AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur
the lying game !

votez pour le forum
sur les top sites

Et si vous postiez un petit mot pour le forum ?
Aussi bien sur PRD que sur Bazzart

Venez participer à
l'intrigue pour les 100 ans du lycée !

Envie de papoter ?
Rejoignez la ChatBox ou le flood !!

Remporter un max de points grâce au
concours, que le meilleur gagne !

Partagez | 
 

 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : Freesia
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3708
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2017-03-20, 05:30




❝Maybe I like this game a little too much❞
SATINE & TED

L'instant précis où mes yeux s'ouvrent, un sourire étire joyeusement mes lèvres. Les souvenirs de la veille me prennent d'assaut et je ne peux qu'être amusée et fière.
Sur mon visage se glisse une expression digne d'un enfant dont le plan machiavélique a été un succès, le nez froncé et une satisfaction visible.
Je baille, m'étire et fonce dans la douche. Un petit rire m'échappant doucement.
J'aimais jouer. Cela faisait entièrement partie de ma personnalité et ceux qui me côtoyaient le savaient parfaitement. J'aimais charmer, draguer, séduire et parfois je me perdais dans le jeu, m'amusant de celui qui avait le malheur d'être ma proie.

La robe est noire, le décolleté généreux et je suis en trop bonne compagnie. N'est-ce pas toujours le cas ?
Je ris, je bois et je grignote quand l'envie m'en vient. Puis, face à Ted, je suis la même. Toujours. Taquine et souriante.
Au fil de la soirée, sa présence semble avoir un effet complètement différent que lorsque je le croise à la machine à café dans notre cuisine. La taquinerie prend une autre tournure, un autre sens, éveil un jeu possiblement dangereux, mais qu'aucun de nous deux ne semble éviter ou ne pas vouloir.
Alors on joue. Ou plus particulièrement, je me joue de lui. Je lui lance des regards un peu trop langoureux, laisse échapper volontairement des sous-entendus aguicheurs, deviens un peu trop tactile et presse ma poitrine contre lui à la moindre occasion.
Et quand la soirée arrive à son terme, la partie s'intensifie.
J'en viens à l'interrompre pendant qu'il discute avec quelqu'un l'espace de quelques minutes, m'approche de lui dans son dos, me penche à son oreille en gémissant son prénom avant de lui dire que j'ai envie de rentrer.
Le perturber alors qu'il papote simplement dessine un sourire malicieux sur mon visage. Et quand il se retourne pour me regarder, je fais une petite moue sexy - légèrement exagérée parce que pourquoi pas ?


J'enfile une nuisette noire, sèche mes cheveux, mon regard fixant la glace sans vraiment la voir, les images de la soirée tournant en boucle dans ma tête.
J'avais eu des principes concernant ma relation avec Ted. C'était mon ami et mon colocataire. Il fallait donc que l'on soit en bon terme. Et j'avais longtemps pensé qu'il était nécessaire que l'on garde une relation loin des coucheries. Pourtant, plus je passais du temps avec lui, moins cela semblait possible. Les hésitations et les interrogations c'étaient envolés.
J'évite de trop réfléchir, prends les choses comme elles viennent. Les relations compliqués n'ont jamais été mon fort, je tends toujours vers le simple et me défais des prises de tête dès que possible. Alors pourquoi faire de cette simple relation quelque chose de compliqué ?

Je quitte ma chambre pour la cuisine, je vais avoir besoin de bon petit déjeuner après la soirée que j'ai passée.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.


Dernière édition par Satine Hannigan Hudson le 2018-06-12, 00:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2048
@PSEUDO : TAG



Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2017-03-20, 18:32




❝666 » Maybe I like this game a little too much❞
Satine & Ted
Je me réveillais dans un léger sursaut. Pourquoi mon coussin était sur ma tête ? Je l'attrapais pour le mettre à côté de moi. J'avais l'impression d'être encore à moitié dans mon rêve et même si les souvenirs de celui ci s'effaçaient un peu plus chaque seconde je me rappelais que j'avais rêvé de Satine. Et juste après je me rappelais pourquoi.

Ce bal avait prit une tournure que je n'aurais pas imaginé. Je pensais juste danser, m'amuser, dire des conneries et me goinfrer mais je ne m'étais pas du tout attendu à ce que Satine se mette à flirter avec moi. Mais ça ne me déplaisait pas, loin de là ! Je dirais même, au contraire ! Avait-elle bu ? Moi oui en tout cas. Pas beaucoup mais il m'en fallait peu pour être dans un état second. Je n'en étais pas au point de ne plus me rendre compte de ce que je faisais, après tout je n'avais pas finit mon verre. Mais j'étais bien quoi ! Je ne repoussais pas Satine. Je n'en avais pas envie. A l'instant la seule chose dont j'avais envie c'était d'aller plus loin avec elle. Faut dire qu'elle faisait tout pour. Mes yeux s'étaient perdus dans son décolleté un bon nombre de fois vu qu'elle n'arrêtait pas de presser sa poitrine contre son torse d'ailleurs je crois bien que je lui avais dit qu'elle avait une poitrine d'enfer. Ça m'avait échappé, comme tout le reste en fait. Et puis quand elle s'éloignait j'étais un peu déçu mais elle ne partait pas bien longtemps. Ce petit jeu durais et puis elle finit par me demander de rentrer alors que j'étais en pleine discussion. Discussion qui était passé au second rang dès que je m'étais tourné vers elle. Oh ben oui moi j'étais carrément partant pour rentrer maintenant avec elle, j'étais même plus que chaud ! Un grand sourire avait étiré mes lèvres et j'avais rapidement fait appelé un taxi qu'on avait attendu devant la salle de bal. Mais le petit jeu ne s'était pas arrêté ici.

Je baissais ma tête en soulevant un peu la couette pour regarder en dessous et finalement la relâcher en soupirant. Ben oui évidemment, la ça aurait été curieux que je me réveille sans avoir la trique. Je me lève, notant comme tous les matins qu'il fait bien plus chaud sous la couette, et me rend dans la salle de bain pour passer sous la douche... froide. Ah ben oui, il faut ce qu'il faut ! Même si je ne doutais pas de la capacité de Satine à me faire déformer mon pantalon encore une fois si elle le voulait. J'enfilais un boxer puis ouvrait ma porte. En entendant du bruit je me mis à sourire. Elle était réveillée. Elle s'était beaucoup amusée hier soir donc à mon tour ! Je prenant pas la peine d'enfiler quoi que ce soit de plus je sortais de ma chambre pour la rejoindre dans la cuisine "Salut" lui dis-je tout naturellement avant d'ouvrir un placard pour en sortir un bol et des céréales "La sirène du bal a-t-elle bien dormis ?" ouai ça lui allait bien sirène. Après tout Satine était une créature un peu trop envoûtante ! Enfin envoûtante et.. frustrante ? Je passais sur le chemin pour aller au frigo je m'arrêtais derrière elle et me penchais pour lui coller un bisou sur la joue. Puis je reprenais mon chemin et revenais devant mon bol avec la brique de lait pour le remplir.
© Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : Freesia
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3708
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2017-07-14, 16:02




❝Maybe I like this game a little too much❞
SATINE & TED

La pièce était lumineuse, silencieuse et vide. La porte du frigo en main, je m'attardai à contempler ce qu'il contenait, mon esprit se perdant dans les souvenirs de la veille. Le temps filait sans moi, m'oubliant dans sa course.
Le froid du réfrigérateur me ramena brusquement à l'instant présent. La brume des images de la veille disparurent et je me retrouvai face aux étagères fournies. J'attrapai un jus de fruit, de quoi me faire une omelette et m'attelai à la préparation de mon petit déjeuner.
La contemplation de la cuisson de mon repas n'était pas aussi captivante que l'on pouvait s'imaginer et mon esprit, qui attendait la moindre occasion, s'amusa à réanimer les images du bal. Chaque détail se manifestait devant mes yeux comme si j'y étais à nouveau. Je me laissai happée.

Chaque regard qui s'attarde sur mon décolleté fait naître en moi une délicate satisfaction et une indéniable chaleur dans le creux de mon ventre.
Ce n'est qu'un jeu, un moyen de me divertir. L'écho dans ma tête se répète encore et encore, à chaque sourire qu'il m'adresse, à chaque fois que ses yeux semblent s'éterniser sur les courbes de mon corps.
Il n'est pas insensible à mes tentatives de distraction ce qui est d'autant plus satisfaisant pour mon ego et dessine un sourire sur mes lèvres colorées.
Il n'hésite pas quand je lui murmure que je veux rentrer. Le sous-entendu se faufile entre mes mots, danse sur mon visage, se glisse sur ma bouche. Je l'observe attentivement appeler un taxi, mon regard s'attardant par moment sur ses lèvres pour rejoindre ses yeux. Nos regards s'accrochant, mon ventre se noue de nouveau et je souris. Puis, je m'approche de lui, profite qu'il informe son interlocuteur de notre localisation pour me coller à lui, échanger un dernier regard avant de me nicher dans son cou. Mon souffle dansant contre sa peau, ma bouche l'effleurant à son tour jusqu'à atteindre son oreille pour y murmurer une nouvelle fois son prénom.


Bien au delà du jeu de séduction et du plaisir que j'éprouve à le voir si réceptif à mes avances, mon esprit ou tout du moins quelque chose bien au fond, ne peut s'empêcher de se questionner sur mes motivations. On avait - mon esprit et moi - décidé de se comporter convenablement pour une fois. Ne pas tout faire foirer à cause de cette partie de moi (totalement dominante) qui couchait avec qui bon lui semblait parce que la personne en question n'allait pas quitter les lieux après les ébats. C'est ça qui est dangereux au final. Vivre avec lui après. Parce que c'est amusant pour l'instant. Le taquiner, le chercher, lui agiter ma poitrine sous le nez. Pourtant, l'idée d'aller plus loin avec Ted s'accompagnait d'une horde de problèmes possibles. Ce qui n'est pas excitant du tout.

Un bruit me sortit de mes pensées et lorsque j'en cherchai l'origine, je me retrouvai nez à nez avec mon fameux colocataire vêtu que d'un simple boxer. L'hésitation exista l'espace d'une fraction de seconde avant que je le contemplai de haut en bas. Il était bien bâti, c'était indéniable. Pourtant, malgré le nombre de fois que j'avais eu la chance de le détailler de la sorte, j'étais toujours agréablement surprise de ce qu'il cachait sous ses vêtements. Il devait l'avoir fait exprès, pas qu'il n'apparaissait jamais dans cette tenue dans les pièces que l'on partageait, mais quelque chose me disait que les événements de la veille l'avait poussé à parader de la sorte.  

