AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bienvenue sur The Lying Game !

votez pour le forum sur les top sites

N'hésitez pas à laisser un message pour le forum ici &

Postez des photos de vos personnages au Summer Time

Partagez | 
 

 Can I lay by your side † Satley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Can I lay by your side † Satley   
2016-01-05, 00:14




can i lay by your side

Le temps est notre ennemi à tous. On pense avoir le temps de tout faire, de tout repousser au lendemain, parce qu’il y aura forcément un lendemain. On s’étonne lorsqu’il nous glisse entre les doigts. Qu’il défile si vite que tout ce que l’on avait repoussé au lendemain n’a toujours pas été fait. Pourtant, le temps, cet être intouchable, imperceptible qui lorsque l’on s’amuse file à tout va et qui traine un peu trop lorsque l’on s’ennuie, est fixe. Ce n’est pas lui qui change, mais notre perception de lui.
Alors pendant que certains s’amusent et ne voient pas le temps passer, d’autres, au même moment sentent le lourd poids des secondes peser sur leurs épaules fatiguées.
C’est injuste n’est-ce pas ?
Il n’y pas de réponse, mise à part des débats philosophiques sans fin, qui eux non plus n’apportent pas de réponse.
C’est la vie.
Pourtant, il y a quelques personnes qui échappent au temps et Satine Zephyr Hannigan Hudson en fait partie.
Durant deux petits mois, elle n’était plus là, enfin oui, elle était là, son corps était toujours palpable et son cœur faisait son boulot décemment, la gardant en vie. Son cerveau était toujours fonctionnel. Tout son organisme – mis à part son poignet cassé et son arcade encore un peu abimée – était en bon état (même son foi est dans un état décent, oui oui, il ne semble pas aussi près de la cirrhose que l’on aurait pu le croire). Malgré le fonctionnement de son organisme quasi irréprochable, Satine ne prend pas part à la cruelle manipulation du temps qui passe. Dans son cas, le temps est plutôt absent. Il ne l’affecte pas, ne la concerne pas. Elle est hors du temps.
Son esprit contrairement à son corps n’est pas au rendez-vous. Il doit être là, quelque part, mais il n’est pas réveillé. Il est absent, hors d’accès.
Si elle avait été consciente, elle aurait vu ses proches lui rendre visite – peut-être plus de gens que ce qu’elle aurait cru, elle s’était toujours imaginé qu’à part Riley, Woody et Billie, il n’y aurait pas grand monde. Elle aurait entendu les infirmières s’extasier devant la beauté des jeunes hommes que Satine avait à son chevet ; elle les aurait entendus dire à quel point elles auraient voulu avoir de pareils spécimens dans leur vie un peu triste. Elle aurait entendu le médecin qui la traitait dire à son infirmière qu’ils devraient profiter de la salle de repos une deuxième fois ce jour-là ; ou les femmes de ménage se lamenter sur sa jeunesse et sa beauté gaspillée. Si elle n’était pas perdue dans les limbes d’un coma dont personne ne savait si un jour elle se réveillerait, elle aurait été là pour les fêtes de fin d’année, près de son frère et de son meilleur ami et de tous ces gens à qui elle tenait et à qui elle ne le disait jamais. Elle aurait vu les décorations de Noël fleurir partout dans la ville et s’en serait surement plaint, parce que certains de ses voisins en font toujours trop. Elle aurait sentit son infirmière lui arracher sa perfusion sans délicatesse aucune et aurait sentit la douleur violente qui aurait suivi, elle aurait même pu voir la giclé de sang qui avait suivi et qui avait mis une sacrée pagaille.  Elle aurait entendu les médecins dire aux deux hommes qu’elle aimait le plus au monde qu’il n’y avait pas d’amélioration à attendre, qu’elle pouvait se réveiller à tout moment ou ne jamais émerger. Qu’un jour – pas tout de suite – ils devraient prendre des décisions la concernant.
La garder prisonnière de son corps ou la laisser s’en aller.
Quel cruel choix.
chanson à écouter


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-01-08, 23:05




can i lay by your side

Comme chaque jour, chaque matin, à la même heure, je venais à l'hôpital voir Satine. C'était une souffrance de la voir allongée sur le lit d'hôpital sans bouger. Seul le bruit de la machine qui la tenait encore en vie en quelque sorte hantait cette pièce puant l'odeur propre à l'hôpital décoré d'une peinture donnant juste envie de vomir. Je détestais les hôpitaux, à chaque fois j'y allais pour une mauvaise nouvelle quasiment. J'avais vécu mon accident, l'overdose de Derek, l'accident de June et ensuite Satine dans le coma. Ce n'était plus possible, cet hôpital, je le haïssais. Il y avait eu seulement une seule bonne nouvelle : la naissance du bébé de ma petite soeur, Faith. A part ça, ce n'était pas très joyeux. Tous mes proches à qui je tenais le plus passaient par cette case, je devais un démon à mes côtés qui faisait du mal à mon entourage. Je portais la poisse...

J'étais entré dans la chambre de Satine et rien avait changé. L'infirmière me disait toujours la même chose : "La situation ne s'est pas agravée mais elle ne s'est pas arrangée non plus." J'avais envie de l'insulter, de la traiter de tous les noms d'oiseaux possibles mais au final, elle n'y était pour rien. Satine, bordel, réveille toi ! Je m'étais alors assis à ses côtés, sur le fauteuil à côté de son lit. Je pris sa main la glissant entre mes doigts. Elle était sans force, sans vie on dirait. L'infirmière m'avait dit qu'elle pouvait m'entendre. Au départ, parler à une personne inanimée, ce n'était pas trop mon truc et pourtant, c'était devenu facile au bout d'un moment. Je lui avais raconté tout ce qu'il se passait dans ma vie depuis qu'elle était ici. Je lui parlais de l'Alliance Dorée, d'Angela, de Woody, de nos amis, mes situations cocasses avec mes conquêtes. Quelques fois, je riais à mes conneries mais je riais tout seul. Si seulement elle pouvait se réveiller. J'implorais le bon Dieu, s'il pouvait m'écouter, s'il pouvait répondre à cette prière. Mais le bon Dieu il ne me répondait pas, il ne pensait qu'à lui et qu'aux autres. Pas à moi. Pas à nous.

