençait à avoir froid avec la climatisation qui tournait à plein régime. Et elle se maudissait d’avoir appelé Benjamin, parce qu’elle commençait réellement à croire qu’il ne viendrait pas. Elle aurait avoir confiance en lui, se dire qu’elle le connaissait suffisamment pour savoir qu’il ne la laissera jamais pourrir dans cette cellule. Mais quand on avait vécu la vie qu’elle avait vécu, ce n’était pas chose aisé. Quand ta propre mère préférait se foutre en l’air plutôt que de t’élever, quand la première personne que tu daignes considérer comme ta famille t’abandonne, quand ton premier petit-ami en fait également de même. On apprenait que compter sur les autres était un luxe qu’on ne pouvait pas toujours s’offrir. Et même si Willow aimait voir le meilleur en tout un chacun, et même si elle était naïve, elle savait également être réaliste par moment. Benjamin lui avait clairement dit qu’il ne voulait plus la revoir et elle n’aurait jamais dû l’appeler à sa rescousse. Même s’il avait une nature adorable, gentille et généreuse, les faits étaient là. Ca fait presque une heure maintenant qu’elle lui avait téléphoné et elle était toujours là. « Miller, on a payé ta caution. », la blonde releva la tête, surprise et n’eut même pas le temps d’enregistrer les informations qu’on lui agrippait de nouveau le bras pour la tirer hors de sa cellule non sans brutalité. Et la douleur de cette poigne se lisait clairement sur son si jolie visage. « Tu me fais mal, lâches-moi ! », bien entendu, il ne relâcha pas, il resserra sa prise au contraire.

Et c’est comme ça, que l’homme de loi l’avait tiré à travers le commissariat pour la ramener à l’entrée. Quand le policier la relâcha enfin, elle perdit momentanément l’équilibre et manqua une nouvelle fois de s’étaler au sol de tout son long. Et heureusement qu’il lui agrippa les poignets pour lui retirer ses menottes, sinon elle se serait sans nul doute tombé face la première. Libérée, la blonde ramena ses poignets contre sa poitrine, les massant vainement pour atténuer la piqure qu’avait laissée le métal sur sa peau délicate. Quel fils de pute. La belle releva enfin le regard et là, se tenait contre toute attente Benjamin. C’était lui. Il avait payé sa caution. Il était venu la chercher. Les larmes menaçaient une nouvelle fois de lui échapper et elle s’en voulait de ne pas pouvoir les retenir, s’en voulait d’avoir douté du brun. Le policier la poussa en avant, « aller, casses-toi et qu’on t’y reprenne plus. », mais elle l’ignora car elle s’était déjà élancée dans les bras du beau brun. Ses bras s’enroulaient autour de sa nuque à mesure de ses jambes autour de ses hanches. Elle enfouissait son visage dans le creux de son cou où ses larmes allaient mourir. « Merci, merci d’être venu me chercher. », soulagée de se sentir enfin en sécurité. Soulagée de revoir cet homme qu’elle n’avait pas revu depuis trop de temps déjà. Et elle se souvenait pourquoi est-ce qu’elle avait douté, pourquoi est-ce qu’il l’avait privé de sa présence pendant si longtemps et s’efforça de descendre de son perchoir et de tarir ses larmes. « Je suis désolée. », parce qu’elle l’avait dérangé, parce qu’elle l’avait obligé à venir ici pour elle, parce qu’elle lui avait sauté dessus comme s’il le lui avait jamais dit qu’il ne voulait plus la voir.


Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •



   
   
Why do I make you want to stay. Hate sleeping on my own, missing the way you taste. Now I'm fucked up and I'm missing you...— Flume&Kai- Never be like you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ Life is a game



ϟ CREDIT : SD (avatar) + tumblr (profil)
ϟ CÉLÉBRITÉ : Marlon Teixeira.
ϟ JOB : Avocat.
ϟ HUMEUR : Correcte.
ϟ CITATION : Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde
ϟ MESSAGE : 3474
@PSEUDO : Boucle d'or.