» Humm hey, lançai-je en revenant à mon omelette que je déposai dans une assiette.
Je ris discrètement en l'entendant me surnommer la sirène du bal et me demander si j'avais bien dormi. Seule après nos petits jeux ? Ça n'avait pas été la nuit la plus paisible de mon existence même si j'étais fière de moi. J'avais été à la hauteur de ma réputation après tout. Ou pas vraiment mais qu'importe.
Il s'approcha et se pencha sur moi, baisant ma joue par surprise. Je ne sursautai pas, même je ne m'y étais pas attendu. Je n'étais pas une adolescente surprise et émue par un simple baiser. Pourtant, j'appréciai le geste. M’empêchai à temps de sourire.
» Je n'ai jamais aussi bien dormi, ça doit être cette délicieuse soirée, elle m'a bercée dans un sommeil des plus doux. Et toi ? me tournai-je vers lui. Pas trop DURE cette nuit livré à toi-même ?
Je le fixai en l'interrogeant, mangeant avec un sourire amusé.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.


Dernière édition par Satine Hannigan Hudson le 2018-06-12, 00:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2048
@PSEUDO : TAG



Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2017-08-21, 23:51




❝666 » Maybe I like this game a little too much❞
Satine & Ted
Prendre une douche à l'eau froide ça n'était pas agréable. Je veux dire, même en été on prenait des douches tièdes mais pas froides. Alors là, passer de la chaleur de mon lit à la douche froide pour débander brrrr ! Ah ben c'est clair que ça calmait les ardeurs j'en avais même la chair de poule en sortant de la douche, le temps de me sécher. Mais avant d'en sortir j'avais eu le temps de me replonger dans mes pensées et surtout dans mes souvenirs de la veille.

Avec un peu d'alcool dans le sang et une jolie fille au décolleté plongeant qui secouait limite ses boobs devant vous comment ne pas regarder ? Personnellement j'avais du mal à regarder ailleurs, enfin si je regardais aussi son visage et le reste de son corps mais je regardais peu de personnes autour d'elle. Ça aurait peut-être été le cas si son attention n'avait pas été portée sur moi mais depuis qu'elle m'avait interrompu c'était le cas. Elle voulait rentrer et moi la qu'elle veuille aller n'importe où je l'aurais suivis ! Alors que j'appel un taxi pour qu'il vienne nous chercher je croise le regarde de Satine et ne peut m'empêcher de sourire. En plus de ça elle finit par venir se coller à moi alors que je suis encore au téléphone. Ses lèvres effleurant mon cou me perturbaient, si bien que j'avais du faire répéter sa dernière phrase au mec au bout du fils et alors que j'entendais la jolie brune murmurer mon prénom dans mon autre oreille je bégayais maladroitement un merci à mon interlocuteur et raccrochais pour remettre mon portable dans ma poche. Je baissais ensuite les yeux sur elle et comme elle s'était elle même mise contre moi je me permettais de glisser mes mains sur ses hanches. Je l'informais que le taxi allait arriver rapidement normalement. Pour mon plus grand bonheur parce que j'avais de plus en plus de moins en moins envie d'attendre.

Une fois un boxer d'enfilé je rejoignais donc Satine dans la cuisine. Oui juste en boxer et cette fois dans un but bien précis. Disons une petite vengeance entre amis ! Oui parce que nous n'avions pas été plus loin qu'une relation amicale et purement amicale cette nuit alors j'allais amicalement l'enquiquiner un peu à mon tour. Fallait quand même pas croire que j'allais juste subir sans rien dire. Surtout sans rien dire, non ça c'était pas mon genre. Humm hey Je posais mon bol et les céréales sur la table derrière puis allait chercher le lait dans le frigo non sans m'arrêter pour lui faire un bisou puis je revenais à mon bol Je n'ai jamais aussi bien dormi, ça doit être cette délicieuse soirée, elle m'a bercée dans un sommeil des plus doux. Ben tien. Je souris en remplissant mon bol Et toi ? Je levais les yeux sur elle Pas trop DURE cette nuit livré à toi-même ? mais quelle saloperie ! "Bien sûr que si, allumeuse !" J'attrapais une céréales pour lui lancer dessus. Non non aucun remord ! Je posais mes yeux sur son assiette et penchais la tête sur le côté "Miam ça a l'air bon !" Je me redressais et faisait le tour de la table pour me mettre derrière elle et même me coller à elle "Tu permets que je goutte ?" De toute façon j'allais pas attendre sa réponse. Sans ses talons elle avait maintenant plus de dix centimètres de moins que moi je passais donc aisément mon bras au dessus de son épaule pour prendre un morceau d'omelette après avoir attrapé une fourchette. Suite à ça j'avançais ma tête au dessus de son autre épaule et amenais la fourchette jusque dans ma bouche "Hmm en effet ch'est bon !" évidemment que cette proximité exagérée était faite exprès et je le cachais pas. Mon but c'était d'essayer d'éveiller de l'excitation chez elle, comme elle l'avait fait avec moi hier.
© Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : Freesia
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3708
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2017-12-14, 20:16




❝Maybe I like this game a little too much❞
SATINE & TED

Avec Ted, les choses s'étaient mises en place assez facilement lorsqu'il avait emménagé. J'avais besoin de quelqu'un à l'époque pour effacer la solitude qui s'était imposée dans la maison familiale. J'avais hésité à déménager. Quitter les souvenirs et m'en faire d'autres. Cependant, il était parvenu à dissoudre la solitude et surtout le silence. Ça avait été agréable, ça l'était toujours. Nous nous étions rapidement entendus. Je ne cherchais pas spécialement à m'en faire un ami et pourtant, avec le temps, les échanges et les taquineries, ça s'était fait naturellement. Que demander de plus ?
Les taquineries avaient pris une toute autre tournure la veille et malgré la fierté que j'éprouvais de m'être jouée de lui, je savais qu'il risquait de se venger. Il n'y avait aucun doute la dessus. C'était les risques après tout ! Et j'étais prête à les affronter. Une fois qu'il avait apparu dans la cuisine, je sus que le jeu était toujours d'actualité.
J'avais pris soin de bien choisir mes mots, de bien accentuer ceux qui en avaient besoin, ceux ou celui qui donnerait un tout autre sens à mon propos et je me retins de rire ou d'exprimer l'amusement qui m'animait.
Ses yeux dans les miens, il réagit au quart de tour me traitant d'allumeuse. J'eus envie de rire. Parce qu'il fallait se l'avouer, c'était une situation amusante. Tout contrôle disparut lorsqu'il me lança une céréale. Un petit rire m'échappa et je souris amusée.
Mon assiette semble le captivé. Un peu trop à mon goût d'ailleurs.
» Evidemment que c'est bon. Mais c'est à moi, je rétorquai un peu trop tard, il ne semblait déjà plus m'écouter.
Il se retrouva derrière moi en une fraction de seconde, son torse contre mon dos peu couvert. Le tissu délicat et soyeux d'une nuisette n'était pas une barrière suffisante entre son corps et le mien. Son buste plaqué contre moi alors qu'il déroba une fourchette de mon petit déjeuner sans me laisser le temps d'émettre une quelconque protestation. Mon esprit comme mon idiot de corps ne se focalisèrent que sur cette nouvelle chaleur qu'ils semblaient avoir attendu une éternité. Mes yeux suivirent chacun de ses mouvements, captivés.
Sa voix les rappela à l'ordre. Je m'empressai de lever les yeux au ciel et prendre un air agacé.
» C'est bon, t'as fini d'envahir mon espace ?
Une telle réflexion aurait dû être accompagnée d'un geste insistant sur le supposé agacement de l'avoir si près. Mais je ne le repoussai pas, au contraire, je me calai inconsciemment contre lui.
» La cuisine est grande, ajoutai-je, penchant la tête en arrière pour mieux le regarder, pas besoin de te coller à moi. A moins que tu cherches un peu de chaleur pour te consoler d'hier soir ?
Un sourire satisfait se glisse sur mon visage, fière.

Mon corps cherchant le sien. Je me retrouve contre lui, ma poitrine contre son torse, mes lèvres dansant sur dans son cou, ma voix un murmure et un sourire aux lèvres lorsque mes distractions parviennent à faire trembler sa voix et à le faire bégayer. Je ne le laisse pas indifférent. Cette réalisation rempli mon ventre d'une satisfaction grisante.
Il raccroche. Se concentre sur ma présence. Ses yeux trouvant les miens et ses bras se liant à mes hanches. Mes mains plaquées contre son torse, glissent jusqu'à se joignant dans sa nuque, mes yeux suivant le mouvement avant de brusquement se poser sur son regard.
Le taxi est en route m'informe-t-il.
Je resserre mon étreinte.
Penche la tête sur le côté, mes yeux s'attardant sur ses lèvres.
Je lèche ma lèvre inférieure, inconsciemment.
Je souris, mon visage s'approchant du sien, effaçant la distance entre nous. Ma bouche à quelques millimètres de la sienne.
» J'ai hâte qu'on rentre.
Le murmure est discret, mais il ne peut y échapper.

Un véhicule s'arrête à notre hauteur.
La fenêtre s'ouvre et son nom perse le silence entre nous.
Je m'écarte brusquement, ma main se glissant dans la sienne et je le conduis au taxi.


• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2048
@PSEUDO : TAG



Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-01-24, 00:10




❝666 » Maybe I like this game a little too much❞
Satine & Ted
C'était presque une torture de devoir attendre alors qu'elle ne faisait rien pour me permettre de garder mon sang froid. Au contraire je dirais même qu'elle faisait tout pour m'exciter et ça fonctionnait mieux que bien. Rien qu'à l'idée qu'il puisse se passer quelque chose... Alors en plus de ça sentir et voir ses seins se presser contre moi, sentir son souffle dans mon cou et ses lèvres s'y perdre. J'en perdais moi même tout contrôle. Quand elle remonte ses bras pour les poser sur mes épaules entourant ma nuque alors que mes mains sont sur ses hanches j'ai presque l'impression de vivre dans un rêve. Est ce que c'est l'alcool ? Non ça ne pouvait pas être que ça. La belle brune me faisait vraiment de l'effet et je ne savais pas ce que pouvait bien avoir provoqué ce changement de comportement avec moi mais je n'allais pas m'en plaindre ça non ! Quand sa bouche s'approche de la mienne au point de la frôler je crois que mon cœur loupa un battement. Pourtant je l'avais déjà embrassé mais la c'était elle, c'était différent, c'était son initiative et je n'avais rien fait pour provoquer ça comparé au jour où elle était revenue à la maison après son coma.Elle avait hâte qu'on rentre, et forcément cette simple phrase insinuait pas mal de chose d'après moi alors j'en étais que plus excité "Si tu savais à quel point moi aussi" je regrettais même de ne pas pouvoir me téléporter. Quand le taxi s'arrêta elle prit ma main pour m’entraîner avec elle dans celui ci et je prenais place à côté d'elle. Cependant je ne la lâchais pas du regard, je ne pu d'ailleurs pas m'empêcher de la détailler de la tête aux pieds avant de finalement sourire "J'ai vraiment envie de coucher avec toi" Ça fallait s'y attendre à ce que ça sorte, même si elle devait déjà s'en douter, je pense que même le chauffeur avait pu le remarquer peut-être même rien qu'au téléphone, enfin si c'était lui que j'avais eu au bout du fils.