Que pourrais je faire sans mon âme soeur ? Depuis tout petit, Satine était à mes côtés. Elle était devenue ma meilleure amie puis ma femme - sans le vouloir - mon ennemie aussi par moment vu que j'avais fait des choses qui ne lui avaient pas forcément plu. Mais dans toutes relations il y avait des engueulades et à chaque fois, nous en sortions plus forts. C'était ça notre amitié et elle était simplement unique. En tout cas, le Noël 2015 n'avait pas été joyeux... Tous ses proches étaient réunis pour célébrer la magie de Noël mais la magie n'était jamais venue puisque nous voulions un seul cadeau : le réveil de Satine.

Alors que j'avais sa main dans la mienne, je commençais à lui parler. Bonjour Madame Hudson ! Je me mis à sourire légèrement en me rappelant qu'elle était ma femme. Ca me fait toujours bizarre de penser que tu es ma femme, que nous nous sommes mariés. Tu te rends compte qu'après presque deux ans on n'a toujours pas divorcé ? Fin janvier ça fera pile deux ans que nous serons mariés. J'espérais qu'elle allait se réveiller d'ici là pour qu'on fête notre anniversaire. Je ne pouvais rêver mieux que de l'avoir en tant que femme.



• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-01-09, 01:38




can i lay by your side

On aimerait croire que la médecine est toute puissante. On aimerait croire que l'homme est parvenu à comprendre tout ce qui l'entoure, à saisir tous les mystères que réserve la nature. Vouloir n'est pas suffisant.
Tous, nous sommes persuadés que tout s’explique. L'homme, têtu ou trop bête se laisse manipuler par la société, par la foi absurde qu’il a en Dieu, ou le destin et par l'espoir irrépressible. Il s’attarde à espérer que tout peut se régler, que tout peut s’arranger jusqu'au jour où il est forcé d'admettre que l'homme est faible, qu'il ne fait que subir, qu'il ne choisit rien.
La médecine – comme les autres disciplines – n'est pas toute puissante, ne contrôle pas grand-chose au final. Elle est comme chacun d'entre nous, elle lutte contre le temps, contre la volonté de Dieu, contre le destin, contre la nature. Elle enchaîne des gens à des machines en gardant des corps vides et sans vie, emprisonnant des âmes qui ne s'éveilleront peut être jamais plus. Pendant que des familles espèrent revoir les yeux de leur bien aimé s'ouvrir à nouveau. Ils espèrent et attendent un miracle, se disant que peut être, c'est leur tour d'être gâté des Dieux.
C'est si difficile de se résigner.
Ils viennent au chevet de leur être cher, parlant à un corps, tant que les machines sonnent tous le considèrent en vie. Alors ils espèrent.
Si Satine avait été réveillée, elle aurait ri en entend Riley l'appeler sa femme, lui rappeler encore et toujours qu'elle porte son nom, qu’ils sont mariés. Elle aurait légèrement rougit, parce qu’elle adorait l'idée d'être mariée à Riley Drey Hudson, celui qui enfant lui avait promis de l'épouser alors qu'ils ignoraient ce qu'était vraiment l'amour et le mariage. Elle souriait à chaque fois qu'elle y pensait ou que quelqu'un lui évoquait ce mariage. Elle aimait l'idée être mariée au seul homme - hormis son frère, mais il ne faisait pas parti des homme, c'était son frère - qu'elle aimait vraiment, le seul pour qui elle donnerait sa vie. Elle n'était rien sans lui, alors porter son nom, même si ce n'était pas un vrai mariage, était logique. C’était une évidence même.
Si elle mourait maintenant, ce nom ornerait sa tombe. Ça serait une manière d'être ensemble jusqu'au bout, même si elle était persuadée qu'ils se retrouveraient forcement de l'autre côté.
Si elle avait été consciente, elle aurait fait cette remarque, parce qu'elle trouverait ça drôle, qu'une bêtise de soûlard se termine gravée sur une pierre tombale, la sienne surtout. Elle avait ce genre d'humour un peu noir par moment. Riley n'aurait surement pas ri. Définitivement pas.
Mais elle n'était pas consciente.
*
Le sommeil était lourd, chaque matin, chaque après-midi après une sieste, le sommeil tardait à me quitter. Il pesait sur mon corps, sur mon être, se sentait dans chaque mouvement. Après chaque soir de fête, après chaque fornication passionnée – ou tout du moins énergiquement gourmande – je me réveillais difficilement.
Pourtant, cette fois, j'avais l'impression d'émerger doucement, le sommeil toujours aussi lourd, mais quelque chose de plus pesait sur mon corps, sur mes paupières, sur chacun de mes membres. Je percevais la lumière dans la pièce sans pouvoir la voir, mes yeux lourds demandaient beaucoup d’efforts pour simplement s'ouvrir. Les sons étaient un brouhaha lointain dépourvu de sens. Si j'avais voulu bouger, toute ma volonté n'aurait pas suffit. J'avais beau lutter pour revenir à la surface, je restais loin dans un brouillard incertain.
Soudainement, j'eus l'énergie suffisante pour bouger. Et mes paupières battirent seuls, laissant la lumière du jour m'aveugler.
Tout était trop lumineux. Flou et douloureusement lumineux.
Dans le désordre dans lequel je flottais, un autre de mes sens reprit ses fonctions. J'entendis une voix s'élever mais je ne parvenais pas à comprendre les mots qui planaient autour de moi.

autre petite chanson


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-01-17, 11:12




can i lay by your side

Comme chaque jour, j’étais venu voir ma meilleure amie, ma femme, Satine. Elle était dans le coma depuis bien trop longtemps et plus les jours passaient, plus mes espoirs se réduisaient. Les médecins me disaient qu’il n’y avait pas d’amélioration. Chaque jour se ressemblait mais je venais toujours pour lui raconter tout ce qu’il se passait dans ma vie et celle de nos proches. Aujourd’hui, je lui fis remarquer que ça allait faire presque deux ans que nous nous étions mariés. On était tellement bourrés que le lendemain, nous ne nous souvenions même plus comment ça s’était passé. On avait eu juste des flashs de la soirée toute la journée. Ca ressemblait un peu au film Very Bad Trip version mariage. Pour autant, nous n’avions pas entamé les procédures de divorce. Plus d’une fois, Satine l’avait voulu mais moi, je ne faisais rien pour l’embêter. Et au final, après deux ans quasiment, nous avions toujours notre bague à notre doigt et elle portait toujours mon nom.