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-20, 18:23




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
Il était évident que je n’allais pas laisser Willow en prison ou, du moins, dans la cellule du poste de police. J’avais fait tout ce qui était en mon pouvoir pour me libérer et la rejoindre au commissariat. Malgré que je lui avais dit que je ne voulais plus qu’on se voit, Willow restait tout de même spéciale pour moi. Elle avait été mon amante pendant plusieurs mois et je m’étais attaché de plus en plus à elle. Je ne voulais plus qu’on se voit tout simplement parce que je l’appréciais de plus en plus et que ça devenait trop dangereux. Je voyais bien que Ashley, mon meilleur pote, avait toujours un lien spécial avec elle. Je ne voulais pas qu’on se prenne la tête pour une femme alors j’avais préféré tout arrêter avant que ça ne soit plus compliqué et avant que quelqu’un ne brûle ses ailes dans l’histoire. Cependant, malgré tout ça, je serais toujours là pour elle. Elle avait besoin d’un avocat ? J’étais son homme. Je l’aurais mal pris si elle avait fait appel à quelqu’un d’autre de toute façon. C’est pourquoi, je m’étais dépêché pour rejoindre le plus rapidement possible le poste de police.

En arrivant, je me présentais à l’accueil et je leur signalais que je venais pour Willow Miller qui venait d’être arrêtée. Pour la faire sortir, il avait fallu que je paye sa caution. L’argent n’était pas un problème pour moi et je leur avais fait un chèque pour qu’ils puissent la faire sortir et qu’elle soit libre de nouveau. Après cela, j’avais rempli un millier de papiers, je n’en voyais pas le bout. Et lorsque ce fut fait, j’attendais debout, à l’entrée, qu’ils la fassent sortir. Au bout d’un moment, j’entendis crier. Je reconnus immédiatement la voix de Willow qui avait l’air d’être maltraitée par l’agent de police. Ca m’énervait tellement ces pauvres gars qui profitaient des prisonniers temporaires comme ça. J’avais envie de leur faire la même chose, il ne méritait que ça. Puis, Willow fit son apparition non loin de moi. Cela me déchirait le coeur de la voir avec des menottes et être aussi peu présentable comme ça. Ca ne lui ressemblait tellement pas… Pourquoi agissait elle ainsi ? Je ne comprenais pas à quoi elle jouait exactement. Je préférais largement la petite Willow toute mignonne et joueuse plutôt que la délinquante. Ca ne lui allait pas du tout. Enfin bon, je n’étais pas là pour la descendre, au contraire, elle allait avoir besoin de mon soutien. Lorsqu’elle fut enfin relâchée, elle se précipita dans mes bras. J’entourais mes bras autour de son corps et je la serrais fort contre moi, content de la retrouver à mes côtés. Elle me remercia d’être venu la chercher. C’est normal… Si c’était à refaire, je le ferais de nouveau. Je lui caressais les cheveux avec une main et là, Willow s’excusa. Ne t’excuse pas… Elle était déjà au plus mal. Elle n’allait pas se miner pour moi. J’étais le dernier de ses soucis.

Au bout d’un moment, je relâchais l’étreinte que j’avais vis à vis de Willow. Je déposais un baiser sur son front puis, je me reculais légèrement. Allez viens, on s’en va, ne restons pas là. Je lui pris sa main et j’entremêlais nos doigts afin de la faire sortir de là au plus vite. Je te ramène chez moi ! Il était hors de question qu’elle reste seule chez elle à broyer du noir. Toujours main dans la main, nous rejoignions ma voiture qui se trouvait garée non loin de là. Je l’ouvris puis je lâchais la main de Willow pour me glisser à l’intérieur et conduire jusqu’à la maison.

Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •


   
   
Hugo & Mathéo ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t488-quel-beau-goss-eh-oui-c-est-moi-benjamin-m-gauthier
avatar

« Menteur Expert »


Love hurts.
ϟ CREDIT : cranberry+Tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Gigi Hadid.
ϟ JOB : Etudiante et interne en chirurgie/Barmaid au Icehouse&Serveuse au Ghost en extra
ϟ MESSAGE : 1211
@PSEUDO : Mehza


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-21, 00:01




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
Ça lui faisait tout drôle de voir que Benjamin était réellement venu jusqu’ici pour la sortir de ce mauvais pas. Surtout après tout ce qu’il s’était passé entre eux dernièrement. La belle blonde avait tellement été surprise de revoir cet homme qu’elle ne pensait pourtant ne plus revoir, qu’elle s’était précipiter dans ses bras. Et bien sûre, elle n’avait pu se contenter d’un câlin plutôt basique. Elle lui avait littéralement sauté dans les bras, avec les jambes autour de ses reins, ses bras autour de sa nuque et son visage humide au creux de son cou. Chaudement, il n’allait sans dire, qu’elle l’avait remercié. Il ne lui devait absolument rien et pourtant, il était là. D’ailleurs, il lui avait fait savoir qu’il trouvait ça normal, que si c’était à refaire, il le referait de nouveau. C’était probablement la chose la plus adorable qu’elle entendait de la soirée, de journée ou même de la semaine, même. « C’est pas normal et je ne t’en remercierais jamais assez. » C’était bizarre de se dire qu’il lui prouvait qu’il pouvait encore compter sur lui alors qu’il lui disait également qu’il ne voulait plus la voir. Willow était descendu de son perchoir mais il la tenait encore bien trop fermement pour qu’elle ne se dégage de ses bras. Et à vrai dire, elle n’avait pas vraiment envie qu’il la relâche. Au creux de ses bras, elle se sentait bien, assez bien pour sécher ses larmes. La présence de Benjamin lui avait toujours semblé réconfortante et elle était assez égoïste pour profiter au moins le temps que ça durerait. Car elle savait que rien n’avait changé. Lui aussi n’était que de passage dans sa vie et même si ça la peinait de le reconnaître. Le choix, on ne le lui laissait pas. Alors, elle s’était excusée, il s’était empressé de lui répondre qu’elle ne devait pas le faire et elle avait simplement hoché la tête. Parce qu’elle savait qu’elle le devait et parce qu’elle n’avait pas la force d’argumenter sur le sujet. A cause d’elle, Ashley n’adressait plus la parole à son ami et elle ne savait que trop bien la douleur que ça entrainait d’être privé de son meilleur ami. Parce qu’au final, qu’elle s’excuse, qu’il la sorte de là, qu’elle le remercie ou qu’ils s’étreignent. Benjamin allait de nouveau disparaitre.