Après la nuit de frustration que je venais de passer je m'imaginais mal passer à côté d'une petite vengeance. Elle m'avait fait tourner en bourrique et je m'étais retrouvé comme une pauvre victime de son petit jeu sexuel pour au final me retrouver le frein en l'air et tout seul. C'était pas très très gentil tout ça. Bien sûr, il était évident que je ne forcerait jamais personne, si elle n'avait pas envie je voulais pas qu'elle le fasse mais si elle n'avait pas envie pourquoi faire tout ces efforts pour m'exciter et finalement me laisser en plan ? Non non clairement elle avait fait ça pour s'amuser et je comptais bien m'amuser à mon tour ! Bien que me connaissant je risquais d'être pris à mon propre piège mais je me devais de tenter le coup quand même. Et bien sûr elle dû le comprendre assez rapidement vu qu'elle se permis même de me taquiner sur ma nuit. Sadique ! Enfin non, allumeuse, c'est ce qu'elle avait été. Non je n'étais pas réellement fâché contre elle, juste frustré. Evidemment que c'est bon. Mais c'est à moi ah mais ça ça n'était pas mon problème ! Comme si le fait que ça soit sa bouffe allait être un quelconque obstacle, au contraire le fait qu'elle le précise était une invitation à venir piquer dedans. Et bien sûr je ne me fit pas prier non sans me coller à son dos bien entendu. Son manque de réaction ou simple bug me permis de me servir sans qu'elle ne proteste jusqu'à ce qu'elle se réveille C'est bon, t'as fini d'envahir mon espace ? je ne pu pas m'empêcher de lâcher un rire. Non je n'étais pas sûr d'avoir finit, après tout je ne faisais que commencer. "J'y peux rien si tu te trouves entre moi et l'assiette !" et puis après tout elle ne me repoussait pas. Peut-être que je lui faisais un peu d'effet moi aussi après tout ! La cuisine est grande quand elle pencha la tête en arrière je lui fis un bisou sur le bout du nez tout sourire et ignorant totalement sa remarque. pas besoin de te coller à moi. A moins que tu cherches un peu de chaleur pour te consoler d'hier soir ? Ah cette fois si c'était elle qui arborait un fier sourire ! Tu m'étonnes ! "Aoutch touché !" la vilaine "Ceci dit être tout contre moi ne semblait pas te poser beaucoup de problème hier soir" j'haussais les sourcils "Me dis pas que t'as oublié ? Tu te rappelles pas ce que tu faisais ?" je remontais mes mains sur son ventre pour m'arrêter juste sous sa poitrine parce que bien qu'elle m'aie caressé le torse je n'allais pas lui caresser les seins sans sa permission "Comme ça par exemple ou bien..." je penchais la tête sur le côté pour déposer un baiser dans son cou "Ça te dis quelque chose ?" je me redressais avant de prendre son assiette pour la poser sur le plan de travail devant elle pour ensuite prendre sa main afin de lui faire faire un demi tour sur elle même. Je passais mes bras de par et d'autre d'elle pour appuyer mes mains contre le rebord du plan de travail, me retrouvant de cette façon penché un peu en avant sur elle, le visage levé juste en face du sien avec un grand sourie "Ou tu veux peut-être que je te rafraîchisse un peu plus la mémoire"
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : Freesia
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3708
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-02-04, 23:21




❝Maybe I like this game a little too much❞
SATINE & TED

La distance entre ses lèvres et les miennes est minime, fragile. Quelques mots prononcés et elle disparaîtrait.
L'envie qui se faufilait en moi depuis d'interminables minutes se glisse sur mes lèvre dévoilant la hâte que j'éprouve. L'idée qu'enfin nous nous retrouvions seuls semble réveiller quelque chose en moi. Quelque chose que je ne devrais pas ressentir pour mon colocataire.
La musique de la fête qui bat son plein est étouffée par les murs qui nous sépare, mais elle reste présente au loin, discrète, laissant la tranquillité de la nuit nous envelopper. Et sa voix suit la mienne, mimant le désir qui dansait dans mes mots. Il partage ma hâte.  Ses paroles font naître un sentiment chaleureux dans mon ventre, semble le nouer. Puis une douce chaleur me parcourt lentement.
Discrète, l'envie de lui se propage.
Un sourire satisfait étire ses lèvres et la décision est prise sans que je ne le réalise. J'efface la distance entre nous, mes lèvres caressant les siennes, les capturant  enfin sans hésitation, les taquineries abandonnées.

La porte se referme sur nous, nous isolant du reste du monde, bien que la présence discrète du conducteur est difficile à oublier. Pourtant, il y a une présence qui me captive davantage. Une chaleur qui percute mon corps, l'attire. Et je sens son regard sur moi et lorsque je le regarde, il me détaille sans s'en cacher. Qui l'en blâmerait.
Sa voix brise le silence entre nous et un petit rire amusé m'échappe. Il a envie de coucher avec moi ? Le fait qu'il le verbalise de la sorte m’amuse, alors que le sentiment est particulièrement évident, pour moi, comme pour ce pauvre chauffeur qui va devoir nous supporter durant un trajet surement interminable pour lui.
Le choix des mots est doit avoir surpris le chauffeur, une telle honnêteté ca surpris toujours. J’en avais pourtant l’habitude. Vivre avec lui et le côtoyer m’avait appris une chose à propos de Ted : il est franc et assez cash, manque terriblement de tac, c’est un fait. Pourtant, je m’y suis faite. J’apprécie même cette honnêteté qui est assez rare.  J'apprécie particulièrement sa franchise dans ce genre de situation. Certains hommes s'amusaient à jouer un jeu toxique entre la manipulation et la persuasion. Pourtant, je n’ai pas besoin d’être persuadée. Cette tension entre nous émane autant de lui que de moi. Nous sommes sur la même longueur d'onde. Son désire faisant écho au mien.
» Ca tombe bien, j’en ai envie aussi.
Mes lèvres colorées s’étirent d'un sourire malicieux.
Puis mon corps bouge de son propre accord, mes mains s'emparant du cou de Ted, l'attirent contre mon corps qui se glisse contre le sien. Mes lèvres s'emparent de sa bouche et le feu dans le creux de mon ventre se reprend. Me prend d'assaut.


Mon agacement n’avait d’existence que dans mes mots, comme une comédie de plus à laquelle je m’adonnais. Le taquiner encore un peu. C’était plus qu’un simple réflexe, une habitude. Après sa nuit que nous avions passé, ou plutôt que nous n’avions pas passé ensemble, je reprenais le jeu là où je l’avais laissé.
Il était pareil, à me taquiner et à sortir des répliques aussi gamines les unes que les autres. J’étais entre lui et l’assiette ? Normal, il envahissait mon espace alors que je mangeais tranquillement. J’aurais pu en rire. Mais cela aurait entaché mon supposé agacement.
lorsque je penche la tête en arrière, il dépose un bisou sur le bout de mon nez et je le vois sourire fièrement.
J’en profitai pour me jouer de lui, me moquant du manque qu’il aurait pu (et qu’il avait surement ressenti) la vieille au soir. Je suis fière de ma réplique. J’étais celle qui menait le jeu, tout du moins jusque là.
Puis son ton changea et en quelques instants, il reprit la main. Comment aurai-je pu oublier la proximité de son corps, la douceur et la fermeté de ses lèvres contre les miennes ? Ses mots ravivant des souvenirs de la veille me percutent, font rejouer devant mes yeux les échanges lubriques qui avaient animé la fin de notre soirée. Ses mains glissant sur mon corps avec une certaine familiarité, de mon ventre qui se nouait jusqu'à ma poitrine qui se languit machinalement de son contact. Mon souffle s'accéléra légèrement, ne trahissant pas ce que ce simple contact parvenait à me faire ressentir.
Il est étonnamment meilleur joueur que ce que j’avais pu imaginer, me tenait entre ses mains, c’était le cas de le dire.
Sa voix pourtant si proche devint lointaine, je peinais à la distinguer assourdie par les battements bruyants de mon coeur lorsqu'il fait danser ses lèvres dans mon cou. Mes yeux se fermèrent et tout mon corps se concentra sur ses bouts de lui qui s’emparaient de moi. Portée par ses caresses, je me laissai prendre d’assaut par Ted et par cette délicieuse chaleur qui s’agitait dans mes veines.
Il avait le dessus. Sans m’en rendre compte, je m’étais laissée portée par ses mots, ses gestes sans émettre quelconque opposition. Pourquoi me serais-je opposée aux délices que pouvait être ce jeu ?
Mon esprit embrumé, dopée par l’excitation n’était bon à rien entre ses mains.
Sa voix perça le brouillard de mon excitation et je l’entendis me demander si tout cela me disait quelque chose.
Aucune bonne réplique ne vint à mon secours. Lorsque je tentai de dire quelque chose, de ma bouche de n'échappa qu’un simple oui plus près du gémissement que d’une réplique digne de moi.

Soudain, la réalité se faufila jusqu'à moi.
Il se redressa, s’empara de mon assiette. Chacun de ses mouvements me ramenant davantage à l’instant présent. Il prit ma main, me tourna jusqu'à ce que l’on se retrouve face à face. Et son sourire satisfait suffit à rappeler à l’ordre, enfin.
Quelques battements de cils et le brouillard se dissipa, l’agitation dans mes veines se calma. Je repris le dessus, sur moi-même et c’était le minimum. Alors je lui souris, un air de défi se dessinant sur mon visage.
Je n’avais pas besoin qu’il me rafraîchisse la mémoire. Je me souvenais bien trop de tout ce qu’avait été la veille. En quelques secondes, il était parvenu à m’y projeter avec une facilité préoccupante.
Ses bras posés sur le plan de travail maintenant derrière moi, il me faisait prisonnière de sa présence. Je n’avais nul part où aller, prise au piège. Mais malgré cela, je n’étais plus à sa merci.
Je levai les yeux, trouvant les siens, faisant attention de ne pas m’y perdre. Je souris en coin.
Je m’approchai de lui, effaçant la distance entre nous mes lèvres près des siennes.
» Humm.. Je garde des souvenirs… vivaces, j’ajoutai, mes lèvres effleurent les siennes.
Mes yeux s’attardèrent sur ses lèvres, puis ses yeux avant de m’écarter et m’adosser au plan de travail.
» Et j’ai connu mieux si tu veux tout savoir, tu feras mieux la prochaine fois. J’eus un sourire fier et surement agaçant. Mais c’était plus fort que moi. Être taquine quand il ne fallait pas, perpétuellement jouer. Enfin, avec un peu de chance, j’ajoutai, retenant un rire.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.