Tu te rappelles aussi quand Eryn avait voulu que je divorce et toi tu réjouissais intérieurement que je refuse ? Elle ne pouvait pas me répondre évidemment. C’était clair que ça avait été compliqué ma relation avec Eryn mais aussi avec Satine. Cette dernière n’appréciait pas que je sois en couple et elle me le faisait savoir à chaque fois. J’avais eu seulement deux histoires d’amour : June et Eryn. A chaque fois, Satine mettait son grain de sel et ça se terminait en rupture. Maintenant nous en rions. Si ça n’avait pas fonctionné avec ces deux femmes, c’était que nos sentiments n’étaient pas assez forts pour surmonter la foudre Hannigan. Bien sur que tu t’en rappelles ! Je souriais à nos souvenirs communs de cette période. Je ne changerais rien de ce qu’il s’était passé. C’était ce qui caractérisait notre amitié.

J’avais continué de parler mais je n’avais pas vu que Satine avait bougé légèrement. J’avais tellement l’habitude qu’elle reste allongée sans bouger. Et là, le moment tant attendu, elle battit des paupières et ouvrit enfin les yeux. Satine ?! SATINE ?! Tu m’entends ?! Je regardais si elle ouvrait vraiment bien les yeux, si je ne rêvais pas. Mais non, elle était bien réveillée. Enfin, j’étais content mais également, l’adrénaline me montait. Un médecin, vite un médecin ! Je me levais de ma chaise, j’ouvris la porte de la chambre de ma femme et je criais dans les couloirs. VITE, quelqu’un ! Elle s’est réveillée ! Satine Hannigan Hudson a ouvert les yeux ! DEPECHEZ VOUS ! Aussitôt dis, je revins tout de suite auprès de Satine et je pris sa main dans les miennes. Comme je suis content… Je souris et je sentais que les larmes commençaient à me monter aux yeux. La pression était retombée, celle de ne jamais la revoir. Finalement, elle avait réussi à résister à l’appel de la lumière ou de je ne sais quoi. Elle était bien présente, dans notre monde et jamais je ne la laisserais repartir dans le coma. C’était bien trop dur…






• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-08-06, 22:22




can i lay by your side

Brusquement, le silence disparut et j'entendis quelqu'un crier. Je ne parvenais pas à comprendre le sens de tout ces mots, ils étaient trop nombreux et trop forts. J'eus envie de me couvrir les oreilles mais l'ordre ne fut qu'une illusion qui ne dépassa pas la pensée, car mon corps était loin d'être capable d'exécuter quelque geste que ce soit. Je restai immobile, allongée, les membres lourds et cloués à ce qui semblait être des draps. Étais-je dans un lit ?
Mes yeux battirent sans cesse, cherchaient à chasser la lumière, à balayer le flou qui m'entourait. J'étais légèrement désorientée. Mon esprit perdu dans un brouillard lourd qui ne parvenait pas à se disperser. Je percevais quelques détails, mais mon cerveau avait de la peine à donner du sens à tout ce qui m'entourait.
Il y avait une agitation certaine, même perdue dans les limbes d'un sommeil trop lourd je parvenais à le percevoir sans pour autant le comprendre.
Puis entre les cris, la surface sur laquelle je me trouve s’enfonça légèrement et certains de mes membres bougèrent pourtant. Mes mains n'étaient plus étendues sur la surface sur laquelle je me trouvais, une chaleur étrangère vint s'incruster autour d'elles. Les bougeant alors que j'étais incapable de le faire moi-même.
Puis aussi brusquement que la chaleur était apparue sur ma peau, une voix - était-ce celle qui criait quelques instants plus tôt ? - se retrouva près de moi. Je parvenais à l'entendre de plus en plus clairement. Mon cerveau distinguant des mots, leur donnant soudainement un sens. Le brouillard semblait se dissiper. Je percevais des formes et des couleurs.
J'eus envie de bouger, voir qui était là près de moi, savoir où je me trouvai et ce qui avait bien pu se passer. Mais mon corps lourd resta immobile. Ma volonté ne suffisait pas, je n'avait pas l’énergie, étais dépourvue de toute force.
Je me concentrai, tentai de réunir toutes mes capacités physiques et mentales. Je ne parvins qu'à gémir comme une bête blessée et apeurée.
Puis, la panique se faufila discrètement, doucement mais si sûrement. La peur et l'incompréhension se mêlant au bordel incessant qui saccageait ma tête. Je voulais avoir des réponses et l'incapacité dans laquelle je me trouvais d'en avoir me faisait flancher.
Soudainement, une force me percuta et je parvins à bouger la tête légèrement. Ce ne furent que quelques centimètres mais mes yeux parvinrent a quitter l'ignoble plafond pour se percuter a des formes par dizaines et des couleurs encore plus nombreuse. Je clignai des yeux machinalement, battant des cils presque furieusement. Malgré l'amélioration de ma vision, ce qui m'entourait s'avérait être plus complexe qu'un simple plafond.
Je voulus serrer mes mains aussi fort que possible, même si ce n'était pas énorme vue ma situation. Mais je ne parvins qu'à les bouger légèrement.
Je progressais, c'était indéniable, je commençais a prendre le dessus sur mon corps. Ce n'était qu'infime pour le moment, mais chaque seconde me rapprochait du contrôle totale et j'en fus soulagée.
Dans un léger élan prétentieux je tentai de parler. Bouger les lèvres et parler étaient deux choses bien différentes. Aucun son ne voulu franchir mes lèvres.
Je me forçai, regroupant l'énergie qui se réveillait en moi.
» Où suis-je ? Parvins-je à murmurer, d'une voix presque inaudible sans savoir à qui je m'adressais.
chanson à écouter