Le beau brun finit par se détacher de lui et elle était prête à lui dire au revoir, une nouvelle fois. La blonde avait frémit en sentant ses lèvres sur son front et quand il recula, elle était fin prête. Elle allait le remercier une nouvelle, lui assurer qu’elle allait le rembourser et lui dire que malgré tout, ça lui avait fait plaisir de le voir. Même si elle lui en voulait encore beaucoup de l’avoir laissé tomber du jour au lendemain, il était là ce soir et rien que pour ça, il ne méritait pas ses reproches quand elle lui ferait ses adieux. Son courage à deux, elle ouvrait à peine la bouche qu’elle referma de sitôt quand Benjamin reprit la parole. Il lui avait pris la main. Non, il avait glissé ses doigts entre les siennes. Le regard rivé sur leurs deux mains liées, elle le suivait sans un mot. Jamais de la vie il ne lui avait pris la main de cette manière. Comme s’ils étaient un putain de couple ! « Benji… », elle le suivait toujours et il la coupait de nouveau en lui disant qu’il la ramenait chez lui. Chez lui ? Putain mais qu’est-ce qu’il lui faisait ? Willow était bouche bée, complétement paumée. Spectatrice. « Benji ! », mais sa voix était à peine audible et lui, il s’arrêtait enfin devant sa voiture et se glissait à l’intérieur, prêt à prendre la route. Mais la blonde ne monta pas, bien sûr, qu’elle ne monterait pas dans cette voiture et irait encore moins chez lui. Sur le trottoir, elle le regardait et bientôt, elle le fusillait du regard. Parce qu’il pensait que c’était aussi facile ? « Tu te fous de moi ou quoi ? », c’était une question, une question qui reflétait son incompréhension mais également son agacement. « Merci beaucoup d’être venu me chercher. Sache que je te rembourserai jusqu’au dernier centime de cette putain de caution. Mais à quoi tu joues ? Me prendre la main comme tu l’as fait, me dire que tu me ramène chez toi ? Comme si c’était normal ? Comme si tu ne m’avais pas dit que tu ne voulais plus me voir, y’a un mois ! Un mois, putain ! », non, ce n’était pas aussi facile. Un mois, un putain de mois. Il l’avait laissé tomber comme si elle n’avait été qu’une putain de merde qu’il n’écraserait sous aucun prétexte sous ses chaussures de luxe et il se permettait de faire comme si de rien était ce soir. Ses bonnes résolutions étaient définitivement passées par la fenêtre. Elle lui en voulait parce qu’il l’avait blessé même s’il avait ses raisons, il l’avait blessé. Et il l’avait blessé parce qu’elle tenait à lui, s’était habitué à sa présence et comme ça, du jour au lendemain, il avait plus voulu la voir. D'une voix plus calme, brisée.« Je ne comprends pas. », pourquoi c’était aussi facile pour lui de ne plus la voir alors qu’elle ça lui faisait du mal, clairement.



Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •



   
   
Why do I make you want to stay. Hate sleeping on my own, missing the way you taste. Now I'm fucked up and I'm missing you...— Flume&Kai- Never be like you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ Life is a game



ϟ CREDIT : SD (avatar) + tumblr (profil)
ϟ CÉLÉBRITÉ : Marlon Teixeira.
ϟ JOB : Avocat.
ϟ HUMEUR : Correcte.
ϟ CITATION : Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde
ϟ MESSAGE : 3474
@PSEUDO : Boucle d'or.


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-22, 10:25




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
J’aurais fait n’importe quoi pour que Willow puisse sortir de la cellule. J’avais horreur de la voir dans ces conditions. Elle ne méritait pas d’être dans quoiqu’elle fasse. Bon, elle avait un peu abusé et ça lui servirait peut être de leçon mais au moins, j’avais fait tout ce qui était en mon pouvoir pour la faire sortir de là. Comme je lui disais, si c’était à refaire, je l’aurais fait. Pour moi, c’était normal de l’aider. Nous étions assez proches pour que je puisse la sortir de la merde. Apparemment, pour elle, ce n’était pas normal. Elle avait du douter que je viendrais sûrement par rapport à mon discours d’il y a un mois sur le fait que nous devrions arrêter de se voir. J’avais tout arrêté avec elle pour ne pas blesser davantage mon meilleur ami qui ne me parlait plus pour le moment ou du moins, qui faisait tout pour m’éviter. Il y avait tout de même prescription, leur relation datait de l’adolescence et aucun des deux ne parlait de l’autre depuis des lustres. Je ne comprendrais jamais rien à tout ça et je préférais rester seul. Les femmes ne m’apportaient que des problèmes. Je préférais donc mettre fin à Willow et moi avant que ce ne soit trop tard avec Ashley. Cependant, ce n’était pas pour autant que je volerai au secours de la petite blonde si jamais elle avait un problème, comme maintenant par exemple. Ne t’en fais pas ! Willow avait l’air de se faire toute une histoire intérieurement pour me remercier. Je ne demandais pas à ce qu’elle me remercie par différentes façons. Le seul fait de savoir qu’elle allait bien me convenait parfaitement.