Dernière édition par Satine Hannigan Hudson le 2018-02-05, 04:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2048
@PSEUDO : TAG



Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-02-05, 03:16




❝666 » Maybe I like this game a little too much❞
Satine & Ted
Allez savoir pourquoi je me disais que je devais rester sage tant qu'on ne serait pas arrivé à la maison. Qu'il allait falloir que je me tienne, et à défaut de pouvoir tenir ma langue je pouvais tenir mes gestes. Mais finalement Satine n'attendis pas qu'on soit seuls chez nous pour rompre l'espace qui séparait encore nos lèvres. Mes bras se refermèrent dans son dos presque pour être sûr qu'elle était bien la contre moi. Mes yeux s'étant automatiquement refermés je ressentais tout par le toucher et le goût de ses lèvres. Quand ses lèvres se détachent des miennes je reste les yeux fermés encore quelques seconde tentant de prolonger la sensation que ce baiser avait pu me procurer. J'aurais voulu que ça continue mais le taxi était arrivé. Finalement j'avais beau être pressé de rentrer il aurait pu mettre quelques minutes de plus à arriver. Ça y est on était dans le taxi et j'avoue que le chauffeur je l'oubliais un peu, faut dire que Satine attirait toute mon attention je ne voyais qu'elle. On était plus isolé qu'avant, moins qu'une fois qu'on serait rentré, ce que j'avais hâte ! Je m'entendais dire que j'avais envie de coucher avec elle et je la voyais rire. Son rire me fit automatiquement sourire. Ce qu'elle était belle quand elle riait, ce que j'aimais entendre son rire. Ça me faisait quelque chose. Quelque chose de différent que l'attirance sexuelle. Le rire spontané c'était bien la seul moment où on était complètement naturel sans faux semblant non ? Je pourrais me travestir tous les soirs si c'était pour la faire rire. Sa réponse me sortie de mes pensées Elle s'approchait de moi et je reposais mes yeux sur ses lèvres rouges. Ses mains se glissant dans mon cou me faisaient frémir et mon cœur s'accéléra de nouveau quand je compris qu'elle allait m'embrasse encore. Je vous l'accorde on aurait dit un puceau avec sa première conquête. Je perdais tous mes moyens ! Quand ses lèvres se pressent contre les miennes je sens des sensations inconnues envahir mon corps. J'avais déjà embrassé des filles, j'avais déjà été excité, j'avais couché et j'avais jouit mais ça restait une sensation nouvelle avec Satine. Je n'arrivais pas à mettre de mot dessus pour y décrire correctement. J'avais chaud en tout cas. Je soupirais de plaisir contre ses lèvres et glissais mes mains sur ses cuisses, passant mes doigts entre le tissus de sa robe et sa peau. Une autre réaction commençait à se manifester physiquement et la je parlais bien de réaction sexuelle, je le sentais dans mon pantalon. Je remontais une main dans ses cheveux quand à l'autre elle glissait de plus en plus vers ses fesses. Je commençais à me prendre en main quand le chauffeur nous interrompis "On est arrivé les tourtereaux" je détachais mes lèvres de celle de ma colocataire et regardais autour de nous. En effet et je n'avais même pas remarqué que la voiture c'était arrêté, ma tête étant totalement ailleurs. Je laissais Satine descendre et payais le chauffeur avec un grand sourire jusqu'aux oreilles "On va coucher ensemble, elle et moi !" fier comme un pan après avoir dit ça au chauffeur qui devait de toute façon déjà s'en douter je rejoignais Satine dehors et déverrouillais la porte d'entrée avant de lui ouvrir.

Je n'étais plus dans le même état que la veille, j'étais revenu à mon moi normal et non complètement sous l'effet du charme de Satine comme si elle était une drogue. D'ailleurs je me découvrais même un côté joueur différent des jeux auxquels j'avais l'habitude de jouer. J'avais rarement autant d'assurance à ce petit jeu, faut croire qu'elle déteignait sur moi. Bon il faut dire aussi que la frustration de la veille avait été tellement puissante que c'était aussi un bon moteur ! Ben oui je comptais bien me venger, c'était plus que mérité après tout non ? Elle avait bien fait la maligne la veille mais on allait voir si elle allait pouvoir continuer à en faire autant longtemps. Le plus dur la c'était de ne pas me laisser avoir à mon propre jeu, ça serait un coup à m'auto frustrer. Il fallait que je garde les choses en main. Autant dire qu'en embrassant son cou ça n'était pas évident mais je tenais. Je voulais que ça soit elle qui se fasse avoir cette fois ci. Et quelque chose me disait que je faisais moi aussi mon petit effet. En relevant la tête j'avais vu que ses yeux étaient fermés, elle ne disait plus rien, ne bougeait plus et ne me repoussait pas non plus. Elle se contenta de me confirmer d'un simple et presque inaudible oui qu'elle se rappelait bien de tout ça. Beaucoup moins bavarde d'un seul coup ! Après l'avoir fait tourner face à moi elle finit par retrouver un sourire que je connaissais bien. Elle rentrait de nouveau dans le jeu et il était loin d'être terminé ! Humm.. Je garde des souvenirs… vivaces mes yeux s'étaient posés sur ses lèvres qui s'étaient rapprochées au maximum des miennes mais je savais bien que cette fois ci elle ne comptait pas m'embrasser. Je ne pouvais pas me laisser déstabiliser maintenant même si moi j'avais très envie de l'embrasser. Et comme je le pensais elle s'éloigna à nouveau, s'adossant au plan de travail Et j’ai connu mieux si tu veux tout savoir, tu feras mieux la prochaine fois Un rire m'échappa. Non je n'étais pas blessé, je ne pouvais pas l'être en sachant qu'elle cherchait juste à provoquer un effet qu'elle n'aurait pas. Dans la taquinerie on ne pouvait pas se baser sur la vérité, le but était de s'attaquer à l'égo de l'autre alors non je ne prenais pas ça pour quelque chose qu'elle pensait vraiment. Enfin, avec un peu de chance ne me démontant pas je souris en croisant les bras "C'est normal tu ne m'as pas laissé allez jusqu'au bout" en fait j'avais même pas eu le temps de commencer si le début était la pénétration. "Mais je m'en voudrais de t'infliger quelque chose de désagréable alors si tu n'as pas aimé ce que tu as pris et ce que je t'ai donné on devrait peut-être s'en tenir à ça et ne plus s'embrasser" bon la pour le coup c'est vrai que je comptais sur le fait qu'elle ai suffisamment envie que ça recommence un jour pour avoir une quelconque réaction, même une petite qu'elle voudrait cacher tout de suite après. Après tout elle avait quand même l'air d'apprécier hier avant que tout ne s'arrête alors je fondais mes espoirs sur le fait qu'elle ai suffisamment apprécier pour que ça l'embête de se dire que ça ne recommencerait plus et qu'elle avait elle même mit fin à ce qui aurait pu être notre dernier échange sexuel. "Mais du coup je vais peut-être aller rejoindre une fille qui apprécie mon contact, tant qu'à faire" Je pris mon portable avant de m'adosser au plan de travail à côté d'elle et de passer mon bras dans son dos en venant poser ma main sur sa hanche. De mon autre main j'apportais mon portable devant elle en parcourant mon répertoire, ma tête juste à côté de la sienne "Ah tien ! Peut-être Billie ! On a couché ensemble mais c'est vrai que j'ai pas eu de nouvelle depuis, mais peut-être qu'elle t'en as donné à toi ? Du coup conseille moi, t'en pense quoi ?" c'était sa cousine après tout. Je tournais la tête vers elle en attendant sa réponse et la proximité de nos visage faisait que mes lèvres étaient de nouveau assez proches que les siennes. Il fallait bien sortir d'autres cartes après tout le coup de je m'approche puis je m'éloigne ça risquait de devenir un peu redondant à force. Mais en réalité je me fichais bien de savoir si j'avais une chance de recoucher avec la blonde, je tentais juste d'éveiller un sentiments de jalousie. C'était peut-être un peu prétentieux je vous l'accorde mais qui sait ? Fallait bien que je tente non ?
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : Freesia
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3708
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-05-14, 04:14




❝Maybe I like this game a little too much❞
SATINE & TED

Les questions et les préoccupations disparaissent lorsque mon corps est aux commandes. Mes lèvres glissant contre les siennes, ma bouche s'emparant langoureusement de la sienne, mes courbes se fondant contre lui.
L'hésitation s'est dissoute, nos lèvres se confondent et mon esprit est silencieux. Sa chaleur m'enveloppe, me capture, m'envoute, mes soupirs peinent à rester discrets. Ils semblent résonner dans l'habitacle du véhicule lorsqu'il m'agrippe. Ses mains éveillent un feu sur leur passage, le désir s'infiltrant dans chacune de mes cellules, me prenant d'assaut, je me laisse submerger.
Je sens ses mains se glisser sur mes cuisses et j'aimerais me défaire de ce qui nous sépare encore, qu'il puisse atteindre les endroits les plus délicats de mon être. Ma peau semble s'enflammer sous ses caresses et chacun de ses gestes m'atteignent d'une manière à laquelle je ne m'attends pas. Le désir me dépasse, moi qui aime me venter de tous ces jeux auxquels je m'adonne, me voilà à sa merci. Incapable de prendre le dessus sur ce que je ressens. Parce que j'en ressens des choses, ce feu dans le creux de mon ventre, cette délicieuse chaleur étouffante, son corps contre le mien et ses doigts si proches de l'endroit où je voudrais qu'il se glisse. J'espère secrètement que ce moment ne se termine jamais.
Puis, sa présence est imposante, solide contre moi, impossible de l'ignorer alors que nos corps se pressent l'un contre l'autre. Je le sens partout autour de moi, contre moi. Depuis le temps que je le sens s'infiltrer en moi, se glisser au-delà des murs que j'ai construit il y a si longtemps. J'aurai du le voir venir. Je me suis voilée la face et voilà où cela m'a menée. Dans ses bras, un sentiment inconnu se mêlant à une satisfaction enivrante.
Le plaisir se diffuse, se propage, me fait tourner la tête. Son souffle se mélange au mien. Ses mains sur mon corps me font sombrer plus profondément dans cette transe qui me domine. La volonté d'être encore plus proche de lui tourne en boucle dans mon esprit embrumé.
Mon corps s'écartant légèrement du sien, mes mains glissant jusqu'à la ceinture de son pantalon. L'agrippent et cherchent à s'en défaire.
L'endroit où l'on se trouve a disparu, le détail important qu'il y a une tiers personne présente s'est évaporé. Il n'y a que lui et moi.
Puis, brusquement, avant que mes doigts n'aient pu se défaire de ce qui entravait leur route, la voix du chauffeur brise le silence, bousculant mon esprit. Me ramène violemment à la réalité.
Les lèvres de Ted s'écartent des miennes, nos corps se séparant, sa chaleur s'éloignant.
Me laissant seule.
Seule avec les pensées qui ont été mises à l'écart.
Elles me frappent.
Je descends du véhicule. Seule.
L'entend parler avec le chauffeur.
Lui dire que nous sommes sur le point de coucher ensemble.
Sommes-nous vraiment sur le point de coucher ensemble ?
L'air de la nuit éveille une clarté nouvelle sur cette idée.
Me rappelle ces règles que je me suis mises.
Ces limites que j'ai franchi ce soir.
Je m'approche sans en avoir conscience.
Cette maison que nous partageons.
Cette maison qui malgré les rénovations, reste la leur.
Il est là, à mes côtés, ouvrant la porte.
Ne se doutant pas des réalisations qui viennent de me prendre d'assaut.