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-08-15, 08:33




can i lay by your side

Je n’en revenais pas, elle venait de battre des paupières et d’ouvrir les yeux. Ma Satine commençait à se réveiller du coma et à revenir sur la Terre ferme. J’avais perdu un peu espoir de la revoir et là, elle venait de se battre contre elle même et contre l’au delà, si on pouvait qualifier la mort comme ça. J’avais appelé des infirmières et des médecins pour qu’ils viennent la voir et qu’ils vérifient que tout aille bien pour elle. Après tout, elle pouvait avoir quelques séquelles de son coma comme une perte de mémoire ou des membres qui ne pouvaient plus bouger. En attendant leur arrivée, j’avais pris la main de ma meilleure amie, la lui caressant. J’observais alors que ses doigts fins bougeaient tant bien que mal et que ses yeux tentaient de s’ouvrir en grand. Je n’en revenais toujours pas, elle était revenue à elle. Je ressentais un réel soulagement, un poids qui s’enlevait de mon corps. Jamais je n’aurais pu vivre sans elle. Elle avait été mon pilier depuis toutes ces années, depuis notre plus tendre enfance. Je ne saurais imaginer un monde sans elle à mes côtés. Malgré nos engueulades et les différentes péripéties qu’on avait connu, elle restait mon âme soeur.

Finalement, la belle brune se mit à parler, demandant où elle était. Je souris, heureux de la voir ainsi. Je passais une main dans ses cheveux, caressant sa belle chevelure brune. Elle avait l’air insouciante, innocente avec de nombreuses cicatrices sur elle et au fond d’elle. Tu es à l’hôpital, Sat’. Tout va bien. Je tentais de la rassurer comme je pouvais. Je ne savais pas exactement de quoi elle se rappelait. Ce n’était pas mon job de faire ça et je ne voulais pas la brusquer non plus, de peur de faire une connerie.

Le médecin ainsi que deux infirmières entrèrent dans la chambre de Satine pour pouvoir l’ausculter et la faire revenir doucement sur Terre. Elle devait être complètement déboussolée. Je restais au fond de la chambre, observant la scène qui se déroulait devant moi. Je ne voulais pas les déranger. Je profiterai de ma meilleure amie quand ils auront fini tout ça. En attendant, j’étais l’homme le plus heureux du monde. J’arpentais ce sourire indétronable sur mes lèvres. Je revoyais ma moitié, ma femme, ma meilleure amie, la femme que j’aimais le plus au monde. J’en avais les larmes aux yeux mais je me refusais de pleurer. Je ne voulais pas qu’elle me voit ainsi.






• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-09-03, 14:58




can i lay by your side

Le son de ma propre voix me paru étrange, différent. J'eus l'impression d'entendre quelqu'un d'autre prononcer mes mots, s'emparer de mes pensées et les transformer en faible son dont d'ignorait tout.
Pourtant, cela devait être ma voix, minuscule, presque inexistante, avec une sonorité que je ne lui connaissais pas. Peut être qu'elle aussi peinait à s'adapter à la situation. Qu'elle était perdue tout comme je l'étais.
Une main vint soudain se poser sur ma tête. Je sentais le poids de chaque doigt se glissant sur mes cheveux. Puis, la voix reprit, écartant le brouillard.
 
» L’hôpital ? répétai-je doucement mais avec légèrement plus de force que plus tôt.
Mes yeux cherchèrent les traits de ce visage qui était si près du mien. Le flou dans lequel je nageais semblait se dissiper, laissant place à des formes de plus en plus détaillées. Je battis des cils, tentant d’accélérer les choses.

Puis une agitation pénétra la pièce ou je me trouvais et le corps près du mien disparut pour laisser place à des mains froides et brusques.  
Malgré le changement brutal d'atmosphère, les voix qui me posaient des questions dont j'avais du mal à comprendre le sens, des mains qui me manipulaient, cette douce voix qui m'avait réveillée dansait encore dans mes oreilles. Mon cerveau fatigué traita l'information à son rythme, pour enfin réaliser quelque chose de primordiale.

» Riley ? soufflai-je sous les mains des soignants qui m’auscultaient.

Il était hors de porté, trop loin pour que ma vision faiblarde puisse le capturer ou pour que mes mains puissent s'en emparer. Pourtant le savoir là, près de moi semblait animer mon corps d'une énergie nouvelle.
Je le cherchai du regard, pour qu'à défaut de voir les délicats traits de son visage, je puisse au moins voir la forme de son corps contraster aux murs blancs qui nous entouraient.

Ses signes vitaux sont normaux. Rien de différent du dernier examen. Madame Hudson, vous comment vous sentez-vous ?

» Riley, répétai-je.

Votre mari est là en effet. Ne faites pas trop d'efforts, vous sortez d'un coma de deux mois. Tout semble normal. Nous allons toute fois faire d'autres examens. Monsieur Hudson, votre femme semble sorti d'affaire. Nous allons la surveiller de près. Pour l'instant, ne la brusquez pas, mais soyez toute fois attentif à quelconque anomalie.

Le personnel quitta la pièce et un bref silence s'installa. Il n'était pas étrange ou gênant. Il était même agréable. Nous donnait le temps de se retrouver.

» Mon petit mari, murmurai-je en souriant faiblement. Je voulus tendre les bras pour le prendre l'étreindre, mais mon corps me rappela rapidement à l'ordre. Il ne fallait pas trop lui en demander. Il allait à son rythme, retrouvant doucement un fonctionnement normal. Ça allait prendre du temps. Mais nous avions tout le temps du monde.
petite chanson


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-09-09, 20:32




can i lay by your side

Satine venait de bouger, de se réveiller et d’articuler certains mots. Je n’en revenais pas, elle était en vie, auprès de moi, belle et bien là. J’étais l’homme le plus heureux de la planète. J’avais mes yeux qui me piquaient mais je ne pleurais pas pour autant. Je me retenais. J’étais un homme dur après tout. Je l’entendais murmurer certains mots mais les infirmiers et docteur vinrent l’examiner. Chaque jour de chaque semaines ils me répétaient que sa situation était stable et que ce n’était plus qu’à elle de se réveiller. C’était dur d’entendre ces mots là parce que si elle ne s’était pas réveillée, cela voulait dire qu’elle ne tenait pas à la vie. Et au final, elle était bien vivante, face à moi. Je l’entendais dire mon prénom mais les agents de service étaient tous autour d’elle. J’aurais voulu lui tenir la main mais ils ne me laissaient pas l’approcher pour le moment. Heureusement, je voyais la scène se dérouler devant mes yeux. Je préférais ça plutôt qu’attendre dans la salle d’attente.