Bon, il était temps pour nous de partir. Je pris Willow, entremêlant nos doigts ensemble afin de la tirer plus facilement à l’extérieur. Pour moi, c’était un geste tout naturel qui était venu un peu sous la spontanéité de la chose sans vraiment réfléchir en fait. Je voulais partir le plus loin possible de ce commissariat et ne plus jamais parler de cette histoire. Nous arrivions rapidement à la voiture et je lui signalais qu’elle viendrait chez moi. Je ne voulais pas qu’elle reste seule ce soir. Je préférais la savoir en sécurité chez moi. Je ne voulais pas qu’elle broie du noir suite à tout cela. Je pensais qu’elle me suivrait bien gentiment sauf que, lorsque je montai dans la voiture, Willow resta droite comme un piquet sur le trottoir. Je ressortis de ma voiture, fronçant les sourcils puisque je ne comprenais pas ce qui se passait. Elle se demandait si je me fichais de sa gueule. Euh non… Pas du tout. Et là, elle me dit, furax, qu’elle me rembourserait et qu’elle ne comprenait ni mon geste avec la main ni même mon invitation. Tout cela était par rapport à mon abandon à son égard il y a un mois. Bon… Elle voulait qu’on s’explique. Je soufflais un bon coup tandis qu’elle appuyait ses dires en disant qu’elle ne comprenait pas. Je ferais n’importe quoi pour te sortir de la merde. Tu restes quelqu’un d’important pour moi. Et oui, je t’invite chez moi parce que je ne veux pas que tu restes seule ce soir. Je veux te savoir en sécurité ! Je marquais une courte pause tandis que je m’avançais un peu vers elle, réduisant le grand espace qu’il y avait entre nous. Et si je t’ai dit qu’on arrêtait tout entre nous, c’est juste parce que c’est trop compliqué avec Ashley… C’est mon meilleur pote ! Et toi et lui, c’est encore trop… « intense » peut être ? Donc je ne veux pas tout bousiller même si c’est pas mal fait déjà. Elle pouvait le comprendre. Je savais bien qu’entre elle et sa meilleure amie c’était compliqué aussi à cause de Ashley, selon les dires de The Lying Game du moins. Du coup, elle savait ce que c'était.

Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •


   
   
Hugo & Mathéo ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t488-quel-beau-goss-eh-oui-c-est-moi-benjamin-m-gauthier
avatar

« Menteur Expert »


Love hurts.
ϟ CREDIT : cranberry+Tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Gigi Hadid.
ϟ JOB : Etudiante et interne en chirurgie/Barmaid au Icehouse&Serveuse au Ghost en extra
ϟ MESSAGE : 1211
@PSEUDO : Mehza


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-07-22, 13:56




I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
Une question qui reflétait certes son agacement et son incompréhension mais qui n’appelait réellement à une aucune réponse. Pourtant Benjamin était ressorti de son véhicule pour lui dire que non, qu’il ne fichait pas du tout d’elle. La jolie blonde aurait nettement préféré qu’il ne réponde pas à cette question. Comment pouvait-il agir de cette manière à son égard, comme si rien ne les séparait aujourd’hui et lui dire qu’il ne se foutait pas de sa gueule ? Et ça, elle ne se priva pas de lui dire. Willow lui disait qu’elle ne comprenait pas pourquoi est-ce qu’il lui avait pris la main de cette façon si particulière, pourquoi est-ce qu’il l’invitait à venir chez lui alors que ça fait un bon mois qu’il lui avait dit qu’il ne voulait plus la voir et qu’il avait tenu parole. La belle blonde n’était pas dupe. Si ce soir, elle ne l’avait pas appelé, elle n’avait pas était prête de le revoir de sitôt. Elle comprenait les raisons qui avait amené Benjamin à prendre une décision aussi radicale concernant leur relation mais ce n’était pas pour autant que ça ne lui faisait pas mal. En un mois, elle avait perdu sa meilleure amie qu’elle connaissait depuis près de treize ans, elle avait perdu le semblant d’amitié qu’elle avait réussi à reconstruire avec son ex-petit-ami et elle l’avait perdu, lui. Depuis son retour en ville, cet homme avait été une personne avec qui elle n’avait eu de cesse de se rapprocher. Avec lui, elle avait entamé un genre de relation qu’elle n’avait jamais expérimenté auparavant. Et si force était d’admettre qu’elle n’était pas le genre d’amie avec qui on avait des bénéfices et qu’elle avait choisi de mettre fin à leur relation pas très catholique. Cet homme qui lui faisait à présent face, elle y tenait énormément. Alors qu’il lui dise qu’il ne veuille plus la voir dans le but de préserver son amitié avec Ashley, une amitié qui datait de presque aussi longtemps que la sienne avec Nora. Elle ne pouvait que le comprendre et le respecter, même. Mais il n’avait pas le droit de lui rendre la tâche aussi difficile qu’en entremêlant ses doigts au sien et en la ramenant chez lui en plein milieu de la nuit. Elle ne pouvait pas faire semblant, ne pouvait pas accepter sa tendresse ce soir et y dire adieu de nouveau le lendemain. C’était trop dur pour elle.