Je m'adosse à l'encadrement de la porte une fois celle-ci ouverte.
» On est rentrés, je souffle en souriant.

Je le regarde, souriant, enthousiaste.


L'attire contre moi. L'embrasse à nouveau.

Et je me déteste un peu plus.
De lui faire ça.
De lui faire miroité quelque chose d'aussi… intime ?
Intime.
Ça l'est.
L'idée de coucher avec lui est intime. Dépasse le simple jeu, le simple amusement, l'envie de fornication qui peut être assouvie par n'importe qui.
Il n'est pas n'importe qui.
Ted n'est pas n'importe qui.


Nous sommes chez nous, la porte refermée sur le monde extérieur.

Nous sommes seuls.
J'aurai du boire davantage.
Le brouillard de l'alcool est toujours plus efficace que celui de l'excitation sexuelle.
Arrête de réfléchir.


C'est la seule pensée sensée que j'ai depuis que j'ai quitté la voiture. Alors je l'écoute.

Ses lèvres dissipant le vacarme de mes pensées. Mon corps reprend le contrôle. Il mène la danse. L'une de mes mains se glissent dans son cou, ses cheveux.
Mon corps a besoin de le sentir contre lui. Il cherche à récupérer la proximité qu'ils avaient dans le taxi. Alors il s'agrippe à lui, se presse contre lui, fait glisser ses mains jusqu'au pantalon de Ted. Exactement comme dans la voiture. Sauf qu'ici, il n'y a personne pour les interrompre.
Pas de rappel extérieur à la réalité.
Un sourire se dessine sur mes lèvres alors que les siennes s'y attardent. Un rire discret les transperce.
» Ted, son prénom est un murmure.
Mes lèvres s'approchent de son oreille. Mes mains se glissent dans son pantalon.
» J'ai très envie de toi.
**

La tension se dissipa légèrement. Adossée au plan de travail, je le regardais d'un air désinvolte. Prétendre que tout cela n'était qu'un jeu était simple. Presque une seconde nature.
Il réagit à mes commentaires. Il fera mieux la prochaine fois avec un peu de chance. Il rétorqua que je ne lui avais pas laisser l'occasion d'aller jusqu'au bout et je souris en l'entendant.
Il n'en resta pas là, dit qu'il ne m'infligerait rien que je ne trouve désagréable, que je n'avais pas aimé, qu'il serait donc mieux de ne plus avoir ce type d'échange.
Il voulait jouer à ça? Prétendre que ce qui s'était passé la veille n'était pas agréable, qu'il serait simple de laisser tout cela dans le passé ?
Bon.
Moi aussi je pouvais jouer. Il le savait parfaitement. Et puis les taquineries, ça me connaissait.
Alors je le fixai droit dans les yeux.
M'approchai de ses lèvres. Laissai quelques pesantes secondes s'étirer, frôlant ses lèvres des miennes, mon souffle le percutant.
Mes mains se glissant sur ses épaules. Les agrippant.
Mon corps se pressant au sien.
Son prénom m'échappa comme un soupir plaisant.
Puis, lorsque ma bouche se pose sur la sienne l'espace d'à peine une seconde, je m'écarte brusquement.
Retournant au plan de travail.
M'y asseyant entre ses bras.
» Ça va. On peut en rester là.

Le commentaire ne devrait pas me faire réagir. Pourquoi devrais-je éprouver quelque chose à l'idée qu'il voit d'autres filles ? Je ne devrais pas. Non. Pourtant, quelque part loin de la surface, je n'appréciais pas cette éventualité.
Il s'installa à côté de moi, s'adossant au plan de travail, son bras autour de mon dos, sa main sur ma hanche.
Mon corps appréciait le contact.
Un peu trop.
Je dus lui rappeler de ne pas se sentir si confortable, de ne pas se serrer contre lui.
Je posai ma main derrière lui, me penchant pour regarder son portable qu'il agitait sous mon nez alors qui cherchait dans son répertoire celle qui ferait l'affaire.
Ma tête tout près de la sienne. Je le regardai lorsque son attention était portée sur l'écran de son portable. Un sourire se dessinant bêtement sur mon visage.
C'était un jeu débile.
De prétendre que je n'étais pas intéressée.
Que je n'avais pas apprécié ce qui s'était passé entre nous la veille.
Que je pouvais l'aider à trouver une autre fille avec qui faire ce que nous ne faisions pas.
Et pourtant. Je me prêtais au jeu.
Parce que je ne savais pas vraiment quoi faire d'autre.
Il mentionna Billie.
Ah, il était bon. Très bon.
Frapper là où ça fait mal.
Il se tourna face à moi. Nos lèvres se retrouvant à quelques petits centimètres.
» Ce que j'en pense ? Couche avec qui tu veux. Même si je doute que Billie soit de nouveau partante. Il me semble que tu l'aies pas particulièrement marquée.
J'avais un ton qui trahissait mon amusant et je retenais à peine un sourire.
» Mais tu peux te taper toutes les femmes que tu veux, je doute qu'elles soient à ma hauteur, j'ajoutai en levant les épaules, d'un air désolé. Enfin, faussement désolé. Qu'elles aient tout ce que j'ai à offrir.
Un petit clin d'œil et un sourire suggestifs.
Mes lèvres qui se posèrent sur son épaule et mon corps qui sauta gracieusement du plan de travail pour se diriger vers le frigo.
» Tu sais quoi, Teddy ? Tu devrais t'inscrire sur une application de rencontres, style Tinder. J'ouvris le réfrigérateur et m'emparai d'une bouteille d'eau que je bus goulûment avant de reprendre la parole, le fixant. Avec ton visage et ce corps, je gesticulai désignant l'objet de mon désire, non de mon commentaire, tu vas avoir un succès fou. Tu pourras baiser presque autant que moi.
L'air sincèrement concernée par sa vie sexuelle avec autrui, j'avais presque envie de me féliciter de cet air nonchalant que j'affichais. Lui proposer mon aide, comme si je n'éprouvais rien. Prétendre était une qualité assez remarquable dans ce genre de situation même si je me doutais que les gens capables d'éprouver des sentiments et les communiquer ne seraient absolument pas d'accord avec moi.

• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2048
@PSEUDO : TAG



Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-05-14, 07:01




❝666 » Maybe I like this game a little too much❞
Satine & Ted
Satine et moi s'étions tellement tourné autour que l'idée de passer à l'acte semblait presque irréel. Comme un fantasme qu'on pensait qu'il resterait un fantasme pour toujours venait finalement à se produire. Satine était un fantasme oui. Depuis le temps que je vivais sous le même toit qu'elle sans la toucher. Je n'avais jamais été insensible à son charme. Jamais. Elle n'était pas seulement mon type de fille, elle était mon idéal. Alors était-ce ça ? Était-ce le fait qu'elle m'avait toujours plu et le fait qu'on avait attendu tellement longtemps qui faisait que ce soir elle me faisait cet effet ? Sa proximité soudaine, bien plus intime encore que tout ce qu'on avait pu faire ensemble. Son souffle, ses lèvres, sa peau chaude sous mes doigts d'homme qui glissaient sous sa robe jusqu'à ses fesses. Je ressentais ce que je n'avais jamais encore ressentis sous l'effet de l'excitation. La chaleur m'envahissait de plus en plus et des frissons me parcouraient tous le corps m'arrachant des soupires de plaisir qui s'échappaient de mes lèvres entre deux baisers. Ma langue goûtant d'abord timidement à ses lèvres alors que la passion s'emparait de moi me permettant avant de finalement ne plus réussir à me détacher de ses lèvres. Je sentais ses mains s'agiter au niveau de mon pantalon à essayer de défaire ma ceinture et par la même occasion effectuant quelque pression contre mon intimité faisant monter l'excitation de plus belle. Je ne voulais plus la lâcher, je voulais caresser chaque parcelle de sa peau et que nos corps s'entremêlent sans n'avoir plus aucune conscience du temps ou de ce qu'il se passait autour de nous. Mais le chauffeur nous ramena brutalement à la réalité en nous interrompant. Il me fallut quelques secondes pour revenir à la réalité. C'était comme ce moment frustrant où on se réveillait pile au moment où notre rêve allait devenir intéressant.

On quittait donc le taxi pour aller se réfugier à l'intérieur où cette fois ci on était seuls On est rentrés je souriais mais je n'avais plus envie de parler. Moi, je n'avais plus envie de parler. Cette soirée était décidément de plus en plus exceptionnelle ! Mais non j'avais l'esprit bien trop occupé par d'autres pensées, d'autres envies. Je la désirais. Je me rapproche d'elle et c'est elle qui vient combler l'espace qu'il reste entre nous pour se coller à nouveau à moi. Mes bras se referment instinctivement dans son dos pour ne plus qu'elle s'éloigne. Mes paupières se ferment quand j'avance mes lèvres contre les siennes pour m'en emparer à nouveau. Comblant ce manque qui s'est développé depuis l'interruption du chauffeur. Je décolle lentement mes lèvres des siennes en relâchant un peu mon emprise pour la laisser défaire ma ceinture. Le rêve devenait de plus en plus réel. Son léger rire me firent relever le regard de ses lèvres à ses yeux. Ted l'entendre murmurer mon prénom de la sorte c'était... Wow ça me rendait fou. Quand elle se pencha sur mon oreille en glissant ses mains dans mon pantalon je fermais lentement les yeux en entre-ouvrant la bouche. Un soupire à la limite du gémissement m'échappait alors que je l'entendais de nouveau murmurer, tout contre mon oreille J'ai très envie de toi Vulnérable... C'était ce que j'étais. Totalement à sa merci je ne pouvais plus résister, j'en était totalement incapable. Je remontais une main dans ses cheveux et abaissais ma tête pour venir déposer des baisers dans son cou. Sans aucune hâte ceci dit, dans la douceur. Je relevais la tête et prenais son visage entre mes mains en plongeant mon regard dans le sien. Je caressais doucement ses joues et venait coller mon front au sien. Effleurant ses lèvres "Moi aussi j'ai envie de toi.. Satine... Plus que jamais.." Mais ça elle avait déjà dû bien le sentir quand elle avait glissé ses mains dans mon pantalon. Je descendais mes mains sur ses épaules et faisais glisses ses bretelles le long de ses bras. Dévoilant lentement sa poitrine moulée dans son soutient-gorge. Mon regard s'attarda bien évidemment dessus et j'entrepris de défaire les boutons de ma chemise de haut en bas pour ensuite m'en débarrasser en la laissant tomber au sol. Je glissais à nouveau mes mains dans son dos et jusqu'à ses fesses puis ses cuisses pour la soulever délicatement, la serrant contre moi d'un bras dans le dos et la soutenant d'une main sous les fesses. Je marchais jusqu'au canapé et me penchais pour l'allonger sur celui ci me mettant au dessus d'elle. Mon cœur battait à tout rompre. Je venais presser mon torse contre sa poitrine et à nouveau l'embrasser passionnément.