Finalement, les médecins me donnèrent les résultats de l’examen rapidement. Satine s’en était sortie d’affaire mais il fallait tout de même la surveiller de près. C’était un réel soulagement. Je reprenais enfin une respiration normale. Je ne m’étais pas rendu compte que j’avais bloqué mon souffle depuis tout à l’heure. Je stressais tellement que j’en avais oublié de respirer convenablement. L’équipe sortit de la chambre dès qu’elle eut terminé toutes ses tâches professionnelles. Je me rapprochais de Satine, avec le sourire aux lèvres. Vous savez que vous avez de beaux yeux Madame Hudson ? Je passais délicatement ma main dans ses cheveux tandis que l’autre était déjà dans la sienne. Quel bien fou de la retrouver, elle ne pouvait pas savoir comment. Tu m’as tellement manqué… Ma voix n’était plus qu’un murmure dans cette chambre glaciale et déprimante.

Je ne voulais plus la quitter. Je voulais rester dans cette pièce des heures et des heures pour rattraper tout ce temps perdu. Et puis, c’était aussi par peur qu’elle ne m’échappe encore une fois. Comment je ferais pour vivre sans elle ? Je ne préférais même plus y penser. Maintenant, mon âme soeur se trouvait à côté de moi et il était certain que j’allais tout faire pour qu’elle vive sa vie en bonne santé, avec le moins d’embûches possibles. Comment tu te sens ? Tu as besoin de quelque chose ? Je voulais qu’elle ne manque de rien. J’en faisais peut être même trop, elle n’avait pas l’habitude de me voir comme ça.






• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-10-31, 20:18




can i lay by your side

Le délicat silence qui m'entourait me berçait doucement, me donnait le temps d'apprivoiser la réalité. Celle où j'étais enchaînée à des machines, enroulée de câbles et de tuyaux. Celle où près de moi se retrouvait enfin le seul visage qu'aucun coma ni brouillard n'aurait pu me faire oublier.
» Riley, soufflais-je à nouveau en le voyant s'approcher du lit dans lequel je gisais. Mes yeux malgré leur épuisement suivirent le moindre de ses mouvements.
Ses gestes étaient gravés dans ma mémoire, sa manière de bouger, de se déplacer. Tout ce qui le définissait figurait quelque part en moi et je parviendrais à le reconnaître, qu'importe les circonstances.
Lorsqu'il fut près de moi, son sourire me sauta aux yeux, réchauffant mon petit corps froid. Illuminant la pénombre de mon existence qui sans lui n'avait pas de sens.
Sa voix reprit, se débarrassant joyeusement du silence.
Il me fit un compliment. Me donnant envie de rire, mais je n'eus la force que pour un petit soupir et un léger sourire sur mes lèvres.
Le geste est tendre et affectueux, réconfortant. Sa main glissa dans ma chevelure et une présence se faufila dans la mienne, la serrant légèrement et mon sourire grandit doucement. Je voulus serrer sa main dans la mienne, mais l'information peine à se transmettre d'un membre à l'autre. Je me concentrai sur cette tentative, sur cet ordre que je tentais de donner à ma main, jusqu'à qu'enfin, mes doigts enroulèrent les siens, les pressant contre les miens. Un émotion me parcourut brusquement, se faufila dans mon corps affaibli, le nourri d'une énergie dont il avait terriblement besoin, celui d'être en sécurité, hors de danger, d'être revenu parmi les siens -même si pour moi je ne les avais jamais vraiment quitté.
Puis, d'une voix silencieuse, comme un murmure ferme et hésitant à la fois, il prononça les mots que j'eus directement envie de lui retourner. Je lui avais manqué.. Lui aussi m'avait manqué, il me manquait tout le temps, dès que nous nous séparions, son absence me pesait. Pourtant, nous nous étions vu quelques jours plus tôt. Non, ce n'était pas le cas. Qu'avait dit l'un des soignants ? J'avais été absente. Le terme exacte m'échappe. Distraite par la présence réconfortante de mon meilleur ami, les voix des soignants et leur flot de parole m'avait dépassé, échappé. Qu'importe, j'avais près de moi le seul être dont j'avais besoin.
» Riley, commençai-je doucement, avant d'inspirer et de regrouper mes forces, serrant sa main dans la mienne, le regardant dans les yeux. Je n'ai besoin que de toi, soufflai-je, mes efforts usant du peu d’énergie qu'il me restait.
Je souris. Ça ne demandait pas beaucoup d’énergie ça.
A cet instant, j'étais heureuse, soulagée.
Qu'importe ce qui m'avait mené là, tant qu'il était là, mon petit mari. Je lui souris à nouveau.
» Tu m'attends depuis longtemps, lui demandai-je, mon rire se perdant dans une légère toux inoffensive. Ne pas parler pendant un certain temps rendait la tache difficile lorsque l'on s'y attelait à nouveau. Mais ce n'était rien d'insurmontable.