Elle ne comprenait pas pourquoi c’était aussi facile pour lui. Le beau brun lui répondait qu’il ferait n’importe quoi pour la sortir de la merde. Qu’elle restait une personne importante pour lui, malgré tout. Et soudain, elle était sans voix et dans sa poitrine, son cœur, lui, s’emballait. Et il n’avait toujours pas fini. Il ajoutait qu’il l’avait invité chez lui parce qu’il ne voulait pas qu’elle reste seule ce soir, qu’il voulait la savoir en sécurité. Il n’avait pas le droit de dire ça. Pas quand il n’avait donné aucune nouvelle depuis si longtemps. Elle avait l’impression d’avoir appliqué un pansement sur la blessure que son absence représentait et qu’il venait tout juste d’arracher le sparadrap. Parce que ses mots la touchaient plus qu’ils ne le devraient. Le brun avait fait un pas en avant et elle, s’était retenue de faire un pas en arrière. Sa fierté lui dictant qu’elle ne devait pas perdre un centimètre de terrain mais déjà, elle sentait sa résolution s’amenuiser. Confuse, elle ne l’était que d’autant plus. Benjamin n’avait pas fini pourtant. Il reprenait qu’il lui avait seulement dit qu’ils arrêtaient tout entre eux parce que ça compliquait les choses avec Ashley, son meilleur pote. La belle blonde s’en voulait atrocement de s’être immiscé entre une amitié aussi vieille et forte que la leur, ça n’avait jamais été son intention et elle ne savait que trop bien le mal que ça faisait de s’éloigner de son meilleur ami. Il ajoutait qu’entre elle et Ashley, c’était encore trop intense, intense ? Non, mais c’était une blague ou quoi. Les sourcils froncés, elle l’entendait conclure en lui disant qu’il ne voulait pas tout bousillé entre elle et son meilleur ami, même s’il pensait que c’était pas mal fait déjà. Et elle ne put s’empêcher de rire cette fois. « Intense, Ashley et moi ? Tout ce qu’il y a d’intense, c’est notre silence en ce moment. Ashley est un prodigieux comédien, si tu veux tout savoir. Je ne sais même pas pourquoi est-ce qu’il se donne tout ce mal à ne plus t’adresser la parole. Ce n’est pas comme si je lui avais fait comprendre que je tenais à lui et que j’étais allé coucher avec toi. Mais lui, c’est ce qu’il a fait. Ce qui me lie à Ashley est compliqué, dans la mesure où tu sais qu’on était fou amoureux, gamin. Et parce qu’il… », Elle se tût, elle n’était pas certaine de vouloir aller au bout de cette phrase. Révéler son secret. Lui dire pourquoi est-ce qu’elle serait toujours lié à Ashley, qu’elle le veuille ou non.Une des raison en tout cas. Ca faisait parti de son histoire. « Parce qu'une parti de moi tiendra peut-être éternellement à lui et parce que... j’étais tombée enceinte de lui... et que je l’ai perdu. », c’était dit et les larmes lui montaient aux yeux, larmes qu’elle ravalait tant bien que mal. Elle finit par faire un pas en arrière, car cette proximité ne lui donnait qu’envie de se fondre dans les bras de cet homme merveilleux à la rechercher d’un certain réconfort, mais elle ne pouvait pas être cette fille. La fille qui séparait deux meilleurs amis. Elle releva ses yeux bleus si humides vers les siens. « Je comprendre pourquoi tu as pris tes distances, je te le jure et je respecte ta décision. Parce que c’est une bonne décision. Tu es quelqu’un de bien Benjamin, toi aussi tu es important pour moi et ton absence dans ma vie est… douloureuse. », elle détourna le regard, sur tout et n’importe quoi. Soutenir son regard alors qu’elle se montrait aussi honnête n’était pas chose aisée et le rouge lui montait déjà aux joues. « C’est pourquoi tu ne peux pas m’offrir ta gentillesse, ta présence et ton affection ce soir et puis me dire au revoir demain. Je peux pas… », elle voulait qu’il comprenne, lui aussi.