J'avais eu le temps de redescendre de mon petit nuage. D'ailleurs j'avais même dû en descendre plus vite que prévu et sans parachute. Elle m'avait dit qu'elle avait connu mieux ce qui impliquait que ça n'avait pas été plus agréable que ça. Bien que je n'ai pas réellement eu le temps de faire grand chose. Mais si ça ne lui avait pas plu je n'allais pas lui imposer de recommencer, je n'étais pas un bourreau après tout. Ou en tout cas je disais ça pour voir si elle allait réagir parce que je n'avais pas réellement pris ce qu'elle m'avait dit au sérieux et j'espérais bien avoir l'occasion de recommencer moi. Et d'aller jusqu'au bout cette fois ci ! Je soutenais son regard alors qu'elle s'approchais de moi et même se collait à moi. En réalité je luttais pour ne pas baisser mes yeux sur ses lèvres alors que je les sentais tellement proche des miennes. Ses mains sur mes épaules et son corps pressé contre le mien c'était dur de rester impassible. Mais alors quand elle murmura mon nom. Me rappelant la veille. Ce fut trop et fermais à nouveau les yeux. Je fus toute fois surprise de sentir ses lèvres contre les miennes même si ce fut terriblement court. Quand je rouvrais les yeux elle s'asseyait sur le plan de travail Ça va. On peut en rester là Pourquoi je m'étais lancé dans ce jeu déjà ? Je devrais pourtant savoir que Satine était bien meilleure que moi à ce genre de ptit jeu. Mais je ne pouvais pas m'arrêter maintenant et la laisser gagner aussi tôt. Il fallait que je continue "Bien. Soit. On fait comme ça alors, plus rien, plus de baiser" bon fallait que j'arrête de parler, j'aurais dû m'arrêter au premier mot plutôt que d'en rajouter. On sentait plus que ça me faisait chier de cette façon. Qui sait, si le jeu durait même après elle serait capable de prendre cette règle au sérieux. Ted on t'as déjà dit que parfois tu devrais fermer ta gueule ? Tout le temps mon Capitaine.

Changement de tactique j'essayais de jouer sur la corde de la jalousie. Je m'étais mis à côté d'elle, bras autour d'elle, la rendant complice involontaire de ma recherche d'une fille dans mon répertoire avec qui je pourrais coucher. Bien sûr elle joua le jeu, posant sa main dans mon dos et se penchant d'elle même un peu plus pour regarder. Je m'étais arrêté sur Billie. Pas sans raison oui parce qu'elle n'était pas la seule avec qui j'avais couché dans mon répertoire. En revanche c'était sa cousine ! Ce que j'en pense ? Couche avec qui tu veux. Même si je doute que Billie soit de nouveau partante. Il me semble que tu l'aies pas particulièrement marquée a vrai dire je ne savais pas si c'était vrai ou pas. Je n'avais pas eu l'occasion de lui reparler après mais je mettais ça sur la honte de se réveiller dans mon lit alors que d'ordinaire elle me trouvait insupportable. Faut croire que l'excitation lui avait permis de surmonter ça "Donc vous avez parlé de moi" je souriais "Intéressant" gardons le positif. De toute façon Satine ne pouvait pas me juger sur mes performances sexuelles vu que nous n'avions pas coucher ensemble donc les attaques la dessus n'allaient pas me faire grand chose. Quand à l'avis de Billie je me permettais de douter de la véracité des mots de Sat mais même si c'était le cas ça n'était pas franchement l'avis qui m'importait le plus. Mais tu peux te taper toutes les femmes que tu veux, je doute qu'elles soient à ma hauteur dit elle en haussant une épaule Qu'elles aient tout ce que j'ai à offrir un rire mis amusé mis nerveux m'échappa "Ce que tu as à offrir ? Si tu parles d'une trique et d'un vent monstrueux je vais devoir te contredire, toutes les femmes en sont capables" moi je me basais sur ce que j'avais vu après tout. Même si en réalité j'exagérais forcément. Après tout elle m'avait procuré des sensations indescriptible mais ça hors de question que je lui dise. Ou en tout cas certainement pas maintenant alors qu'on était en plein concours d'ego. Elle m'embrassa l'épaule avant de descendre du plan de travail pour aller ouvrir le frigo Tu sais quoi, Teddy ? Tu devrais t'inscrire sur une application de rencontres, style Tinder je ris en secouant la tête et la regardais rabaisser sa bouteille puis me montrer du doigt Avec ton visage et ce corps je baissais la tête pour regarder mon corps tu vas avoir un succès fou. Tu pourras baiser presque autant que moi je souris en relevant la tête "Oh un compliment !" restait-il encore de l'alcool de la veille dans ses veines ? "C'est vraiment très flatteur de te sentir aussi concernée par ma vie sexuelle et ta proposition est très gentille mais est ce que j'ai l'air désespéré à ce point ?" je n'avais pas l'impression de renvoyer une image de mec qui déprimais à l'idée de ne trouver aucune partenaire sexuelle. "Et puis tu sais..." je passais à côté d'elle pour attraper un Kinder Buenos "Généralement j'ai juste besoin d'aller dans un bar, de parler avec quelques filles et je peux ensuite rentrer avec l'une d'elle. Comme tu l'as dis avec ce corps ça va vite" je souriais. Non c'était faux. Enfin la réalité c'était que j'allais trop peu rarement draguer pour savoir si ça fonctionnerait vraiment. Je refermais la porte du frigo et levais un doigt "Hum y'a un truc que j'adore aussi" je lui faisais un bisou sur la joue et passait derrière elle, m'arrêtant à côté de son oreille le temps de finir ma phrase "C'est quand elles me rejoignent sous la douche" je repris mon chemin pour aller de nouveau m'appuyer contre le plan de travail et déballer mon Kinder Buenos. "Se savonner parfois ça peut être vachement érotique !" je souriais du coin des lèvres et croquais dans mon Kinder.
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try



ϟ CREDIT : Freesia
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3708
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-06-06, 03:10




❝Maybe I like this game a little too much❞
SATINE & TED

Le débat interne est silencieux. Il est toujours là, pesant dans le fond de mon esprit de tout son poids. Cependant. Ce n'est plus lui qui mène la danse.
Le corps est au commande. Se laisse porter par ses envies, ses désirs, ses besoins. Dès qu'il veut quelque chose, il le prend. L'agrippe et s'en délecte.
Le murmure s'installe entre nous. L'aveux de ce qui agite mon corps. L'envie de lui que les baisers n'assouvissent plus. Pas.
Ma main droite baigne dans une toute nouvelle chaleur. Délicieuse.
S'emparer de lui est simple, instinctif.
Le mouvement est discret. Devient langoureux.
Mon corps est en alerte. Chacune de ses réactions alimente le désir brulant qui danse dans mon ventre, qui me pousse contre lui.
Une distance entre nous est intolérable.
Puis ma bouche s'éloigne de son oreille, mes yeux cherchant les siens.
Ne les trouvent pas. Pourtant, impossible d'être déçus face à ce qu'ils découvrent.
Ted. Les yeux fermés. La bouche entre-ouverte. Ses lèvres légèrement teintes du rouge de mes lèvres.
Le désir prend une forme inattendue. Fait de mon ventre sa proie. Le tord d'une chaleur quasi déconcertante. Elle me prend d'assaut. Semble circuler dans mon sang, éveillant sur son passage un nouveau feu qui risque de me consumer tout entière.
Ma contemplation est accompagnée d'un son qui s'infiltre en moi. Son soupir glissant entre ses lèvres et s'écrasant sur mon corps.
Mon sang brulant s'empare de mon cœur, l'agite. Augmente ses battements, plongeant mon corps dans un état fragile. Il est à l'affut. Veut plus.
Mes yeux s'éternisent sur ses lèvres. L'envie de les goûter une nouvelle fois s'imposant dans le fond de mon ventre noué. Affamé.
Puis, il bouge. Sa main se glissant dans mes cheveux et je le laisse me guider. Lorsque ses lèvres se posent délicatement sur mon cou, un soupir m'échappe. Elles s'éternisent. Semblent savourer chaque centimètre de peau qu'elles baisent. Sur leur passage, elles font naître des frissons qui parcourent mon corps, jusqu'au bout de mes doigts qui se ressent autour de lui.
Le mouvement de la main est ferme, déterminé.
Ses mains saisissent mon visage, ses yeux se plongeant dans les miens. Chaque caresses de ses pouces sur mes joues plus intimes les unes que les autres.

Tu devrais les craindre. Ces gestes de tendresse. Intime.
Tu ne donnes pas dans l'intimité.


Quelques battements de cils et la voix se tait. Ne reste que le bruit grisant de ce désir qui me précipite contre lui.
Ma lèvre inférieure prisonnière de mon sourire parfait.
Un soupir m'échappe lorsqu'il presse son front contre le mien.

Prisonnière d'un sentiment réconfortant que tu ne mérites pas.

La chaleur de ses lèvres frôlent les miennes.
Elles veulent les retrouver. Les baiser à nouveau. Les sentir contre elles et laisser les langues se prendre d'assaut sans merci.
Sa voix interrompt le silence lourd de nos soupirs, de nos gémissements, de nos caresses.
L'envie le dévore lui aussi.
Pourquoi attendre ?
L'impatience s'impose à moi.
Puis. Elle est coupée par les doigts de Ted dansant sur mes épaules. Se défaisant délicatement du haut de ma robe, exposant ma poitrine à son regard. Je l'observe. Mes yeux fixant les siens alors qu'ils s'attardent sur mes seins encore prisonniers d'une douce dentelle noire. L'agitation de ma respiration les poussant contre lui dans un rythme saccadé.
Ses mains m'abandonnent et la perte de sa chaleur sur ma peau est trop brusque.
Lorsqu'elles s'approche de sa chemise, mon esprit saisit son intention et à contre coeur, ma main le quitte pour se défaire de ma robe encombrante.
Ma respiration se calme en quelques secondes.
Le brouillard se dissipe.

Regardes-le.
Il est doux. Affectueux.
Et tu veux le gâcher ?
Tu gâches tout ce que tu oses toucher avec cette intention absurde.
Qu'est-ce que tu cherches avec lui ?
Qu'est-ce que tu as à lui offrir ?
Pas grand-chose.