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-11-01, 12:46




can i lay by your side

C’était tellement bon de la voir ouvrir ses yeux et de l’entendre parler. Au fil des jours, je perdais un peu espoir de la voir se réveiller, sortant des ténèbres qui l’avaient emprisonnée. J’étais à la limite de pleurer en la voyant consciente face à moi mais il fallait que je reste fort, pour elle. Satine articulait difficilement mon prénom. Cela devait être un effort surhumain pour la jeune femme qui était endormie depuis bien trop longtemps maintenant. J’avais hâte de la voir sortir de ce lit d’hôpital maintenant mais comme le disaient les médecins, il fallait y aller tranquillement et continuer de la surveiller même si elle semblait s’en être sortie sans embûche. J’étais soulagé et un poids s’était libéré. Je lui avouais alors qu’elle m’avait manqué. C’était long deux mois sans pouvoir communiquer avec elle, sans pouvoir la serrer dans mes bras. Je pouvais faire toutes les invocations du monde, elle seule était maitresse de son réveil. Satine réussit tout de même à me serrer la main et à me dire une phrase. Je souris en caressant sa chevelure et dessinant les courbes de ses joues avec mon doigt. Moi aussi, personne d’autre ne compte, à part toi ! Je lui déposai un baiser sur le front. Je ne pouvais pas rompre tout contact physique avec elle. J’avais besoin de la caresser, lui donner des bisous et lui dire ô combien elle m’avait manqué.

A nouveau, Satine reprit la parole pour me demander si ça faisait longtemps que j’attendais son réveil. Je me grattais le derrière du crâne, un peu embarrassé. Je ne voulais pas la faire paniquer mais en même temps, les médecins lui avaient dit donc je pouvais le faire à mon tour. Deux mois maintenant… Je fis une moue triste mais je me rattrapais rapidement. Elle ne voulait sûrement pas voir ce genre de visage à son réveil. Et puis, elle allait en se rétablissant maintenant. Mais ça va être du passé maintenant. T’es avec moi et tu ne me quittes plus, t’as compris ? Je lui déposai à nouveau un baiser mais cette fois ci sur le revers de sa main. Satine avait encore le teint blafard mais ça me faisait du bien de la voir sourire. Ce sourire angélique m’avait tant manqué ! Si seulement j’avais trouvé ceux qui lui avaient fait ça, je les aurais fait brûler au bucher ou alors, j’aurais utilisé une machine à guillotine pour les voir souffrir et finir dans un cercueil. On ne touchait pas à ma Satine !





• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-11-02, 11:51




can i lay by your side

Il était adorable, penché sur moi, contemplant le moindre de mes gestes. Je faisais de même, le détaillant comme si je ne connaissais pas déjà chacun de ses traits, chacune de ses expressions. Je ne le redécouvrais pas, pourtant, ma contemplation était insistante. Dans le brouillard qui s'était emparé de moi, Riley était un pilier, un point de repère. Un simple regard sur lui me rassurait.
Il était tout ce dont j'avais besoin. Qu'importe la situation. Il anéantissait les doutes, les peurs, illuminait les ténèbres qui parfois tentait de s'infiltrer en moi. Il était cette moitié qu'on rêve d'avoir, ce sentiment d'être complet, que rien ne nous manquera tant qu'il était là.
Il devait ressentir quelque chose comme ça lui aussi. Une vie passée collé l'un à l'autre. Je comptais autant pour lui qu'il comptait pour moi. Malgré le nombre de fois que j'avais pu l'entendre, qu'il me le dise là, alors que je gise dans mon lit, me remplissait d'un sentiment de bien être que je pouvais difficilement nommer ou expliquer.

Deux mois... C'était terriblement long. Il avait attendu deux mois à mon chevet... Il avait du tellement souffrir.. J'avais du mal à réaliser, à imaginer ce que cela pouvait être, ce qu'on pouvait ressentir de voir quelqu'un que l'on aime immobile, sans vie mise à part les bruits des machines qui indiquent ce qui reste de signe de vie de la personne. Quelle vision *funèbre* je lui avais infligée sans le savoir... celle d'un corps à peine vivant, allongé prêt pour le *cercueil*, le *cérémonial* et le *tombeau*... J'eus un frisson l'espace d'un instant. Imaginant ce qu'il avait pu ressentir sans jamais vraiment y parvenir puisque je n'avais pas été à sa place.
Je serrai sa main davantage, tentant de chasser mes pensées alors qu'il m'informait que je ne le quitterai plus, ne me laissait visiblement pas le choix et mon sourire se redessina. J'étais prête à tout les *sacrifices* pour que jamais nous ayons à vivre l'un sans l'autre.
» Je ne vais nul part, promis, répondis-je, souriant légèrement, mes yeux pongés aux siens.
Il baisa mon front, ma main et ses lèvres étaient un contact familier et rassurant qui me fit frissonner, mais ce fut un frisson agréable, comme une chatouille de tout mon être.
Puis, une question vint percuter mon esprit embrumé. Comment étais-je arrivée là? Je voulus la lui poser.. mais me ravisai. Il avait déjà assez souffert. Remuer le couteau dans la plaie n'était pas une bonne idée. Pas maintenant, pas alors qu'il me retrouvait enfin.
» Dis, lançai-je en serra une nouvelle fois sa main. J'aurais souhaité le tirer vers moi, mais je n'en étais pas encore capable. Ce lit est bien trop graaand, soufflai-je avec un grand sourire. Tu veux pas me rejoindre?
Ce n'était pas un si grand lit, j'exagérais. Mais il y avait largement la place pour nous deux. Être près de lui était tout ce dont j'avais besoin.


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-11-02, 19:24




can i lay by your side

Cela me faisait du bien de voir Satine en bonne santé. Je n’avais pas pensé la retrouver un jour et surtout si vite. J’avais pensé au pire, la voyant dans un cercueil, direction les ténèbres mais heureusement, elle était bien plus forte que ça et elle avait su se réveiller à temps. En parlant de temps, elle m’avait demandé combien de temps elle se trouvait dans ce lit, endormie sans l’impression d’être envie. Je lui répondis en toute franchise, lui disant que ça faisait deux mois qu’elle se trouvait allongée ici. Ca n’avait pas été un sacrifice de venir la voir chaque jour, lui parler de ce qu’il se passait dans ma vie, au contraire, cela me faisait le plus grand bien. J’étais persuadé que ma voix l’avait aidée à se sortir de là. Elle devait sentir que j’étais toujours à ses côtés, pour le meilleur et pour le pire. Notre union le caractérisait bien. D’ailleurs, je portais toujours mon alliance à mon annulaire gauche depuis ces années marié à la jeune femme. Je ne la quittais pas puisqu’elle symbolisait notre relation bien particulière.