Tenue
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •



   
   
Why do I make you want to stay. Hate sleeping on my own, missing the way you taste. Now I'm fucked up and I'm missing you...— Flume&Kai- Never be like you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ Life is a game



ϟ CREDIT : SD (avatar) + tumblr (profil)
ϟ CÉLÉBRITÉ : Marlon Teixeira.
ϟ JOB : Avocat.
ϟ HUMEUR : Correcte.
ϟ CITATION : Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde
ϟ MESSAGE : 3474
@PSEUDO : Boucle d'or.


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   
2017-08-11, 20:23




 
I'm at a payphone trying to call home
Yeah, I, I know it's hard to remember, The people we used to be. It's even harder to picture,That you're not here next to me.
Ce qui nous liait, Willow et moi était indescriptible. Nous nous tenions l’un à l’autre, nous pourrions passer du temps sans nous prendre la tête et nous pourrions nous éclater au lit. Cependant, elle avait vécu une histoire avec mon meilleur ami Ashley et je ne pouvais pas le perdre pour une femme. Lui et Maksim passeront toujours avant n’importe quelle fille même si j’appréciais énormément la fille en question. Willow et moi, ça aurait pu marcher. Nous nous ressemblions sur de nombreux points, j’aimais beaucoup passer du temps avec elle et elle était si douce et si charmante. Franchement, ça aurait pu être une femme avec qui je pouvais imaginer un avenir mais il avait fallu que ce soit encore compliqué entre elle et Ashley. Je ne voulais pas m’immiscer dans leur relation surtout si Ashley tenait encore à elle. Pourtant, je pensais qu’après tout ce temps, c’était fini, plus que fini, entre eux. Je m’étais trompé lorsqu’Ashley me fit comprendre que j’avais fait une grosse connerie. Maintenant, je faisais tout pour me rattraper à son égard. Je ne voulais pas perdre notre amitié pour une histoire d’amour qui n’avait jamais commencé au final. Malgré ça, je tenais à la belle blonde et je ferais n’importe quoi pour elle. Si elle m’appelait en pleine nuit, comme cette fois ci, je courrais pour aller la secourir du mieux que je pouvais. Cela me faisait un bien fou de la voir mais je savais que ce serait de courte durée puisque je ne pouvais pas la fréquenter… à cause d’Ashley. C’était très frustrant et pourtant, je ne pouvais pas foutre en l’air notre amitié.