Les mains ralentissent. Trop tard.
La fermeture est défaite et la robe s'écroule au sol.
Sa chaleur se glisse contre mon corps, chassant les doutes et les réflexions inutiles. Ses mains sur ma peau me plongent dans ce doux envoutement qu'il est le seul à faire naitre en moi.
La surprise de ne plus sentir le sol sous mes pieds perce le silence d'un petit cri.
Mes jambes entourent sa taille avec force. Mes bras se nouent à son cou. Mes yeux ne quittant jamais son visage.

Tu l'embrasses pour me faire taire.

Le silence intérieur retrouvé. Je me concentre sur ses bras me portant. Sa main sur mes fesses. Sa chaleur transperçant mon corps. Lui donnant vie.
Pressée contre lui, dévorant ses lèvres
Lorsque le canapé se précise. Mes membres ne sont pas prêts à se défaire de leur prise sur lui. Pourtant, lorsqu'il me dépose, je ne lutte pas pour le retenir.

Tu aurais dû.
Il est là.
Et il ne se doute pas que tu vas le dévorer.
L’abîmer.


Mes yeux se ferment. Je les serre fort. Peut-être qu'ils parviendront à la faire taire.

Non. Ils n'y peuvent rien.

Une. Deux secondes.
Et le revoilà. Enfin.
Un soupir m'échappe alors que j'attrape son visage.
Le besoin de le sentir contre moi, presque douloureux.
Mes jambes s'écartent pour l'accueillir joyeusement.
Sa chaleur nourrit mon corps.

Sa simple présence balayant tout sur son passage. Le silence se fait entendre.
C'est lui et moi, le monde nous attendra.

Mon corps a faim de lui. Ne semble pas être satisfait. Pourrait gémir de la distance qu'il semble percevoir entre nous. Pourtant, peu de choses nous séparent. Son boxer. Ma culotte. Mon soutien-gorge.
J'aurai dû m'en défaire.
Alors je le repousse.
Assez pour qu'il se retrouve de l'autre côté du canapé, sur le dos.
Mon corps se pressant contre le sien, le temps d'un  baiser langoureux.
Mes doigts s'échappent. Se perdent dans mon dos.
Quelques gestes suffisent.
Il n'y a plus que deux éléments qui nous séparent.
Deux détails.

Mes lèvres retrouvent les siennes.
Mes mains sur son visage.
Mon corps pressé contre le sien.
Sa chaleur le dévastant.
Mon corps n'en a pas assez.
Comment peut-il brusquement avoir tant besoin de lui ?

***

Le taquiner était trop simple. Lui faire croire que je ne voulais plus de lui. Que je pouvais me passer de ses baisers, de ses caresses. Tant que je n'avais pas à admettre le contraire. Je pouvais toujours prétendre ne pas avoir apprécié. Surtout si c'était pour l'embêter.
Son ton fit naître un sourire amusé sur mes lèvres. Il avait l'air peu sûr de lui, se répétait un peu et c'était encore plus drôle de mener la partie quand l'adversaire montrait quelques signes de faiblesse.
Il me refusait des baisers.
Et le reste.
Il ne pouvait pas être sérieux. Il avait l'air contrarié par ses propres propos. J'essayai de ne pas sourire. C'était beaucoup trop dur.
» D'accord. Plus de baisers. Plus. Rien. J'ajoute, sûre de moi. Croisant les bras. Deal.
Il ne se rendait pas compte mais ce qu'il venait d'affirmer se retournerai contre lui. Je m'en assurerai.

Mentionner Billie était… Une très bonne tactique. J'avais du mal à rester aussi sûre de moi lorsqu'il ravivait le souvenir de ma cousine couchant avec… lui.
Lorsque je cherchais à lui balancer quelques répliques désagréables, il s'en sortait intact. Me reversant dans sa course.
Il ne retira de mon commentaire que ce qui le servait lui.
Nous avions parlé de lui.
Billie et moi.
Parlé de cette nuit-là.
Le souvenir était vif dans ma mémoire, semblait se matérialiser devant mes yeux. Elle qui tentait de quitter discrètement la chambre de Ted dans l'obscurité et qui se retrouvait face à moi.
Elle était dans un piteux état. Mais sa simple présence avait fait naître un sentiment désagréable dans le creux de mon ventre.
Elle avait couché avec lui.
Ma propre cousine.
Ca n'aurait pas dû me faire cet effet. Pas quand il n'était que… mon colocataire et ami. Ils étaient libres après tout.
Je n'avais aucun droit de ressentir ce genre de chose ridicule.
Oh que j'étais ridicule.
Mon visage avait dû se modifier légèrement au rappel de cette nuit-là.
» Il y a rien d'intéressant. Je levai les yeux au ciel. Elle n'a fait que rire de votre "échange" pas très glorieux. L'agacement fut brusquement perceptible et j'aurais dû avoir un meilleur contrôle de mes "émotions".

Je ris.
Le laisser en plan l'avait marqué. Il n'y avait aucune surprise la dedans. Il était resté la queue entre les pattes. C'était l'image parfaite.
Les souvenirs de la veille s'animèrent une nouvelle fois dans mon esprit. S'étirant dans les meilleurs détails. Puis, le rappel à la réalité. Celle de ce jeu entre lui et moi. Pas de place pour la vérité sur ce qui m'avait poussé à l'abandonner. A tirer un trait sur son corps à moitié nu contre le mien et la présence trop vive dans mes souvenir de ses doigts s'emparant de ma peau.
Réalité. Comme dans le présent. Dans la cuisine.
Oublie la veille.
» Tu m'en veux encore pour ça ? T'es si susceptible ? Tu n'as pas apprécier ce moment que nous avons partagé ? Je pris un air innocent. Parce qu'autant parler de la veille et de ses meilleurs moments que des mauvais qui ne devait être pour lui qu'une autre partie du petit jeu.

Ma proposition le fit rire.
Les réseaux de rencontre ne devait pas être pour lui.
Une nouvelle fois, il se focalisai sur certains de mes mots. Ceux qu'il préférait. Il nota que je lui avais fait un compliment avant de me demander s'il avait l'air assez désespéré pour s'adonner à ce genre de pratique.
Il s'approcha de moi. Lui aussi n'appréciait pas la distance physique qui nous séparait ou je me projetais complètement ?
» Ted, ça a rien à voir avec le fait d'être désespéré. Bon, pour certaines personnes ça doit être le cas. C'est juste un moyen facile de trouver les personnes qui nous correspondent. Parce que les bars c'est bien, mais tu peux aussi en profiter avec quelqu'un qui vient spécialement pour être avec toi, c'est pas mal non plus. Je lui lançai un regard malicieux.
Il referma le frigo, leva son doigt, comme s'il avait eu une illumination ou qu'il voulait donner de l'ampleur à ce qu'il s'apprêtait à dire.
Ses lèvres percutèrent ma joue sans prévenir et je perdis le fil. L'espace de quelques brèves secondes. Projetée dans les souvenirs de la veille.
Ses lèvres contre les miennes, parcourant tout mon corps.
Il s'arrêta à la hauteur de mon oreille.
Pour souffler qu'il adorait quand les douches à deux. J'esquissai un sourire discret. L'observa lorsqu'il retrouva sa place contre le plan de travail.
Ne pas rire en l'entendant parler de se savonner était impossible. Pas parce que je ne partageais pas son avis, mais plutôt parce que je ne m'attendais pas à ce genre de commentaire. Trop perdue dans ce brouillard d'émotions inexpliquées, sans oublier les souvenirs de la veille qui semblaient encrés dans chacun de mes sens.
Avec la mascarade de ce petit jeu de séduction entre nous, il ne devait pas se douter de ce que je ressentais vraiment.
C'était une chance.
Il était hors de question qu'il l'apprenne.
» Est-ce que tu veux qu'on mette ça dans ton profil "Aime qu'on le savonne"? Ça risque d'attirer la mauvaise audience à mon avis. Je ris, fière de faire diversion. De ne pas me perdre dans ses filets. Je m'approchai de lui, m'adossai au plan de travail central. Ou t'essaie de me dire que si j'ai envie, je pourrais te rejoindre dans la douche quand j'en ai envie ? Parce que c'est pas une si mauvaise idée ! Ça nous fera économiser l'eau. En attendant, commençai-je, essayant de rester sérieuse, ça devrait faire l'affaire, ajoutai-je avant de lui balancer le restant de l'eau de ma bouteille dessus en éclatant de rire. Ça devrait te calmer aussi.
Quand s'approchait de moi, l'image de celle que je suis, cette femme qui ne s'attachait pas, qui ne prenait pas le temps de connaitre certaines personnes, qui faisait la fête et qui donnait dans le superficielle disparaissait. Il ne restait plus que moi, Satine. Une vraie gamine.
Ça devait paraître étrange pour ceux qui ne me connaissaient pas vraiment de me voir comme ça, comme je pouvais être entourée de mes humains préférés. Et juste comme ça, je réalisais qu'il en faisait partie.


• ───────────────────────────────────── •



it's just a game. between you and i. like two children running around. pretending to be friends. when all we can think about is laying in bed. the closer you get, the more i'm wiggling away. because if you get closer enough, you'll be able to hear that weak heart calling your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Menteur Expert »



ϟ CREDIT : Tag
ϟ CÉLÉBRITÉ : Chris Wood
ϟ JOB : Youtubeur
ϟ HUMEUR : Insupportable
ϟ MESSAGE : 2048
@PSEUDO : TAG



Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   
2018-06-06, 18:49




❝666 » Maybe I like this game a little too much❞
Satine & Ted
La chaleur de sa main contre la zone de mon corps la plus sensibe, me caressant, plus le fait de savoir que c'était Satine. L'effet était immédiat. Je ne cherchais pas à contrôler quoi que ce soit de toute façon. Je me laissais aller. Depuis tout ce temps où je fantasmais sur Satine j'allais enfin coucher avec elle, j'étais un homme comblé ! Les sensations se multipliaient à chaque geste qu'elle faisait et quand je rouvrais les yeux je ne voyais plus qu'elle, ses beaux yeux, ses lèvres... Son cou que je venais parsemer de baisers. Tendrement. Laissant mes doigts se perdre dans ses cheveux. Quand je pris son visage entre mes mains son sourire s'étira et c'était contagieux. La voir sourire m'extirpait également un sourire l'espace d'une seconde, presque enfantin avant que de me faire rattraper par le désir qui montait en moi. Si l'attente me semblait interminable j'appréciais aussi ce moment. Laissant monter l'envie, développant l'excitation. Sa poitrine était maintenant presque dénudée, recouverte encore juste assez pour me laisser rêver de ce qu'il se trouvait en dessous. Pour ma part je n'avais que ma chemise qui recouvrait le haut de mon corps et celle ci rejoint assez rapidement le sol alors que Satine faisait de même en se débarrassant de sa robe.