Je suppliais Satine de ne plus me quitter. Je ne pouvais pas revivre ce genre de moments une seconde fois. J’avais eu l’impression que mon coeur s’était arrêté de battre pendant près de deux mois et qu’il revivait de nouveau en la voyant sourire de nouveau. Attention, on ne rompt pas une promesse ! Lui dis je en levant mon doigt. Bien sur, ce n’était pas de sa faute la pauvre. Elle aurait préféré ne pas être dans cet état avec un teint blafard. D’ailleurs, je me demandais si elle se souvenait de comment elle était arrivée là. Je ne voulais pas aborder le sujet immédiatement. J’étais bien trop heureux de la retrouver. Je n’avais pas envie de tout gâcher maintenant en nous remémorant cet aller pour les ténèbres.

Finalement, Satine trouvait assez de force pour me serrer la main et se décaler pour me laisser de la place sur son lit. Elle voulait que je la rejoigne tout contre elle. Si, j’arrive. Je rompis le contact qu’on entretenait tous les deux avec les mains liés tandis que je quittais ma veste ainsi que mes chaussures pour pouvoir m’allonger à ses côtés. J’ouvris mon bras pour qu’elle pose sa tête sur celui ci. On est bien mieux là. C’est bien plus confortable que le fauteuil que l’hôpital propose pour les visiteurs ! Je connaissais beaucoup trop bien ce fauteuil malheureusement.





• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-11-03, 18:57




can i lay by your side

Ne pas rompre une promesse. Promettre de ne plus le quitter etait si simple. J'avais passé ma vie a ses cotés, à quelques années près. Où que je sois, quoi que je fasse, je l'avais toujours dans la tête et dans le coeur. il etait une partie de moi, de ma vie, de ma famille. Nous nous étions rencontrés tellement jeune et depuis, nous avions à peine ete separés. Il y avait eu NewYork quand j'avais 15 ans. Quand mes parents m'avaient entrainée loin de Phoenix et de Tyler… En quittant ma terre natale, j'avais dû quitter mes amis, ces êtes qui m'étaient si chers, ma seconde famille. Ma seule vraie famille. Ceux qui m'avaient engendrée, qui portait techniquement le titre de "famille" hormis Tyler n'existait pas vraiment. Mais j'avais eu Riley, dès le début et je lui avais rendu visite dès que j'avais pu. Mes parents avaient toujours été infernaux, une engueulade de plus ou de moins ne changeait rien.
Ca avait été la seule fois que j'avais été éloignée de ma tendre moitié.
Enfin, il y avait eu la periode Eryn, mais rien que d'y penser je sentais la nausée pointer le bout de son nez. Elle était insignifiante, tout ce qu'elle faisait ou était ne valait absolument rien. Aborder ce sujet ou ne serait-ce que d'y penser n'avait pas le moindre interet, c'était une perte de temps et d'énergie, tout ce qu'elle était elle aussi.
Mais sur vingtsix ans de vie, ce n'était pas grand chose..
On finirait toujours par se retrouver, c'était inevitable.
Et puis, il y a des promesses qu'on pensait disparue dans les tenebres de l'oubli et qui se realisaient sans même que l'on s'y attende. Se marier avec son meilleur ami, comme il l'avait promis quand nous n'étions que des gamins rêveurs.
La vie était toujours pleine de surprises.

Aussitôt que je lui avais demandé de me rejoindre il s'executa. N'avais-je pas le meilleur ami qui soit ? Le mari parfait ? Ses mains me quittèrent et commencèrent doucement à me manquer. Je devais patienter quelques minutes et il serait denouveau là, sa chaleur nourrissant mon corps affaibli. Alors je patientai, l'observant bouger, se defaire de ses vêtements superflus pour me rejoindre. Puis, il monta dans le lit, prenan soin de ne pas s'accrocher à l'un des tubes qui terminaient dans mes veines et des cables des machines qui resonnait dans la pièce.
Il se coucha près de moi, son corps longeant le mien, sa chaleur me frappant de plein fouet. Ma fatiuge se dissipa légèrement, me laissant profiter de ce moment. Je posai ma tête sur son bras, prenant soin de presser mon visage contre lui, inspirant aussi profondemment que possible. Le respirant lui. Cette chaleur si douce, son odeur si familiaire et rassurante.

» Dis, si ca fait deux mois que je suis là… quelle date sommes nous ? demandai-je, l'air incrédule digne d'un enfant.
Si cela faisait deux mois que j'étais là, abscente pour ne pas dire insconciente, perdue loin de la réalité… C'était terriblement long… Je cherchais dans les trefonds de ma mémoire, quels étaient mes derniers souvenirs ? Le brouillard dans lequel je m'étais réveillée revint me frapper. Je ne voyais rien. Percutai un mur opaque et intteignable. Il faisait obstruction, m'empêchait de retrouver mes souvenirs… Me laissait dans la pénombre… Puis je me focalisai su ma lumière.. Riley.
Qu'importe que je ne me souvienne pas, ca allait venir n'est-ce pas ? Ca devait forcement revenir.
Je me blottis contre Riley. M'impregnant de sa présence, de lui.
Je n'avais besoin de rien d'autre que lui, sa chaleur, son odeur..


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin ϟ C'est moi le patron!