J’étais donc allé chercher Willow et je l’emmenais jusqu’à la voiture en lui tenant la main, un geste de tendresse sans forcément d’arrière pensée. Puis, je lui ordonnais, en quelque sorte, de venir dormir chez moi pour la savoir en sécurité ce soir. Demain, elle pourrait rentrer tranquillement chez elle. Si elle avait besoin à nouveau, je serais là pour elle. Cependant, Willow n’acceptait pas tout ça et elle était terriblement confuse. En effet, j’étais très affectueux et tendre avec elle ce soir là alors que je lui avais dit, il y a un mois, qu’on ne pouvait plus se fréquenter. Elle pouvait se poser des questions. Je lui répondis donc en toute franchise sur tout ça notamment sur le fait que je ne pouvais pas aller plus loin avec elle du fait de mon amitié avec Ashley. Je ne voulais pas tout gâcher même si j’aurais bien voulu développer notre relation avec le temps vu la connexion qu’on avait tous les deux. Du coup, je lui avais avoué que c’était beaucoup trop « intense » ce qu’elle avait avec Ashley. Willow m’expliqua qu’en gros, Ashley se fichait bien de tout ça et qu’il ne jouait que la comédie. Le fait que ce soit compliqué entre eux est dû à leurs sentiments de quand ils étaient adolescents. Oui mais il y avait prescription après tant d’années, non ? Enfin, quand on est ado’ on sort avec pas mal de garçons ou de filles mais qu’on perd de vue avec le temps et au final, ça nous fait ni chaud ni froid quand on est adultes… Je ne comprenais vraiment pas ! Ensuite, Willow termina sa phrase de suspension en me disant qu’elle tiendrait toujours à Ashley et aussi, qu’elle avait été enceinte de lui mais qu’elle avait perdu le bébé. Je gardais toujours cette distance entre nous, je ne voulais pas la brusquer davantage même si j’avais envie de la prendre dans mes bras et de la réconforter. Je ne savais pas pour le bébé, Will. Je suis désolé… Je marquais une courte pause pour digérer cette information. Voilà pourquoi, aussi, on ne peut pas continuer tous les deux. Tu as toujours des sentiments pour lui et je ne veux pas être une roue de secours. J’aurais préféré t’avoir entièrement pour moi plutôt que partagée avec un autre homme… J’avais l’impression de rompre une seconde fois avec elle alors, qu’au final, nous n’avions pas entamer de relation à proprement dit. Seulement, je ne pouvais pas être une roue de secours dans cette histoire. Je ne voulais pas sortir avec une femme qui pensait à un autre et qui plus est était mon meilleur ami. Il fallait vraiment qu’on arrête tout ça. Les yeux brillants, Willow reprit la parole en me disant qu’elle comprenait ma décision de s’écarter d’elle, vis à vis de mon amitié avec Ashley mais c’était douloureux pour elle aussi. J’aurais tellement aimé que ça se passe autrement nous deux. Elle m’expliqua alors qu’elle ne pouvait pas accepter d’aller chez moi ce soir, comme si de rien était et recommencer à être deux inconnus le lendemain. Son point de vue était tout à fait justifiable. J’aurais peut être réagi de la même façon. Mais je ne voulais pas qu’elle rentre chez elle ce soir là, d’une pour la savoir en sécurité, de deux pour pouvoir passer un peu de temps avec elle parce qu’elle m’avait terriblement manqué !! Je comprends aussi… Le souci c’est que je veux être avec toi mais c’est mal. On ne peut pas, vis à vis d’Ashley. Pourtant, j’aurais voulu… Mon corps était terriblement attiré par elle. Je voulais un contact physique avec elle, toucher sa main, la prendre dans mes bras, n’importe quoi… C’était impossible, je ne voulais pas rendre les choses encore plus dur. Donc si tu ne veux vraiment pas venir, si c’est trop dur, je respecte ta décision. J’aurais aimé que ça se passe autrement, tous les deux. Promets moi juste que tu ne feras plus de bêtises, je veux te savoir en sécurité. Etait ce un énième au revoir ? J’avais bien peur que oui…

Tenue
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

• ───────────────────────────────────── •


   
   
Hugo & Mathéo ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t488-quel-beau-goss-eh-oui-c-est-moi-benjamin-m-gauthier

Contenu sponsorisé





Re: I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow   


Revenir en haut Aller en bas
 

I'm at a payphone trying to call home. Ft. Benlow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT'S EASIER TO LIE :: 
 :: West Phoenix :: Police Station
-