Je la regarde de haut en bas. Nue sous ses sous vêtements assortis en dentelle noire. Bon sang, elle me rendait fou. Complètement fou ! Je la prend contre moi, la soulevant et lui arrachant un petit cris de surprise. Mais rapidement elle resserre ses jambes autour de moi et s'empare de nouveau de mes lèvres. Soupirant d'excitation entre deux baisers. Sentir son corps tout contre le mien devenait carrément un besoin. Si bien que ce fut dur de m'en éloigner après l'avoir posée sur le canapé. Le temps de retirer mon pantalon seulement avant d'enfin venir me lover contre elle. Me calant entre ses jambes alors que ses doigts fins et délicats se posaient sur mes joues. Je pressais doucement mon torse contre sa poitrine et mon intimité contre la sienne bien qu'on soit toujours séparés par la barrière de nos sous-vêtements. J'allais l'embrasser à nouveau quand elle me poussa en arrière. Je l'avais pas vu venir ça. Je me retrouvais donc sur le dos et relevais la tête pour la regarder défaire son soutien-gorge. La bouche ouverte je fixais sa poitrine au moment où elle la délivrait. J'en oubliais presque de respirer si bien que je dû prendre une grande inspiration avant d'expirer longuement en la regardant. J'avais presque l'impression de vivre ma première fois. Première fois dont je ne me rappelais même pas en plus. Mais celle ci je ne risquais pas de l'oublier. Je revenais à la réalité quand elle vint se coller à moi, corps et lèvres. Mes bras se refermèrent sur elle et je me redressais pour me retrouver ne position assise, Satine à califourchon sur moi. Gardant un bras dans son dos je la penchais légèrement en arrière pour venir embrasser un de ses seins et y laisser jouer ma langue pendant que mon autre main venait caresser son autre sein. L'accompagnant de ma main dans son dos je la redressais à nouveau pour l'embrasser avec passion. Je faisais glisser mes mains sur ses cuisses, remontant doucement sur ses hanches puis passant sous ses fesses pour la surélever un peu. Etant légère comme une plume ça n'était pas bien compliqué. J'abaissais mon boxer avant de la laisser se rasseoir contre moi. Cette fois ci on était vraiment tout prêt d'y arriver. Enfin. Mon excitation était à son comble et ma respiration se faisait plus bruyante et intense.


Finalement en voulant l'enquiquiner je me punissais aussi. J'aurais peut-être dû y réfléchir avant puisque même si je ne contais pas m'y tenir elle elle risquait de s'y tenir juste pour le défis. D'accord. Plus de baisers. Plus. Rien. Deal. Parfois elle me foutait le doute quand même. Est ce qu'elle avait réellement pris du plaisir la veille, est ce qu'elle avait réellement eu envie de moi ? Parce que c'était l'impression qu'elle m'avait renvoyé et je préférais croire que c'était ça et qu'en arrêtant tout à la dernière seconde pour s'amuser elle s'était frustrée aussi. Parce que si ça n'était pas le cas ça voulait dire qu'elle n'avait fait que jouer et que pas un instant elle n'avait été sincère alors que de mon côté je m'étais totalement livré à elle. Si c'était ça elle avait dû bien rire et moi je m'étais bien fait avoir comme un con. Mais je me disais que ça ne pouvait pas être que ça. Je ne voulais pas croire qu'elle me ferait ça parce que ça serait vraiment humiliant. Ça me mettrait dans une position de garçon naïf qui s'était fait avoir par la fille populaire qui s'était bien foutu de sa gueule, et je n'avais pas envie de ça.

Parler de coucher avec Billie avec qui j'avais déjà couché alors que c'était sa cousine oui c'était volontaire évidemment. Je ne savais pas si c'était vrai et que je n'avais pas marqué la blonde mais vu la façon dont elle en parlait elle avait surtout l'air de dire ça pour blesser mon ego, hors je l'avais quand même suffisamment marqué pour qu'elles en parlent. De mon côté je dois bien avouer que je n'avais pas tous mes souvenirs intact pour cette nuit la, faut dire que j'étais bourré. Billie aussi mais je tenais beaucoup moins bien l'alcool. Mais je ne me basais pas sur le fait que Billie soit partit avant mon réveil pour savoir si j'avais été à la hauteur ou non. Pour la simple et bonne raison que je savais très bien pourquoi elle était partit et c'était parce qu'elle ne m'appréciait pas trop. Donc se rendre compte, sobre, qu'elle avait couché avec moi ça avait dû lui faire bizarre. Il y a rien d'intéressant je souris "Ah si !" Je la pointais du doigt "La tête que tu viens de faire" ça n'avait pas été flagrant mais pas imperceptible non plus pour autant. Et comme je la regardais à ce moment la j'avais pu capter cette expression sur son visage, ce qui suffisait à me satisfaire. Elle n'a fait que rire de votre "échange" pas très glorieux il y avait un peu d'agacement, ça se sentait. Si elle cherchait à minimiser mes capacités depuis tout à l'heure ça restait sur un ton taquin mais la c'était un peu différent "Et ben j'aurais au moins eu le mérite de la faire rire" j'étais doué pour ça. Le fait qu'elle ai dis ça plus sérieusement à cause de son agacement c'était limite plus sortie comme une remarque juste méchante pour blesser. J'avais peut-être dû moi même la blesser en parlant de ça pour qu'elle me renvoie la balle de cette façon "Et puis de toute façon tu n'étais pas la, tu ne peux pas réellement savoir comment ça s'est passé" bon je ne m'en rappelait pas plus que ça non plus mais se fier à ce qu'avait dit Billie, qu'elle en ai vraiment rit ou pas, ça ne pouvait pas être un témoignage fiable vu qu'elle ne m'appréciait pas. Je m'arrêtais la. Ce petit jeu c'était seulement pour se taquiner, s'embêter, et pour moi me venger de ce qu'elle m'avait fait miroiter hier. Mais en aucun cas je n'avais envie que ça devienne un concours de qui ferait le plus de mal à l'autre.

Tu m'en veux encore pour ça ? T'es si susceptible ? Tu n'as pas apprécier ce moment que nous avons partagé ? Mes yeux se baissèrent sur sa poitrine bien que couverte cette fois ci. Me replongeant dans les souvenirs de la veille et je glissais mes mains sur ses hanches en relevant mes yeux sur elle "J'ai particulièrement apprécié le moment qu'on a partagé. Beaucoup moins celui qu'on a pas partagé" Bon but n'étais pas de l'attaquer en m'amusant à lui dire qu'elle n'était pas excitante ou quoi, de toute façon ça serait débile elle savait déjà l'effet qu'elle faisait aux hommes. Ce que je m'étais mis en tête c'était plutôt de provoquer un peu d'excitation chez elle alors que je n'allais rien faire avec elle. Un peu comme elle m'avait fait la veille mais quand même en largement moins fort. Parce que clairement si j'arrivais à ce à quoi on était arrivé hier, jamais je n'aurais la force de la repousser. Mais bon même si le jeu perdurait les plans changeaient un peu au fur et à mesure de notre conversation, ils s'adaptaient. Elle avait embrassé mon épaule avant de descendre du plan de travail pour aller au frigo et me parler d'application de rencontres. Ted, ça a rien à voir avec le fait d'être désespéré. Bon, pour certaines personnes ça doit être le cas. C'est juste un moyen facile de trouver les personnes qui nous correspondent. Parce que les bars c'est bien, mais tu peux aussi en profiter avec quelqu'un qui vient spécialement pour être avec toi, c'est pas mal non plus C'était quand même très différent dans mon esprit "Genre livraison à domicile ?" Je secouais la tête "Non merci, j'aurais trop l'impression de faire mes courses et d'utiliser une femme comme un objet sexuel, je préfère largement qu'il y ai le côté séduction, ça rend les choses largement plus humaines" je lui fis un grand sourire "Et je ne suis ni un robot ni un animal alors je préfère me comporter un humain" même si je n'étais pas le représentant le plus normal de l'espèce humaine c'est clair. Bien que j'ai tout de même un peu évolué malgré mon trouble psychologique ! Est-ce que tu veux qu'on mette ça dans ton profil "Aime qu'on le savonne"? Ça risque d'attirer la mauvaise audience à mon avis je relevais la tête en haussant les sourcils "Comment ça ?" Je ne comprenais pas. Qu'est ce qu'il y avait de mal à aimer savonner et se faire savonner ? "Oh" si ça y est je crois que j'avais compris "C'est à cause de l'histoire de la savonnette c'est ça ?" Cette histoire qui d'après ce que je me rappelais voulait dire que si tu te baissais pour ramasser la savonnette dans un vestiaire de mec tu te faisais prendre les fesses par un autre mec. Enfin je crois que c'était ça. Du coup savonnette, se faire savonner ça avait dû être quelque chose qui était associé à un truc de gay maintenant. Enfin j'imaginais, je ne voyais pas d'autres explication à ce qu'elle avait dit. Elle vint s'adosser au plan de travail à côté de moi Ou t'essaie de me dire que si j'ai envie, je pourrais te rejoindre dans la douche quand j'en ai envie ? Parce que c'est pas une si mauvaise idée ! Ça nous fera économiser l'eau. En attendant je ris légèrement en secouant la tête. M'apprêtant à refuse l'offre si c'était pour me retrouver frustré à chaque douche encore mais elle repris la parole avant moi ça devrait faire l'affaire je redressais directement la tête en me recevant de l'eau sur le torse et dans le visage. Mais ? Il s'était passé quoi la ? Donc elle venait de m'asperger avec sa bouteille "Ah ouais ?" je ris légèrement en tournant la tête vers elle. C'était froid en plus ! Je posais mon kinder buenos "Tu me parlais de venir prendre ta douche avec moi c'est bien ça hein ? Et ben finalement je crois que t'as raison !" j'étais d'accord maintenant ! Je me penchais en avant, pour ramasser une savonnette mais bien pour attraper Satine en enroulant un bras autour de ses jambes, sous ses fesses. Et de cette façon en me relavant je la décollais du sol en la prenant sur mon épaule comme un sac à patate. Fier de moi je marchais ensuite jusqu'à la salle de bain sans la lâcher et allait dans la douche avec elle pour allumer celle ci sans attendre. C'est seulement à ce moment la que je la reposais au sol entre la paroi de la douche et moi, tout sourire. Alors oui on était tout habillé et tout trempé mais c'était elle qui avait commencé, et de cette façon elle ne pourrait pas encore se venger en faisant pire vu que j'étais dans le même état qu'elle.
©️ Pando

• ───────────────────────────────────── •


    I do not know what is it but it's good
    Je pensais que pour la séduire je devais la faire rire, mais à chaque fois qu'elle riait c'est moi qui tombait amoureux ⠇TOMMASO FERRARIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t4307-kamoulox

Contenu sponsorisé





Re: 666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE   


Revenir en haut Aller en bas
 

666 » Maybe I like this game a little too much † TETINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT'S EASIER TO LIE :: 
 :: West Phoenix :: Maisons
-