ϟ CREDIT : tag (avatar) + profil (tumblr
ϟ CÉLÉBRITÉ : Ian Somerhalder.
ϟ JOB : Patron de son propre hôtel de luxe : l'Alliance Dorée
ϟ HUMEUR : Bonne.
ϟ CITATION : Les amis sont la famille qu'on a choisi.
ϟ MESSAGE : 8761
@PSEUDO : Boucle d'or


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-11-04, 16:14




can i lay by your side

Je ne m’étais pas fait prier pour rejoindre Satine dans son lit d’hôpital. Elle m’avait tant manqué durant ces deux mois que j’aurais voulu profiter de sa présence, de la chaleur de son corps et de nos caresses encore des heures et des heures. Je savais qu’à un moment donné, je devrais la laisser pour qu’elle se repose. Les visites étaient fatigantes pour les patients et ils devaient rester tranquille avant tout. Mais je ne pouvais pas partir maintenant alors qu’elle venait tout juste de se réveiller. J’avais cru qu’elle était partie pour toujours, rejoignant les ténèbres tandis que je serais venu tous les jours apporter des fleurs magnifiques et non pas des chrysanthèmes sur sa tombe où serait enfoui son cercueil. Enfin bref, maintenant il ne fallait plus penser à tout ça. Elle était parmi nous pour de bon et elle m’avait promis qu’elle ne me quitterait plus jamais. C’était de l’histoire ancienne ! Tant qu’elle n’était pas sortie de ce foutu hopital, j’aurais toujours un peu peur. On ne savait jamais avec les médecins qui auscultent rapidement. Pour moi, ils avaient regardé ma meilleure amie vraiment à vitesse éclair. Enfin bon, s’ils disaient qu’elle allait bien, c’était peut être vrai et puis, malgré son teint blafard, elle avait l’air plutôt bien et en bonne voie de guérison.

Je m’étais allongé sur son lit tandis que je lui avais tendu mon bras derrière sa tête afin qu’elle la pose dessus. Je caressais sa joue à travers ses fils la reliant à la machine, en lui souriant. Que c’était bon de l’avoir tout près de moi, les yeux ouverts et le sourire aux lèvres. Elle me demanda alors qu’elle date on était étant donné que ça faisait deux mois qu’elle était dans le coma. On est mardi cinq janvier deux mille seize. Elle n’avait vu ni Noël, ni le jour de l’An et encore moins mon anniversaire. Le mois de décembre n’avait pas été magique du tout et encore moins cérémonial malgré toutes ces fêtes. Satine se blottit alors tout contre moi tandis que moi, je lui caressai doucement son bras nu. Dis, j’ai une question. Ce n’était peut être pas très approprié dans ce genre de moment mais je m’étais toujours demandé si c’était utile ou non. Tu m’entendais te parler quand… enfin… quand tu dormais ? Ou je parlais vraiment comme un con tout seul. Cela m’avait donné la force de continuer à y croire, d’avoir de l’espoir dans ces moments difficiles. Du coup, Satine pouvait répondre à ma question vu ce qu’elle avait vécu.





• ───────────────────────────────────── •


I'M CRAZY ABOUT HER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelyinggame.forumactif.com/t111-riley-come-on-girls
avatar

Troubles will come and they will pass
And you can do this, oh baby, if you try


ϟ CREDIT : CECE
ϟ CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
ϟ JOB : co-gérante de L'Alliance Dorée
ϟ MESSAGE : 3520
@PSEUDO : death's angel


MORE ABOUT ME
Mon entourage:
Ceux avec qui je joue:


Re: Can I lay by your side † Satley   
2016-12-29, 07:40




can i lay by your side

En quelques simple instant, après ce qui devait être une question banale et inoffensive, je sentis en moi un sentiment inévitable se manifester. La culpabilité me frappait de plein fouet. C'était l'intonation de sa voix, cette tristesse qu'il avait enduré durant des mois, sa peine condensée dans les mots qu'il prononçait.
Je savais dans le fond que je n'étais en rien responsable de ce qui m'était arrivé et encore moins de la peine qu'avait pu éprouver Riley. Nous subissions les conséquences des actes de tiers. Lui comme moi étions des victimes.
En répondant à ma question, en m'informant que nous étions dans les premiers jours du mois de janvier, j'eus un bref pincement au coeur suivit d'une nouvelle vague de culpabilité. J'avais raté deux mois de la vie de mes proches, deux mois importants où un tas d'événement se produisaient... je les avais tous manqué. Et penser à ces proches, à Riley qui avait du les vivre en me sachant dans ce lit d'hôpital.. ça avait dû être très dur.
J'aurais voulu trouvé les mots pour effacer la peine qu'il avait du endurer... Mais c'était impossible. Je ne pouvais en rien agir ni sur le passé, ni sur ce qu'il avait éprouvé durant mon absence...
Je ne trouvai pas les mots et préférai soupirer légèrement. Plaisanter aurait été une bonne option, mais là encore, je n'étais pas sûre d'être à la hauteur et d'être drôle.

Puis contre lui, sa chaleur nourrissant mon faible corps, sa voix vint à nouveau rompre le silence. Il semblait hésitant et je préférai le laisser terminer avant de lui répondre quoi que ce soit.
Sa question me fit sourire. L'avais-je entendu lorsqu'il avait veillé à mon chevet ? Je n'étais pas en mesure de lui répondre. Pas que je m'en souviennes. Mais pouvais-je vraiment me fier à mes souvenirs ?
Puis mon esprit embrumé se mit à travailler, fouillant dans les méandres de ses archives. S'il n'avait pas été si épuisé, j'aurai pu remarquer le choix des mots de Riley. Il avait dit dormir... Ca devait être plus facile de s'imaginer que je dormais. Je devais en avoir l'air tout du moins.
Puis d'une voix calme et fatiguée, je lui répondis enfin après une minute entière.  
» Je ne sais pas, Riley... Je ne me souviens pas réellement de ce qui s'est passé depuis novembre... C'est comme un brouillard... ajoutai-je désolée de ma réponse.  Mais j'ai l'impression d'avoir fait un tas de rêves... Une cascade de rêves qui s'enchaînaient sans cesse... soufflai-je avant de prendre quelques secondes pour respirer. Parler était plus épuisant que dans mes souvenirs. Tu étais dans tous mes rêves.. ajoutai-je en souriant, me blottissant davantage contre lui. Pourquoi cette question ? Est-ce que les médecins ont dit que j'aurais du me souvenir ? j'eus l'intonation d'un enfant qui a peur d'avoir fait une bêtise, je l'entendais moi-même mais n'eus pas la force de rectifier le tire.


• ───────────────────────────────────── •



Look at me standing here on my own again, up straight in the sunshine no need to run and hide ✞ And you are folded on the bed where I rest my head there's nothing I can see, darkness becomes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





Re: Can I lay by your side † Satley   


Revenir en haut Aller en bas
 

Can I lay by your side † Satley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT'S EASIER TO LIE :: 
 :: West Phoenix :: Valley Hospital
-